Navigation – Plan du site

Oscar Rapin, l’un des pères du socialisme vaudois et élève de Pareto ?

Pierre Jeanneret
p. 61-70

Texte intégral

  • 1 Le professeur Fiorenzo Mornati nous a confirmé que, dans la correspondance de Pareto, il n’y a pas (...)
  • 2 Notre connaissance de Pareto se fonde essentiellement sur les ouvrages suivants : Giovanni Busino, (...)

1Voici d’un côté un géant – certes passionnément discuté – de la sociologie et de l’économie politique à l’échelle européenne. Voilà de l’autre un politicien local, une figure secondaire dont le nom est bien oublié. Au milieu d’un aréopage d’éminents parétologues, nous aurons la tâche ardue et ingrate de justifier sa présence ici. D’autant plus que, sur notre homme, les documents bruts manquent : les archives personnelles de Rapin ont disparu ou n’ont pas pu être localisées. Il n’y a pas trace de relations personnelles entre lui et Pareto1. La presse de l’époque (Le Grutli, Le Grutléen, etc.) et la bibliographie sur les débuts du mouvement ouvrier et socialiste vaudois sont en revanche abondantes. Admettons provisoirement, comme hypothèses de travail, les termes contenus dans le titre de cette contribution. Qui était Oscar Rapin ? Quel fut réellement son rôle dans la naissance du Parti socialiste vaudois ? Quelle image du socialisme l’illustre penseur italien avait-il sous les yeux, dans le canton et la ville où il professa ? Rapin fut-il à proprement parler un élève, voire un disciple de Pareto ? Nullement spécialiste de la pensée parétienne, assimilée dans ses grandes lignes pour les besoins de ce colloque, fort en revanche de nombreux travaux sur l’histoire du socialisme suisse et vaudois, nous proposerons des parallèles, des comparaisons sans doute contestables, nous lancerons quelques hypothèses que les parétistes, de leur côté, se chargeront de confirmer ou d’infirmer2.

  • 3 Cf. Arnold Fink, Quatre Helvétiens et les origines du socialisme dans le canton de Vaud (1880-1914)(...)
  • 4 Gazette de Lausanne, 14.3.1894.
  • 5 Tribune de Genève, 28.11.1902.

2Rapin est sans doute inconnu de la plupart des lecteurs de cette contribution. Une brève biographie s’avère donc indispensable. Originaire de Payerne, Oscar Rapin naît le 9 octobre 1870 à Lausanne. Il appartient à la moyenne bourgeoisie provinciale. Il est le fils d’un procureur-juré (notaire), Jules Rapin. Parmi ses douze frères et sœurs, il y a Aimée Rapin, née sans bras, qui deviendra une artiste-peintre de grand talent, peignant avec les pieds, à laquelle le Musée de Payerne a consacré en 2006 une belle rétrospective. Avec elle, on ne sort pas totalement de la politique : elle fut en effet la compagne du compositeur et pianiste arménien Stephan Elmas (1862-1937), et s’engagea elle aussi pour la cause de ce peuple martyr. Issu du milieu politique radical démocratique progressiste, Oscar Rapin devient tout naturellement membre de la société d’étudiants Helvétia, alors représentative de la tendance « de gauche » ou sociale du radicalisme. Et cela à l’instar de ses compagnons du futur Parti socialiste-national : Adolphe Gavillet, Henri Mayor et Paul Panchaud3. En 1894, au terme de ses études juridiques à Lausanne et Berlin, Rapin défend une thèse de doctorat sur le droit au travail. On apprend que, lors de la soutenance, « M. le professeur Pareto a combattu les conclusions du candidat »4. Nous aurons donc à revenir sur cette problématique. Puis Rapin exerce jusqu’à sa mort la profession d’avocat dans son cabinet de Lausanne. Cela à côté d’une abondante, sinon très marquante, activité politique « socialiste » (les guillemets s’imposent !), qui sera l’objet principal de cette contribution. Disons simplement qu’il fut conseiller communal à Lausanne, socialiste puis « socialiste-national », de 1898 à 1913 et de 1918 à son décès survenu le 16 janvier 1941. Il a présidé le législatif communal en 1893. Il fut aussi député au Grand Conseil vaudois de 1897 à 1941, et son président en 1933. Il n’a en revanche pas fait de carrière politique au niveau fédéral. Capitaine d’infanterie à l’armée, il justifie a fortiori la défense nationale. Il est en cela en opposition avec la majorité des socialistes suisses, et avec le pacifisme de Charles Naine, lui-même objecteur de conscience. Et aussi avec celui de Pareto, dont on connaît la phrase célèbre selon laquelle le militarisme et l’Eglise sont les deux principaux ennemis du genre humain ! Malgré son patriotisme ardent, son attachement à l’armée et son scepticisme face aux « chimères » des anarcho-syndicalistes, le lieutenant Oscar Rapin défend en 1902, devant le Tribunal militaire de la Ière Division, le socialiste genevois Jean Sigg. Ce dernier a refusé de répondre à une convocation militaire, car les troupes étaient destinées au maintien de l’ordre, notamment contre des grévistes5. Et en 1897, lors d’un congrès socialiste, Rapin lance l’idée d’une initiative limitant les dépenses militaires à 20 millions de francs.

