Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En organisant ce XIXe Colloque du Groupe d’étude « Pratiques sociales et Théories », notre objectif était simple : demander à des spécialistes reconnus de nous indiquer les points vifs des recherches et des débats en cours dans le chantier des études sur les sciences.

2Le titre du colloque fut volontairement large, délibérément vague. Ce titre aurait pu favoriser des errances interminables, des dialogues cahotants, bref les incompréhensions courantes entre les historiens, les philosophes et les sociologues. Rien de tout cela n’est arrivé pendant ces deux jours. Bien que les défections, à la dernière minute, des deux historiens invités nous ait privé d’un apport important et fondamental, le jeu de l’échange interdisciplinaire s’est néanmoins développé de la façon la plus satisfaisante.

3Un dialogue constructif s’est noué entre tous les participants par interventions interposées. Les objections formulées, les compléments fournis ici et là, les questions posées, ont donné à nos échanges de l’animation, de la vivacité, voire de la réjouissance intellectuelle puisque à côté des interrogations il y a eu un bon nombre de suggestions à propos de travaux à engager, des recherches à envisager.

4Il serait outrecuidant de vouloir synthétiser les communications réunies dans ce volume et dont la richesse et l’originalité lancent un défi impossible à relever. Par conséquent,  il faut se limiter à porter un regard fugace sur les traits majeurs dégagés dans les tendances actuelles de la recherche.  Les contributions recueillies se prêtent particulièrement bien à cet exercice.

5Assez divers pour susciter des interrogations et assez ouverts pour rendre celles-ci possibles, ces travaux traitent en priorité : 1. De la connaissance; 2. Du réalisme et du constructivisme; 3. De l’objectivité; 4. De la crise et/ou de la recomposition des études sur les sciences.

6De l’étude des exposés, le lecteur tirera des renseignements précieux mais aussi les conclusions de ce XIXe Colloque. Mais par delà ces réflexions de fond, un sentiment restera dans l’esprit de ceux qui ont organisé cette rencontre sur le Campus de Dorigny : la sincérité du dialogue, l’acceptation raisonnée des méthodes critiques, la distinction entre la croyance et la validité, la reconnaissance du statut spécifique des sciences de l’homme et de la société.

7Plus que tout autre, cette conviction restera à l’esprit des participants au Colloque et peut-être, aux lecteurs de ce volume.
Les Rédacteurs

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Avant-propos », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XL-124 | 2002, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ress.revues.org/569

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page