Navigation – Plan du site
Varia

Les deux régimes d’études de l’enseignement supérieur français

Two plans of study within French higher education
Romain Delès
p. 213-233

Résumés

À partir de l’exploitation secondaire de données issues des enquêtes Conditions de vie des étudiants de l’OVE, cet article tente d’identifier deux régimes d’études dans le système d’enseignement supérieur français. Selon des indicateurs variés d’encadrement institutionnel d’une part, de professionnalisation des cursus d’autre part, il apparaît que les formations littéraires de l’Université affichent des caractéristiques très distinctes des autres catégories de formations de l’enseignement supérieur, constituant ainsi un régime d’études particulier, le régime d’études généraliste. Si les analyses comparatives internationales insistent sur la prégnance du modèle adéquationniste en France, il se peut donc que certains espaces précis de l’enseignement supérieur présentent des logiques de professionnalisation différentes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Quels indicateurs retenir ?
1.1. Des indicateurs d’encadrement institutionnel
1.2. Des indicateurs de finalisation professionnelle
2. Des systèmes d’études distincts
2.1. Des différences d’encadrement institutionnel
2.2. Des différences de finalisation professionnelle
2.3. Des différences qui s’accumulent pour constituer deux systèmes d’études

Aperçu du texte

L’objectif de cet article est d’aboutir à une caractérisation de régimes d’études, ou, plus exactement, de régimes de relation formation/emploi. À l’intérieur du système d’enseignement supérieur français coexistent différents sous-systèmes aux logiques et aux finalités bien distinctes. En particulier, toutes les formations supérieures n’entretiennent pas la même relation à l’insertion professionnelle. Il apparaît donc opportun d’identifier des lignes de clivages fortes entre les formations afin d’établir l’existence de systèmes d’études typiques séparés. Sans devancer ce qui sera développé, on peut dire en première approximation et pour préciser le vocabulaire qui sera utilisé ici, que les cursus qui intègrent un objectif d’insertion professionnelle relèveront de ce que nous appellerons le « régime adéquationniste » ; les formations plus académiques et détachées des finalités d’emploi appartiendront au « régime généraliste ». Cette première bipartition grossière du système d’enseign...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Delès, « Les deux régimes d’études de l’enseignement supérieur français », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 55-1 | 2017, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ress.revues.org/3824 ; DOI : 10.4000/ress.3824

Haut de page

Auteur

Romain Delès

Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim
romain.deles"at"u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page