  • 6 Giovanni Busino, Vilfredo Pareto à travers sa correspondance, in L’Ecole de Lausanne, pp. 67-77.
  • 7 Dossier ATS aux ACV.
  • 8 Tribune de Genève, 25.10.1902. Rappelons, pour les non-spécialistes en hagiographie, que Jean d’Ant (...)
  • 9 Grutli, 7.2.1919.

3Tout ce qui précède contribue à définir les réseaux politiques et sociétaux de Rapin : la société d’étudiants Helvétia, l’armée, le milieu juridique, mais aussi de nombreuses sociétés de tir, de gymnastique, etc. Il fut président de la Diana suisse et se livrait à des parties de chasse dans les Alpes avec l’estimable peintre vaudois Frédéric Rouge (1867-1950). Quant à son caractère, Oscar Rapin apparaît comme un homme plutôt extraverti, assez différent en cela de la nature grincheuse, sombre, voire misanthrope de Pareto, due peut-être en partie à ses déboires conjugaux de mari abondamment cocufié6. De nombreuses coupures de journaux (hélas parfois sans lieu ni date, donc difficilement identifiables, et qui peuvent avoir été écrites par ses adversaires7) permettent de se faire une idée de sa personnalité et de son style. Il semble avoir été une figure très populaire à Lausanne. Il est longuement décrit ainsi, dans un article de 1902 : « Orateur abondant et disert. Eloquence de tribun, propre à subjuguer et à entraîner les foules. Amateur de l’art de bien dire, s’écoutant quelque peu parler et admirant son geste. Figure intelligente et ouverte, avec quelque chose rappelant Jaurès ; une barbe de prophète ; parle avec l’onction d’un Père de l’Eglise ; on l’a appelé “le saint Chrysostome du socialisme lausannois”. » En bref, voici « un bon bourgeois égaré dans le socialisme »8. Son style élégant, mais volontiers emphatique, présente un goût marqué pour les majuscules : « Déjà les Peuples sont assis à la Table où l’on discute. Les bases de la Société des Nations sont jetées. (…) Dans un autre ordre d’idées, les Peuples élaborent maintenant la grande Charte du Travail, afin d’abolir si possible le Paupérisme qui ravage la surface du globe »9. Un point rapproche les deux hommes : leur commune tendance à la prolixité, à la « logorrhée scripturale » pour Pareto. Les envolées oratoires de Rapin semblent avoir séduit les socialistes, d’où leur désillusion, leur rancœur et leurs vives critiques après la dissidence de droite « socialiste-nationale » en 1909, et la création de ce qu’on appellera aussi le « parti rapiniste ».

  • 10 Oscar Rapin, Le droit au travail, thèse de doctorat, Faculté de Droit de l’Université de Lausanne, (...)
  • 11 Ibidem, p. 7.
  • 12 Ibidem, p. 26.
  • 13 Ibidem, p. 33.
  • 14 Ibidem, p. 38.
  • 15 Ibidem, pp. 39, 43 et 65.
  • 16 Ibidem, p. 54.
  • 17 Ibidem, p. 51.
  • 18 Paul Golay, qui dit un « adieu fraternel » à son camarade dissident, in Le Peuple, 21.1.1941.
  • 19 La Revue socialiste, 1897, citée par Nathalie Liébault, L’apparition des droits des mères et des en (...)
  • 20 William E. Rappard, Droit au travail ?, tiré à part de Suisse Contemporaine, août 1943, Lausanne, I (...)

