Navigation – Plan du site
Les symboles et les choses: une approche anthropologique

D’os, d’habits et de cendres

Corps exhumés et reconfiguration des dispositifs rituels et symboliques dans le Pérou post-conflit
Of bones, clothes and ashes : exhumed bodies and the reconfiguration of ritual and symbolic devices in post-conflict Peru
Valérie Robin Azevedo
p. 75-98

Résumés

Depuis une vingtaine d’années, les campagnes d’exhumations de charniers des épisodes de violence de masse se sont déployées à l’échelle internationale. C’est notamment le cas du Pérou où l’on décompte environ quinze mille personnes disparues et plus de six mille fosses communes relatives au conflit armé de la fin du xxe siècle. L’apparition extraordinaire de ces morts déterrés engage, pour les familles concernées, une gestion complexe de ces retrouvailles inespérées, tant sur le plan matériel que symbolique. On verra que les exhumations induisent une reconfiguration des modes d’action rituels et cultuels et des réponses socioculturelles inédites en termes d’élaboration collective du deuil. C’est à la circulation de ces restes humains, aux dispositifs funéraires qui les encadrent et à la destinée post-mortem des morts retrouvés, ou de leurs substituts, que cet article propose d’apporter un éclairage à partir de l’exemple péruvien.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Ouvrir la terre, exhumer les corps
1.1. La fosse de Cceraocro : de l’indifference à la réactivation des morts exhumés
2. La morgue, lieu de reconstitution et d’identification des « corps »
3. Macabre friperie ou « les habits qui parlent »
4. Nouvelle cartographie de l’économie funèbre et brouillage temporel
5. Quand les corps ne seront jamais rendus ou la mise en place de substituts
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis une vingtaine d’années, dans le cadre des procédures de justice transitionnelle qui se déploient à l’échelle planétaire dans les pays qualifiés de post-conflit (Lefranc, 2009), les campagnes d’exhumations de charniers se sont multipliées. C’est le cas notamment en Espagne (voir Ferrandiz, 2013), au Rwanda (voir Korman, 2013), au Cambodge (voir Guillou, 2012), au Guatemala (voir Sanford, 2003) ou encore au Pérou pour ne citer que quelques exemples. Conçues comme des politiques de « réparation » aux victimes de violence de masse, elles consistent à localiser, identifier et remettre aux familles des morts et disparus les restes humains récupérés. L’objectif des institutions internationales qui œuvrent à ces opérations est de « rendre leur dignité » aux défunts et de soulager les familles concernées afin que ces dernières puissent enfin ré-inhumer leurs défunts et entamer leur deuil. Le langage de la compassion mobilisé est révélateur de la place, aujourd’hui indiscutable, occupé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Robin Azevedo, « D’os, d’habits et de cendres », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 27 avril 2017. URL : http://ress.revues.org/3284 ; DOI : 10.4000/ress.3284

Haut de page

Auteur

Valérie Robin Azevedo

Université Paris Descartes, CANTHEL
valerie.robin-azevedo"at"parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page