Navigation – Plan du site
Varia

Les durkheimiens et le Collège de France (1897-1918)

The Durkheimians and the Collège de France (1897-1918)
Rafael Faraco Benthien
p. 191-218

Résumés

Quoique les premiers durkheimiens n’aient guère eu de difficultés à obtenir des chaires à Paris, le Collège de France leur est resté relativement fermé : sur sept tentatives entre 1897 et 1918, seules deux ont été fructueuses. Pour éclairer cette résistance, d’autant plus difficile à comprendre que le Collège s’ouvrait alors aux sciences sociales, cet article procède en deux temps. Une première partie sur la contextualisation du Collège (sa position au sein du système universitaire, les particularités de son recrutement, les rapports de force le traversant) permet de repérer une série de facteurs dont la régularité est confirmée par l’analyse des candidatures des durkheimiens à laquelle est consacrée une seconde partie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Le Collège de France : histoire et « dispositions » d’une institution
1.1 Le Collège de France et l’innovation universitaire
1.2. Le mode de recrutement du Collège de France
1.3. Les rapports de force au Collège de France
2. Les six candidatures des durkheimiens au CF
2.1. Durkheim : échecs paradigmatiques
2.2. Meillet : un succès « légitime »
2.3. Fossey : un succès « illégitime »
2.4. Le double échec de Mauss
2.5. Simiand : non au socialisme, non à la sociologie
Conclusion : science et politique

Aperçu du texte

Depuis les recherches de Victor Karady (1976 et 1979) sur l’institutionnalisation de la sociologie durkheimienne, d’autres travaux, dont les biographies consacrées à Émile Durkheim (Lukes, 1973 et Fournier, 2007) et à Marcel Mauss (Fournier, 1994), ont permis d’éclairer plus précisément la pénétration de cette nouvelle discipline à la Sorbonne ainsi qu’à l’École pratique des hautes études (EPHE). Dans ce contexte universitaire, la question des rapports entre les durkheimiens et le Collège de France (ci-après CF) a été beaucoup moins étudiée, alors même qu’elle s’avère pourtant problématique. En effet, au moment où le Collège s’ouvre aux sciences sociales (tableau 1), Durkheim et ses collaborateurs ne ménageront pas leurs efforts pour s’y faire une place : six candidatures en témoignent (tableau 2). Or parmi elles, les deux seules qui ont débouché sur un recrutement relevaient de disciplines traditionnelles rattachées aux « études littéraires », et non des sciences sociales.

Tableau 1...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rafael Faraco Benthien, « Les durkheimiens et le Collège de France (1897-1918) », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ress.revues.org/3345 ; DOI : 10.4000/ress.3345

Haut de page

Auteur

Rafael Faraco Benthien

Universidade Federal do Paraná (Brésil)
rfbenthien"at"hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page