Navigation – Plan du site
Varia

Retour sur le libéralisme conservateur de Wilhelm Röpke

A reappraisal of Wilhelm Röpke’s conservative liberalism
Raphaël Fèvre
p. 147-190

Résumés

L’objet de cet article est double. C’est, d’abord, une reconstruction du discours décliniste de Wilhelm Röpke [1899-1966], de son articulation et de sa singularité. C’est ensuite une explicitation des prétentions théoriques de l’auteur à l’aune de l’analyse historique qui est la sienne. L’article fait ainsi apparaître les préoccupations fondamentalement morales de Wilhelm Röpke et leurs implications au niveau de son libéralisme tant économique que politique. On conclut alors que si ces dernières mettent en lumière la cohérence d’une œuvre orientée vers une réforme sociétale ambitieuse, elles n’en restent pas moins impuissantes à associer de manière rigoureuse une logique interventionniste libérale avec un contenu conservateur social.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié de multiples remarques recueillies au sein de séminaires à Lausanne (HIPE) et à Paris (AOH). Je tiens à remercier chaleureusement tous ses participants. Merci également au secrétaire de rédaction de la Revue européenne des sciences sociales pour sa relecture attentive et ses remarques qui m’ont permis d’améliorer le texte. Toute erreur ou maladresse est mienne.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Le déclin économique et social du monde occidental : une interpretation morale et philosophique
1.1. Les causes économiques : concentration, division du travail et machinisme
1.2. Les causes socio-politiques : démographie et règles internationales
1.3. Les causes philosophiques et morales : Fides et Ratio
2. Répondre à la crise sociale : les tensions du liberalisme röpkeen
2.1. Morale et science économique : retour à l’economie politique
2.2. Élitisme, anti-pluralisme et démocratie économique
2.3. Interventionnisme libéral et conservatisme sociologique
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le désordre social, c’est, pour l’économiste, une équation qui n’est pas satisfaite, mais pour le sociologue, une civilisation qui meurt dans les troubles d’une douloureuse agonie.
Jacques Rueff (1967 [1945], p. 598)

Ces mots de Jacques Rueff résument l’œuvre d’une vie : celle de Wilhelm Röpke, figure centrale de l’ordolibéralisme allemand. Ses travaux, point de rencontre entre l’économie, la sociologie et la philosophie de la culture, offrent une étude à la fois négative et positive du libéralisme, basée sur l’examen de son cheminement dans l’histoire de l’Occident. En ce sens, il est également – et peut-être avant tout – un penseur du déclin, mariant analyse historique et économie politique. L’ambition de cet article est de reconstruire cette analyse historique à la hauteur de l’ensemble de l’œuvre de Röpke, en mettant en exergue certaines catégories à même d’éclairer ses prétentions positives. Il s’avère à notre sens indispensable d’expliciter sa lecture historique afin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Fèvre, « Retour sur le libéralisme conservateur de Wilhelm Röpke », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/3332 ; DOI : 10.4000/ress.3332

Haut de page

Auteur

Raphaël Fèvre

Université de Lausanne, Centre d’études interdisciplinaires Walras-Pareto & Université Paris I, Centre d’économie de la Sorbonne
raphael.fevre"at"gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page