Navigation – Plan du site
Auguste Comte: regards croisés

Comte revu et corrigé : le cas Littré

Comte’s sociology revised : the case of Littré
Annie Petit
p. 69-88

Résumés

On analyse ici les positions d’Émile Littré, l’un des disciples les plus proches d’Auguste Comte, mais aussi l’un des plus infidèles, à propos de la sociologie. Après un rappel du cadre et des limites de son allégeance, on examine son premier militantisme où l’on décèle déjà les thèmes des différends ultérieurs. Ils touchent surtout à la compréhension d’une science sociale avant tout liée à la politique actuelle et à la confusion de la sociologie et l’histoire. Après s’être écarté de Comte, Littré développe une sociologie qui accentue encore ces divergences. Cette question des liens entre sociologie, politique et histoire hantent les débats de ceux qui, en France, s’efforcent d’institutionnaliser la nouvelle discipline.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Cadres et limites d’une allégeance
2. Le militantisme de Littré au National
3. La sociologie de Littré

Aperçu du texte

Auguste Comte est à la recherche depuis sa jeunesse d’une « physique sociale » qu’il fonde dans le Cours de philosophie positive en lui donnant en 1839 le nom de « sociologie ». Émile Littré est, lorsqu’il lit le Cours en 1840, un auteur déjà connu auquel sont ouverts de nombreux journaux et revues. Il s’enthousiasme pour la nouvelle philosophie et en fait la promotion dans Le National. Par la suite, Littré se montre à la fois très proche de Comte et volontiers infidèle, au point de quitter dès 1852 la Société positiviste qu’il avait contribué à fonder en mars 1848. Il s’agit ici d’examiner de plus près les positions de ce disciple indiscipliné, en particulier pour ce qui touche à la philosophie des sciences sociales.

1. Cadres et limites d’une allégeance

Littré entre en relation avec Comte en 1844. Les articles qu’il lui consacre dans Le National à partir du mois de novembre assurent une importante audience à Comte, lequel est ravi de cette efficace recrue et juge Littré comme « l’ho...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Petit, « Comte revu et corrigé : le cas Littré », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 54-2 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2019, consulté le 29 avril 2017. URL : http://ress.revues.org/3591 ; DOI : 10.4000/ress.3591

Haut de page

Auteur

Annie Petit

Université Montpellier 3
anniepetit2"at"wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page