Navigation – Plan du site
Auguste Comte: regards croisés

Fallait-il oublier Comte ?

Retour sur The Counter-Revolution of Science
Was Comte bound to be forgotten ? A Reappraisal of The Counter-Revolution of Science
Michel Bourdeau
p. 89-111

Résumés

La place accordée à Auguste Comte par Friedrich Hayek dans The Counter-Revolution of Science (1952) invite à revenir sur la méthodologie des sciences sociales et sur les rapports entre néo-libéralisme et positivisme. Après avoir rappelé dans quelles circonstances l’ouvrage a été composé, l’article examine les aspects respectivement historiques et conceptuels de la question. Il apparaît que la condamnation du scientisme de Comte par Hayek repose largement sur une pétition de principe et dérive d’un subjectivisme sous-jacent à l’individualisme méthodologique lui-même. De plus, Hayek ne voit pas que la notion d’ordre spontané est au cœur de la statique sociale comtienne, ce qui invalide une bonne partie de son interprétation ; et il ne voit pas non plus que l’idée d’ordre spontané appelle celle d’ordre modifiable. L’importance des Lumières écossaises pour Comte explique que ses positions soient malgré tout moins distantes de celles de Hayek que ce dernier ne le donne à entendre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. La place de The Counter-Revolution of Science dans l’œuvre de Hayek
2. Entre Saint-Simon et Hegel
3. Les avatars du scientisme et la méthodologie des sciences sociales 
4. Le plaidoyer pour l’individualisme méthodologique
5. Ordre spontané, ordre modifiable
Conclusion

Aperçu du texte

Publié par Friedrich Hayek en 1952, The Counter-Revolution of Science. Studies on the Abuse of Reason, est sans doute l’un des livres les plus importants écrits sur Auguste Comte dans la seconde moitié du siècle dernier. Encore que son impact dans les pays francophones ait été minime, il est permis de penser qu’on y trouve la formulation la plus achevée de l’image qui prévaut encore aujourd’hui de l’auteur du Cours de philosophie positive. Raymond Aron, Georges Canguilhem, Claude Lévi‑Strauss, sont là pour nous rappeler qu’en France ceux qui achevaient leur formation à la veille de la dernière guerre connaissaient bien l’œuvre de Comte et étaient capables d’en reconnaître l’intérêt. Sa quasi totale occultation durant le demi-siècle qui a suivi fait donc problème. On peut invoquer le mouvement pendulaire de l’histoire, faire valoir que le positivisme s’était si bien identifié à la Troisième République qu’il devait sombrer avec elle ou renvoyer encore à ce que l’on a appelé la seconde...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bourdeau, « Fallait-il oublier Comte ?  », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 54-2 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 21 août 2017. URL : http://ress.revues.org/3592 ; DOI : 10.4000/ress.3592

Haut de page

Auteur

Michel Bourdeau

IHPST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne –CNRS – ENS
Mbbourdeau"at"gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page