Navigation – Plan du site
Varia

Durkheim a-t-il visé dans le Mill ?

La critique durkheimienne de la prétention à l’universalité de l’économie politique à la lumière de l’œuvre de J. S. Mill
Had Durkheim a point against Mill ? The Durkheimian criticism of political economy’s pretension to universality in light of J.S. Mill’s work
Philippe Gillig
p. 219-244

Résumés

Émile Durkheim a noué un rapport critique aux économistes de son époque, dénonçant en particulier une supposée prétention à établir des lois naturelles. Leur échec tiendrait à leur hypothèse centrale d’un homo œconomicus – théorisée par John Stuart Mill – qu’ils prendraient pour une vérité intemporelle. Cet article tente de montrer que cette critique est précisément infondée en regard de l’œuvre de Mill. Ce dernier revendique au contraire clairement la relativité des lois économiques. En outre, la critique durkheimienne, qui semble d’abord d’ordre épistémologique, est en fait intimement liée à une dénonciation d’ordre politique et morale du laissez-faire. Mais là encore, nos deux auteurs se rejoignent bien plus que ce qu’on aurait tendance à croire : Mill est loin d’être un apologiste aveugle du marché.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. La critique durkheimienne de la prétention à l’universalité du discours économique
1.1. Le rapport ambigu de Durkheim aux « lois naturelles » de l’économie classique
1.1.1. La revendication durkheimienne de l’existence de « lois naturelles » dans le monde social : l’éloge des économistes
1.1.2. La compréhension positiviste par Durkheim des « lois naturelles » contre la conception des économistes
1.2. La critique de l’universalité de l’homo œconomicus et des lois bâties sur lui
1.3. Une critique qui se tient à un niveau trop général
2. Le contresens de Durkheim sur le rapport de Mill à l’universalité de la théorie économique
2.1. La conception millienne de l’abstraction
2.2. Mill et la question du degré de validité des lois économiques
2.3. Mill et la question du « laissez-faire »
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Parmi les nombreuses critiques adressées à l’économie politique, on trouve en particulier la dénonciation maintes fois répétée d’une certaine prétention des économistes à établir des lois universelles, à les présenter comme « naturelles », nécessaires ou immuables. Karl Marx a ainsi dénoncé la « naturalité » de l’économie politique, c’est-à-dire le fait que la théorie économique supposerait la propriété privée comme un fait « éternel » (Marx et Engels, 1972 [1844], p. 32) et qu’elle considérerait par la même le régime capitaliste comme « la forme absolue et définitive de la production sociale » (Marx, 1962 [1867], p. 19-20, postface de la seconde édition allemande du Capital, traduit par nous). Friedrich List a remis en cause le « cosmopolitisme » (Kosmopolitismus) de l’« école » d’Adam Smith, c’est-à-dire sa prétention à établir des vérités qui concernent le genre humain (List, 1910 [1841], p. 20). Bruno Hildebrand affirme pour sa part que les mercantilistes, les physio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gillig, « Durkheim a-t-il visé dans le Mill ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/3353 ; DOI : 10.4000/ress.3353

Haut de page

Auteur

Philippe Gillig

Université de Strasbourg, BETA
Phailaippe"at"yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page