4Penchons-nous d’abord sur sa thèse, ou « dissertation » de doctorat sur Le droit au travail. Son histoire, ses fondements, sa réalisation, qui a obtenu l’imprimatur le 14 février 1894. C’est sans doute son œuvre écrite la plus intéressante et la plus originale. Résumons brièvement cet ouvrage qui comporte 71 pages, rédigées dans une langue à la fois claire et agréable. Dès son avant-propos, Rapin définit sa position : « J’acquis bientôt la conviction que le droit au travail était un droit naturel »10. Parcourant l’histoire de l’humanité, il montre que ce droit ne pouvait naître ni dans la société esclavagiste de l’Antiquité, ni dans celle du servage féodal. Il est donc « un enfant de la Révolution » de 1789, lié à la suppression du monopole des corporations et à la liberté industrielle11. Certes, les ateliers nationaux de 1790, comme plus tard ceux de 1848, furent coûteux, mal organisés, et ont donné de ce droit une image négative. Rapin insiste sur le rôle de Fourier, Victor Considérant et Louis Blanc. Mais c’est la révolution de 1848 qui conféra toute son acuité au droit au travail et le mit au centre des débats. Le libéral Tocqueville, comme Pareto plus tard, s’opposa à ce droit qu’il jugeait dirigé contre la propriété et créateur d’une nouvelle forme de servitude, celle de l’Etat socialiste. En revanche, Fichte en Allemagne en fut un partisan convaincu : « Chaque homme doit vivre (…) par son travail (…) Chaque homme a droit à l’indispensable : c’est un droit inaliénable »12. Puis Rapin en vient aux fondements de ce droit. Il oppose « l’état de guerre » au travail. Primitivement, l’homme usait du droit de vol. Celui-ci a heureusement été proscrit. « Mais la société qui oblige le prolétaire à renoncer à l’état de guerre, lui doit un équivalent qui est précisément de pouvoir vivre autrement que par l’état de guerre, c’est-à-dire de pouvoir vivre au moyen de sa seule ressource légale, le travail »13. Sinon, le prolétaire reprendra son état premier de guerre ! Instaurer le droit au travail, c’est donc aussi supprimer les révolutions et enlever aux « anarchistes le premier mobile de leur monstrueuse besogne »14. Rapin est donc révolutionnaire sur le principe, mais réformiste quant aux fins et soucieux de l’ordre établi. Du point de vue moral, il démontre la supériorité du droit au travail sur l’assistance, la charité, l’aumône, qui engendrent « l’abaissement, la dégradation, la démoralisation (…) la paresse (…) le vice et le crime »15. Curieusement pré-keynésien, il écrit qu’il faut « donner aux individus sans travail le moyen de consommer, cela par une nouvelle production, destinée à devenir elle-même l’objet de la consommation »16. Quant à la réalisation du droit au travail, il préconise des mesures aujourd’hui en partie datées (comme des colonies agricoles vaguement fouriéristes vouées au défrichement de terres inexploitées), et d’autres où l’on pourrait voir la main de Franklin D. Roosevelt ou celle de Barak Obama : « Faire des travaux de drainage, construire des routes, des voies ferrées, des canaux, des ponts, etc. »17. Cette thèse « fut considérée à l’égal d’une insolence » et fit quelque bruit18. Et surtout, elle était d’actualité ! Elle s’inscrivait en effet dans le vaste débat lié à l’initiative fédérale socialiste qui avait récolté 52’000 signatures mais sera balayée, cette même année 1894 (le 3 juin), par 308’289 voix contre 75’880 (80,2 % de non en Suisse, 91,5 % dans le canton de Vaud, mais seulement 68,4 % seulement à Lausanne, plus perméable aux idées socialistes). Pareto s’y est fermement opposé, comme à toutes les tentatives d’introduire un « socialisme d’Etat ». Elle était à ses yeux nuisible à l’allocation optimale des ressources. Il en parle d’ailleurs ironiquement dans ses Lettres d’Italie. L’octroi du doctorat à un candidat qui soutenait une thèse – à vrai dire très walrasienne ! – opposée à la sienne témoigne en faveur de l’esprit libéral de Pareto. Toujours à propos du droit au travail, dans son acception large, relevons la participation d’Oscar Rapin à un Congrès international pour la protection ouvrière (Zurich 23-28 août 1897), où est revendiquée une indemnité de grossesse et de maternité équivalant au salaire ordinaire19. Notons enfin qu’une deuxième initiative, réclamant un « salaire suffisant », sera déposée par le Landesring de Gottlieb Duttweiler en 1943, dans le contexte des changements sociaux préconisés pour l’après-guerre (Plan Beveridge, etc.). Elle donnera lieu elle aussi à un intéressant débat auquel participera notamment, comme adversaire du droit au travail, William E. Rappard20. Mais passons à l’activité politique, stricto sensu, d’Oscar Rapin, « l’un des pères du socialisme vaudois », selon notre hypothèse liminaire.

  • 21 Cf. André Lasserre, La classe ouvrière dans la société vaudoise, 1845 à 1914, Lausanne, Bibliothèqu (...)

5Brossons d’abord, à très grands traits, l’histoire de la gestation du Parti socialiste vaudois21. Et voyons quel fut dans ce processus le rôle exact de Rapin.

  • 22 Lasserre, Pourquoi être socialiste, art. cit., p. 127.

