Navigation – Plan du site
L'Europe du grand âge

Vieillir seule : quelle proximité géographique des enfants ?

Ageing on one’s own : which kind of geographical proximity for single women’s children ?
Rémi Gallou et Julie Rochut
p. 69-96

Résumés

Décohabiter ou, à l’inverse, prolonger la cohabitation familiale peuvent être affaire d’autonomie financière, de position sociale ou d’influence culturelle (familialiste vs individualiste). L’article utilise dans un premier temps l’enquête « Share » pour les comparaisons européennes. Dans un deuxième temps, il propose d’étudier le vieillissement des mères de famille vivant sans conjoint en France en abordant la question du départ des enfants. Les familles monoparentales constituant le type de ménage le plus en proie au risque de précarité, l’étude des liens et de la proximité géographique des enfants des femmes vivant sans conjoint prend tout son sens. L’enquête « Familles et Logements » a été mobilisée pour décrire les liens de proximité des enfants à leur mère ne vivant pas en couple. Parmi les résultats, on retiendra que, toutes choses égales par ailleurs, les mères âgées immigrées non européennes de 55 ans ou plus cohabitent davantage avec un enfant. Et lorsque ce n’est pas le cas, elles résident plus souvent que les autres dans la même commune qu’un de leurs enfants.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. La proximité des enfants des ménages de 55 ans ou plus en Europe
1.1. Tour d’horizon : enfants, familles, cohabitation en Europe
2. Le vieillissement des femmes sans conjoint en France
2.1. Conséquences sociales et économiques du passage à la retraite
2.2. Où vivent les enfants des femmes vivant sans conjoint ?
3. Les femmes immigrées vieillissant, grandes absentes des politiques sociales
3.1. Mieux connaître ces femmes, un enjeu social pour les prochaines années
3.2. Entre aider et servir, l’évolution de la solidarité familiale comme modèle
Conclusion

Aperçu du texte

La place de l’enfant lors du vieillissement des parents diffère selon les pays, les sociétés, les cultures. Par place on entend à la fois son positionnement géographique mais aussi la part plus ou moins grande qu’il peut prendre dans la vie des parents, de par son aide et son soutien, ou les sollicitations qu’il peut lui-même exprimer vis-à-vis de ses parents.

Sur une échelle plus large, les différences observées en matière de cohabitation et de pratiques de proximité géographique entre générations selon les différents pays ne sont pas uniquement liées à la culture, mais sont également à rapprocher des politiques nationales développées. Celles qui vont dans le sens d’un soutien affiché au développement de l’autonomie des individus vont ainsi institutionnaliser toutes les étapes de la vie, au sens de l’État-providence. C’est le cas dans la majorité des pays scandinaves. À l’opposé, dans les pays du sud de l’Europe, où la place de la famille et le poids de l’économie non marchande son...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Gallou et Julie Rochut, « Vieillir seule : quelle proximité géographique des enfants ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 55-1 | 2017, mis en ligne le 15 mai 2020, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ress.revues.org/3745 ; DOI : 10.4000/ress.3745

Haut de page

Auteurs

Rémi Gallou

Paris, CNAV – INED / CNAV
remi.gallou"at"cnav.fr

Julie Rochut

CNAV – Université Paris-Sud
julie.rochut"at"cnav.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page