Navigation – Plan du site

Aux lecteurs de la RESS/CVP

Giovanni Busino
p. 135-136

Après quarante-huit ans, je quitte la direction et la rédaction de cette Revue. Le numéro 146 est le dernier que j’ai eu la joie de fabriquer.

Depuis sa création la RESS/CVP n’a jamais été l’illustration d’une discipline unique et moins encore le porte-voix d’une école ni celui d’une institution académique. Avec les très modestes moyens à ma disposition, j’ai essayé de favoriser surtout les études et les recherches mettant à distance les certitudes acceptées sans discernement, les travaux privilégiant la mise en perspective des objets faussement familiers ainsi que la mise en relation des modes de pensée d’ici et d’ailleurs.

J’espère que la RESS/CVP restera fidèle à son histoire et formule des vœux pour son indépendance et sa prospérité.

Avant d’abandonner à leur destin la RESS/CVP et les Travaux de sciences sociales, je me dois d’exprimer ma gratitude à Alain Dufour, dont le soutien et la collaboration fraternelle ont garanti l’indépendance et la liberté à mon travail d’éditeur. Alain Dufour, pendant un demi-siècle, ne m’a jamais fait peser les questions découlant de la crise économique, de la lente diminution du nombre des abonnements, de la réduction indomptable des ventes au numéro. Sans son soutien et ses encouragements je n’aurais pas pu fabriquer et publier, à ma guise, 146 fascicules de la Revue et 215 volumes des Travaux. Qu’Alain Dufour soit remercié pour l’aide fournie et sans laquelle je n’aurais jamais eu ni d’autonomie absolue ni la liberté de faire ce que j’ai fait jusqu’ici.