6La naissance et les progrès du mouvement ouvrier et socialiste furent longs et difficiles dans un canton de Vaud fortement agricole, peu urbanisé, peu industrialisé. Dès les années 1820 se posent le problème du paupérisme et la question sociale. Vers 1840, une série de clubs et sociétés politiques et culturelles voient le jour : ils se réclament de Fourier, Proudhon, Cabet ou de Wilhelm Weitling. Voilà pour les bases théoriques, humanitaires, socialistes, communistes ou utopiques. On ne négligera pas l’influence des associations ouvrières allemandes ou alémaniques, notamment le Grütliverein. Le choc révolutionnaire de 1848 galvanise la création de sociétés de secours mutuels, ancêtres du syndicalisme. De nombreuses coopératives, souvent éphémères, voient le jour. Et c’est à Lausanne que se tient, en 1867, le IIe Congrès de la Première Internationale. Mais après l’écrasement de la Commune de Paris en 1871, tout le mouvement ouvrier entre dans une phase de recul. Par ailleurs, l’attraction du radicalisme, porteur de ses idéaux révolutionnaires de 1845, est encore forte dans les milieux populaires : « A quoi bon Karl Marx dans ce canton où l’on a le privilège de posséder Alexandre Vinet et Henri Druey ? »22 C’est plus qu’une boutade. Il faudra attendre la fin des années 1880 – décennie où s’opère simultanément une relative mutation économique vers l’industrialisation et l’urbanisation – pour que naisse, par étapes, un socialisme vaudois. Et cela en vingt ans de tâtonnements, de crises, de ruptures, de scissions. On peut utiliser l’image d’une dialectique hégélienne en trois phases : thèse, antithèse, synthèse.

  • 23 Sur les campagnes électorales, voir [Guy Saudan, sous la dir. de Jean Meylan], Aspects de la vie po (...)
  • 24 Le Grutléen, 20.3.1913.
  • 25 Marc Vuilleumier, Aloys Fauquez « père fondateur » du socialisme vaudois ?, art. cit., pp. 58 et 70
  • 26 Lasserre, La classe ouvrière, op. cit., pp. 267-278.

7La thèse… La première étape est liée à la forte personnalité d’Aloys Fauquez (1859-1901), membre de l’aile gauche du Parti radical, fondateur en 1887 de la section lausannoise du Grütli et en 1888 du journal éponyme. Pour une série de raisons moins idéologiques que personnelles et électorales, « Mimi » Fauquez rompt en 1890-91 avec les radicaux. Par peur du socialisme naissant, ceux-ci se réconcilieront avec leurs frères ennemis libéraux : ce que le mordant Paul Golay appellera, en parodiant Corneille, l’alliance des « voraces » et des « coriaces » ! On comprend aussi par ce qui précède la spécificité des Partis socialistes vaudois et genevois. Au contraire du socialisme alémanique qui a subi l’influence du marxisme et des immigrés ou réfugiés allemands comme Herman Greulich, au contraire du socialisme des Montagnes neuchâteloises né dans le creuset du christianisme social et de la pensée libertaire, les partis socialistes lémaniques sont issus de l’aile gauche du radicalisme, et par une rupture avec celui-ci. En 1897, le nouveau Parti ouvrier réussira à faire entrer dix députés au Grand Conseil, dont les fidèles lieutenants de Fauquez, Adolphe Gavillet (1857-1939), Paul Panchaud (1866-1910) et Oscar Rapin, que l’on retrouvera tous après 1909 dans le Parti socialiste-national23. Députés et conseillers communaux prônent, et obtiennent parfois des progrès sur le plan salarial (par exemple l’augmentation du salaire minimum des employés communaux), sur le plan social (coopérative de logement Maison ouvrière) ou scolaire. Rien de révolutionnaire dans tout cela, sinon la revendication du droit au travail qui fut, on l’a vu, le sujet de la thèse de Rapin. Tant le programme que l’action se caractérisent par leur extrême modération et leur pragmatisme réformiste. Une violente dispute aurait éclaté en 1900 entre Rapin et Fauquez, et ce dernier lui aurait lancé : « Avec ta politique tu conduirais directement le parti dans les bras des radicaux »24. Une question fondamentale doit donc être posée ici : Aloys Fauquez lui-même, longtemps vénéré comme le « père du Parti socialiste vaudois », et ses épigones, sont-ils véritablement des socialistes ? Leurs connaissances doctrinales sont des plus vagues. Tribun de la plèbe au sens romain du terme, dénonciateur inlassable de scandales dans son journal Le Grutli, défenseur des mécontents plutôt que des exploités, en conflit avec les socialistes alémaniques à cause de son antigermanisme primaire, Fauquez apparaît plutôt aux historiens contemporains (qui se montrent sévères envers le personnage) comme un radical de gauche populiste. Surtout, sa conception personnelle de la politique est essentiellement électoraliste : « Tout se résume à une lutte pour des sièges, pour des places, sans aucune perspective. (…) Ainsi, le socialisme devra-t-il peu à peu s’affirmer contre Fauquez et, après sa mort, contre son héritage »25. L’historien André Lasserre, peu suspect de sympathies gauchistes, n’a pas de mots assez durs pour fustiger ce « corps faisandé », ce « réformisme sans couleur » de « socialistes vieillis » et de « honteuses compromissions »26. dont Rapin est le représentant emblématique.

