Navigation – Plan du site
Les symboles et les choses: une approche anthropologique

Ontologie et anthropologie

Dix ans de controverse (Brésil, France, États-Unis)
Onthology and anthropology : ten years of controversy (Brazil, France, United States)
Erwan Dianteill
p. 119-144

Résumés

Le concept d’ontologie est aujourd’hui objet de vifs débats en anthropologie culturelle et sociale. Alors qu’il s’agit d’un concept éminemment philosophique, il est passé dans le vocabulaire des sciences sociales depuis une vingtaine d’années. Le moment clef de cette incorporation est la publication de l’ouvrage Par-delà nature et culture (2004) de Philippe Descola, traduit en anglais en 2013. Mais dès avant la publication de l’ouvrage, le dialogue que Descola avait eu avec Eduardo Viveiros de Castro avait contribué à la formation de son modèle des quatre ontologies. Comme nous le verrons, la réception contrastée du livre en France s’y explique par la diversité de la discipline anthropologique. Le débat s’est ensuite prolongé aux États-Unis avec la publication du livre dans ce pays. L’anthropologie des ontologies a-t-elle passé avec succès le test de résistance de la critique internationale ? Tel est l’objet de cet article.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Le débat Viveiros de Castro vs Descola
2. Lectures françaises
3. Aux États-Unis
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Avant les années 1990, le concept d’ontologie appartenait exclusivement au vocabulaire philosophique, et semblait étranger aux sciences sociales. En tant que « science de l’être », l’ontologie a une longue histoire, qui trouve son origine chez Platon (Le Sophiste), peut-être même chez les présocratiques, avec Parménide (Le Poème). Si la réflexion sur l’être date de la Grèce antique, et s’est épanouie avec la scolastique du Moyen Âge (Saint Anselme, Saint-Thomas), le mot est créé en latin en 1606 par Jacob Lorhard (1561-1609), philosophe méconnu, recteur au Gymnasium de Saint Gallen (Suisse), puis il est repris par Rudolf Göckel (1547-1628), professeur de logique à l’université de Marburg. Il connaît ensuite une grande fortune à l’époque moderne et contemporaine, qui culmine au xxe siècle avec la phénoménologie de Husserl et l’existentialisme de Heidegger et Sartre.

On chercherait en vain en revanche, même chez les théoriciens des sciences sociales les plus portés à l’abs...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Dianteill, « Ontologie et anthropologie », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ress.revues.org/3314 ; DOI : 10.4000/ress.3314

Haut de page

Auteur

Erwan Dianteill

Université Paris Descartes, CANTHEL – Institut Universitaire de France
erwan.dianteill"at"parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page