Navigation – Plan du site
Les usages sociaux des sciences du vivant

Causalisme et contextualisation : sur les usages de la biologie par les sciences sociales

Causalism and contextualization : on the uses of biology in the social sciences
Sébastien Lemerle et Carole Reynaud-Paligot
p. 159-182

Résumés

L’articulation des sciences de la vie aux sciences sociales est une question qui n’a cessé de susciter interrogations et débats durant la dernière décennie. À partir de quatre exemples (neurosciences sociales, naturalisme social, épidémiologie des représentations et génétique comportementale), l’article traite du type de dialogue existant de nos jours entre ces deux champs de connaissance. Il aborde ensuite deux questions paraissant concentrer les principaux problèmes : celle des régimes de causalité en vigueur dans les deux approches et celle de la relation entre facteurs biologiques et « contexte » social. Enfin, il montre que ces débats n’épuisent pas toute de la réflexion que les sciences sociales doivent mener au sujet du bio-naturalisme, qu’il soit théorique ou appliqué.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Quels rapports les sciences sociales peuvent-elles entretenir avec les sciences du vivant ?
2. Causalité et contexte
3. Pour une sociologie du bio-naturalisme
Conclusion

Aperçu du texte

L’articulation des sciences du vivant aux sciences sociales est une question qui ne cesse de susciter interrogations et débats. Déplorées ou revendiquées, leurs différences d’approches, en termes de vocabulaire et de grilles d’explications, font régulièrement l’objet d’articles, d’ouvrages, de numéros spéciaux. Cette question a suscité durant la dernière décennie un surcroît d’efforts qui mérite d’être pris en considération, à la fois par la qualité des contributions proposées mais aussi par la vigilance affichée par la plupart des contributeurs pour ne pas tomber dans les ornières d’un réductionnisme biologisant historiquement dépassé (Guillo, 2012).

L’éventail des propositions est large et il serait présomptueux de faire dans le cadre de cet article un panorama complet des différentes options pratiquées. L’apparition de lignes de force nous a cependant conduit à vouloir présenter sous un éclairage peut-être différent les enjeux de débats souvent très théoriques. En nous appuyant s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lemerle et Carole Reynaud-Paligot, « Causalisme et contextualisation : sur les usages de la biologie par les sciences sociales », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 54-1 | 2016, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ress.revues.org/3494 ; DOI : 10.4000/ress.3494

Haut de page

Auteurs

Sébastien Lemerle

Université Paris Ouest Nanterre La Défense – CRESPPA
slemerle"at"u-paris10.fr

Articles du même auteur

Carole Reynaud-Paligot

Université Paris 1 – CRHXIX
c.reynaud-paligot"at"orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page