8L’antithèse… Cette conception de la politique politicienne (comme on dirait aujourd’hui) suscite l’impatience et l’opposition d’une aile gauche syndicale, de tendance anarcho-libertaire et antiparlementaire. Hostilité envers les appareils de parti et l’action politique, foi en le spontanéisme révolutionnaire, en l’action directe et en la grève générale révolutionnaire caractérisent cette ligne. Elle est emmenée par le typographe Henri Baud (1878-1967). En 1905, c’est la rupture avec les modérés, la fondation du Parti Socialiste du canton de Vaud et d’un journal, la Voix du Peuple, qui fusionnera en 1915 avec le Réveil anarchiste de Genève. On compte environ 200 grèves entre 1890 et 1909, et le professeur Pareto n’a sans doute pas pu échapper aux images de la grève générale de 1907 : dragons occupant la place de la Riponne, etc. Mais l’échec amène l’essoufflement et le déclin du mouvement.

  • 27 Ibidem, p. 286.

9La synthèse sera l’avènement du courant centriste ou, si l’on préfère, la conjonction de l’action politique, syndicale et coopérative. Cette troisième phase débute en 1909. Elle est marquée par l’action de fortes personnalités : l’instituteur de la Vallée de Joux Paul Golay (1877-1951), l’avocat et journaliste chaux-de-fonnier Charles Naine (1874-1926), le mécène Anton Suter (1863-1942), un socialiste fortuné qui a largement financé la création de la Maison du Peuple, le syndicaliste Henri Viret (1882-1974). « Entre le pseudo-socialisme repenti de Gavillet et Rapin et l’anarchisme de Baud et consorts, la classe ouvrière lausannoise avait trouvé sa voie et des leaders capables »27. C’est de cette année 1909 que date la deuxième naissance, et à nos yeux la véritable création du Parti socialiste vaudois actuel.

10Mais voici une nouvelle scission, cette fois de droite ! Les épigones de Fauquez fondent le Parti socialiste lausannois, immédiatement exclu du Parti socialiste suisse (PSS). Ils conservent la propriété du journal Le Grutli. Le Parti ouvrier fidèle au PSS devient alors le Parti ouvrier socialiste lausannois et vaudois. Il se dote d’un nouveau journal, Le Grutléen, qui deviendra en 1917 Le Droit du Peuple.

  • 28 Ibidem, p. 279.
  • 29 Grutli, 1.12.1922.
  • 30 Grutli, 7.12.1938.
  • 31 Sur ces campagnes de votation, voir [Guy Saudan, sous la dir. de Jean Meylan], Aspects de la vie po (...)

11Quant aux dissidents, ils prendront en 1917 (sans doute pour se distinguer des bolcheviks) le nom de socialistes-nationaux. Mais ils sont souvent appelés « parti rapiniste », ce qui montre la relative importance de notre personnage, au niveau local. Le parti va durer, ou subsister, ou végéter jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Son organe Le Grutli continue de paraître, hebdomadaire « toujours plus terne et hargneux, vivant des annonces qui couvraient ses pages et n’ayant plus de socialiste que le nom »28. Le groupe conservera jusqu’en 1945 quelques représentants au Grand Conseil et au Conseil communal de Lausanne, mais il est politiquement insignifiant. Dans les campagnes de votation, il fait preuve d’une vassalité quasi totale envers les mots d’ordre des partis bourgeois. Par exemple : refus de l’impôt fédéral direct (1918), refus de la suppression de la justice militaire (1921), acceptation de la Lex Häberlin I sur la sûreté intérieure (1922), refus du financement de l’assurance vieillesse – que Rapin considère comme une « assurance-paresse » – par un prélèvement sur la fortune (1922). Faut-il voir dans cette prise de position « contre les pillards »29 une application, consciente ou inconsciente, de la fameuse « loi de Pareto » ? En économie politique, son auteur démontre en effet que l’amélioration des conditions économiques et sociales ne peut pas être obtenue par la spoliation des riches, mais par l’accroissement des richesses nationales. Le Grutli « socialiste » va jusqu’à publier cette phrase en 1938 : « Si le travailleur était conscient du rôle du riche (…) il le choierait comme les abeilles choient leur reine »30. Influence de Pareto, vraiment ? Nous croyons plus simplement que le projet de loi sur le financement de l’AVS faisait peur aux milieux fortunés… Relevons encore le refus de la représentation proportionnelle au Grand Conseil (1931), le oui des « rapinistes » à la réduction du traitement des fonctionnaires fédéraux (1933), à la révision totale de la Constitution fédérale (initiative en partie d’origine frontiste, en 1935), à l’interdiction civique des communistes dans le canton de Vaud (1938), etc.31 Quant à la doctrine du parti « rapiniste », très vague et sommaire, elle prône un socialisme national plutôt qu’internationaliste, la collaboration plutôt que la lutte des classes.

  • 32 Grutli, 30.8.1935, cité par Claude Cantini, « Les socialistes-nationaux vaudois (1909-1945), p. 12.
  • 33 Sur la vague corporatiste dans le canton de Vaud, voir Olivier Meuwly, Le radicalisme face à la ten (...)
  • 34 Sur cette problématique, voir Busino, Vilfredo Pareto à travers sa correspondance, art. cit., pp. 7 (...)
  • 35 Cf. Busino, Le successeur de Walras et de Pareto : Pasquale Boninsegni, in L’Ecole de Lausanne, op. (...)

12Le groupe semble témoigner de quelques sympathies envers le fascisme, tout en se démarquant de son évolution vers le bellicisme : « Sans être en rien fascistes, nous avons admiré Mussolini rétablissant et restaurant l’Italie dans l’ordre, au moment où elle sombrait dans le communisme abject et dans l’anarchie [allusion à la situation de 1921-22]. Mais lorsque Mussolini prépare une guerre de conquête [de l’Ethiopie] nous ne saurions être à ses côtés »32. Dès la mort d’Adolphe Gavillet en novembre 1939, Le Grutli va à vau-l’eau. Il est racheté par la Ligue vaudoise et entame, dès le No 38 du 21 septembre 1940, un ultime revirement, pour ne pas dire une dérive vers le corporatisme33, l’opposition à la démocratie, l’anticommunisme, le philofascisme (notamment sous ses formes vichyste et salazariste) et, plus grave encore, un antisémitisme obsessionnel. Mais c’est une autre histoire qui ne concerne plus Oscar Rapin, décédé, ni surtout Vilfredo Pareto, disparu depuis près de vingt ans ! Cette évolution permet cependant d’évoquer au passage le rapport ambigu que Vilfredo Pareto a entretenu avec le fascisme34. Sans doute faut-il balayer le mythe, complaisamment entretenu par les thuriféraires du régime, de l’influence directe qu’auraient eue les cours de Pareto sur le jeune Mussolini. Cette légende ridicule, récusée par Pareto lui-même, servira au rectorat de l’Université de Lausanne pour justifier le scandaleux octroi en 1937 du doctorat honoris causa au Duce qui venait de conquérir l’Abyssinie à l’ypérite. On ne confondra pas non plus Vilfredo Pareto et son successeur Pasquale Boninsegni, ardent propagandiste du fascisme italien en Suisse, qui joua dans ce geste fort controversé un rôle déterminant35. L’adhésion au fascisme de Pareto doit être comprise comme une réaction à ce qu’il considérait comme la désagrégation de l’Etat. Il présentait à ses yeux une alternative aux méfaits de la démocratie parlementaire et à la déliquescence des élites libérales. Mais Pareto est mort en 1923, avant l’assassinat de Matteotti et l’instauration des « lois fascistissimes » de 1925. Comment ce grand libéral aurait-il réagi à la suppression de toutes les libertés, notamment celle de la presse, à l’instauration du totalitarisme, à la dérive belliciste du régime ? Nul ne peut le dire.

  • 36 Busino, Pareto, Croce, op. cit., p. 69.
  • 37 Ibidem, pp. 43-44.
  • 38 Cité par Giovanni Busino, « Vilfredo Pareto », in Encyclopaedia Universalis, 1990, vol. 17, p. 503.
  • 39 Giovanni Busino, « Pareto à travers sa correspondance » in L’Ecole de Lausanne, op. cit., p. 36.

13Après cette parenthèse – justifiée par l’orientation finale du journal Le Grutli – revenons au tableau du socialisme vaudois que nous venons de brosser, avec ses crises internes et scissions, celui que Vilfredo Pareto a eu sous les yeux. S’y est-il intéressé ? Auquel cas le dégoût du socialisme a pu être renforcé, chez cet homme d’ordre et de hiérarchies, tant par la tendance anarcho-syndicaliste et la grève générale de 1907 que par l’évolution de l’aile officielle du parti vers le marxisme. Quant à la dissidence de droite « rapiniste », de plus en plus insignifiante, devenue un appendice des partis bourgeois, nous doutons qu’elle ait retenu son attention. Ses textes montrent par ailleurs qu’il n’avait aucun respect pour les socialistes helvétiques. Mais plus fondamentalement, on sait que la relation de Pareto avec le socialisme est ambiguë et contradictoire. « Libéral passionné, réaliste engagé, sceptique élégant, antiprotectionniste et anticollectiviste déclaré, Pareto ne croit pas au progrès »36. Pour lui, « le socialisme n’est rien d’autre que de l’étatisme vorace et insatiable ». Il ne cesse de dénoncer le « péril socialiste ». A ses yeux, les socialistes ont cependant le courage de s’en prendre à « ce ramassis de canailles », les affairistes et les politicards d’une bourgeoisie dégénérée37. Ils constituent aussi un « levain d’héroïsme et de vertu »38. Mais ces qualités d’intransigeance et de vigueur combative des nouvelles élites, Pareto les trouvera aussi dans les Fasci mussoliniens… Il éprouve envers le socialisme un mélange de répulsion et d’attirance, voire de fascination. Toute son œuvre est un dialogue polémique constant avec le ou le(s) socialisme(s) ! Ne va-t-il pas jusqu’à publier en 1902-1903 une somme de deux gros volumes, Les systèmes socialistes, étude des différentes doctrines socialistes de l’Antiquité à Karl Marx et au révisionnisme de Bernstein ? Dans le sens contraire, il faut relever une sorte de mystère, que Giovanni Busino résume fort bien : comment comprendre – sinon par sa critique du système en place, fût-ce au nom de l’ultralibéralisme, et par la séduction intellectuelle qu’exerce la pensée toujours paradoxale de Pareto – pourquoi « des hommes engagés à gauche manifestaient tant de sympathie et d’amitié, et même de compréhension et d’admiration, à l’égard d’un homme aux idées certes pas progressistes » ?39 Il n’y eut à coup sûr aucune influence directe d’Oscar Rapin sur Pareto, et on décèle peu d’influence de Pareto sur Rapin. L’évolution de ce dernier vers un « socialisme-national » nous paraît traduire bien davantage un retour aux sources, à la famille radicale, qu’une hypothétique influence du grand professeur italien. Mais la mise en parallèle de leur vie et de leur œuvre permet d’illustrer ce rapport ambigu, passionnant, intellectuellement stimulant, de Vilfredo Pareto au socialisme.

  • 40 Olivier Meuwly, « Le radicalisme face à la tentation corporatiste dans les années 1930 », art. cit. (...)

14Radical progressiste, soucieux du sort des humbles et de justice sociale, Oscar Rapin est le parfait représentant de cette aile progressiste ou « de gauche » du Parti démocratique, qui le quitta en 1890 pour un soi-disant « socialisme » qui usurpait en fait ce terme. Dès 1909, il incarnera le réformisme pragmatique le plus conciliant avec des partis bourgeois qui vont connaître une véritable « dérive à droite »40. Il finira par se confondre avec eux. Faut-il dès lors considérer Rapin comme l’un des « pères » du socialisme vaudois ? La même question est valable pour Aloys Fauquez, et une réponse positive doit susciter la plus grande prudence. On a vu par ailleurs que le qualificatif d’« élève » de Pareto semble peu pertinent. Au terme de cette contribution, on est en droit de s’interroger : la présence d’Oscar Rapin dans un colloque consacré à la grande figure de Vilfredo Pareto était-elle véritablement nécessaire et éclairante ?

Haut de page

Notes

1 Le professeur Fiorenzo Mornati nous a confirmé que, dans la correspondance de Pareto, il n’y a pas de lettres ni de citations de Rapin.

2 Notre connaissance de Pareto se fonde essentiellement sur les ouvrages suivants : Giovanni Busino, Introduction à une histoire de la sociologie de Pareto, Genève-Paris, Droz, 1968 ; Giovanni Busino et Pascal Bridel, L’Ecole de Lausanne de Léon Walras à Pasquale Boninsegni, Université de Lausanne, 1987 ; Giovanni Busino, Pareto, Croce : les socialismes et la sociologie, Genève, Droz, 1983 ; Raymond Aron, Les étapes de la pensée sociologique [notamment le chap. consacré à Pareto, pp. 408-496], Paris, Gallimard, 1967 ; Bouvier Alban [dir.], Pareto aujourd’hui, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

3 Cf. Arnold Fink, Quatre Helvétiens et les origines du socialisme dans le canton de Vaud (1880-1914), in Des Helvétiens acteurs de la vie politique vaudoise, tiré à part du Livre d’Or de l’Helvétia vaudoise, Lausanne, Imprimeries Réunies, 2003, pp. 137-154.

4 Gazette de Lausanne, 14.3.1894.

5 Tribune de Genève, 28.11.1902.

6 Giovanni Busino, Vilfredo Pareto à travers sa correspondance, in L’Ecole de Lausanne, pp. 67-77.

7 Dossier ATS aux ACV.

8 Tribune de Genève, 25.10.1902. Rappelons, pour les non-spécialistes en hagiographie, que Jean d’Antioche (354-407), père de l’Eglise grecque, mérita par son éloquence le surnom de Chrysostome, en grec « bouche d’or ».

9 Grutli, 7.2.1919.

10 Oscar Rapin, Le droit au travail, thèse de doctorat, Faculté de Droit de l’Université de Lausanne, 1894, p. 5.

11 Ibidem, p. 7.

12 Ibidem, p. 26.

13 Ibidem, p. 33.

14 Ibidem, p. 38.

15 Ibidem, pp. 39, 43 et 65.

16 Ibidem, p. 54.

17 Ibidem, p. 51.

18 Paul Golay, qui dit un « adieu fraternel » à son camarade dissident, in Le Peuple, 21.1.1941.

19 La Revue socialiste, 1897, citée par Nathalie Liébault, L’apparition des droits des mères et des enfants dans le code du travail, in L’Odyssée des droits de l’homme, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 293.

20 William E. Rappard, Droit au travail ?, tiré à part de Suisse Contemporaine, août 1943, Lausanne, Imprimerie La Concorde, 1943, 14 p.

21 Cf. André Lasserre, La classe ouvrière dans la société vaudoise, 1845 à 1914, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise no 48, 1973. Du même auteur : Pourquoi être socialiste dans le canton de Vaud en 1914 ?, in Geschichte und politische Wissenschaft. Festschrift für Erich Gruner, Berne, Francke, pp. 127-140 et Les origines du socialisme dans le canton de Vaud, in Mélanges offerts à G. Jacquemyns, Université libre de Bruxelles, Ed. de l’Institut de Sociologie, 1968, pp. 461-476 ; Claude Cantini, Le Grutli (1890-1909). Miroir du socialisme vaudois naissant, in Les origines du socialisme en Suisse romande, Cahier AEHMO 5/1988, Lausanne, pp. 39-55 ; Marc Vuilleumier, Aloys Fauquez « père fondateur » du socialisme vaudois ?, in ibidem, pp. 57-71 ; Claude Cantini, « Les socialistes-nationaux vaudois (1909-1945) », in Cahier AEHMO 1/1984, pp. 7-23 ; Pierre Jeanneret, Histoire du Parti socialiste vaudois 1890-1950, Lausanne, éd. PSV, 1982 et Un itinéraire politique à travers le socialisme en Suisse romande. La vie du Dr Maurice Jeanneret-Minkine, 1886-1953, Lausanne, L’Aire, 1991, pp. 120-127.

22 Lasserre, Pourquoi être socialiste, art. cit., p. 127.

23 Sur les campagnes électorales, voir [Guy Saudan, sous la dir. de Jean Meylan], Aspects de la vie politique à Lausanne II. Elections 1982-1982, éd. par la Ville de Lausanne, 1984.

24 Le Grutléen, 20.3.1913.

25 Marc Vuilleumier, Aloys Fauquez « père fondateur » du socialisme vaudois ?, art. cit., pp. 58 et 70.

26 Lasserre, La classe ouvrière, op. cit., pp. 267-278.

27 Ibidem, p. 286.

28 Ibidem, p. 279.

29 Grutli, 1.12.1922.

30 Grutli, 7.12.1938.

31 Sur ces campagnes de votation, voir [Guy Saudan, sous la dir. de Jean Meylan], Aspects de la vie politique à Lausanne I. Votations 1845-1981, op. cit.

32 Grutli, 30.8.1935, cité par Claude Cantini, « Les socialistes-nationaux vaudois (1909-1945), p. 12.

33 Sur la vague corporatiste dans le canton de Vaud, voir Olivier Meuwly, Le radicalisme face à la tentation corporatiste dans les années 1930, in Des Helvétiens, op. cit., pp. 177-223.

34 Sur cette problématique, voir Busino, Vilfredo Pareto à travers sa correspondance, art. cit., pp. 77 sq ; David Beetham, Pareto et l’analyse critique de la démocratie, in Pareto aujourd’hui [sous la dir. d’Alain Bouvier], Paris, Presses universitaires de France, 1999, pp. 179-198.

35 Cf. Busino, Le successeur de Walras et de Pareto : Pasquale Boninsegni, in L’Ecole de Lausanne, op. cit.,pp. 83-93.

36 Busino, Pareto, Croce, op. cit., p. 69.

37 Ibidem, pp. 43-44.

38 Cité par Giovanni Busino, « Vilfredo Pareto », in Encyclopaedia Universalis, 1990, vol. 17, p. 503.

39 Giovanni Busino, « Pareto à travers sa correspondance » in L’Ecole de Lausanne, op. cit., p. 36.

40 Olivier Meuwly, « Le radicalisme face à la tentation corporatiste dans les années 1930 », art. cit., pp. 203-207.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Jeanneret, « Oscar Rapin, l’un des pères du socialisme vaudois et élève de Pareto ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLVIII-146 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/754 ; DOI : 10.4000/ress.754

Haut de page

Auteur

Pierre Jeanneret

Ancien professeur d’histoire au Gymnase

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page