Navigation – Plan du site
Les symboles et les choses: une approche anthropologique

La fabrique symbolique de la femme et de l’homme en ses espaces

Représentations poétiques et pratiques rituelles (Athéna et Aphrodite)
The symbolic fabrication of woman and man in its spaces : poetic representations and ritual practices (Athena and Aphrodite)
Claude Calame
p. 51-74

Résumés

S’il est un espace construit qui peut apparaître comme réalité géo-architecturale, mais qui offre une configuration d’ordre symbolique, c’est bien le sanctuaire, en particulier en Grèce ancienne. Imaginé, configuré et dit par l’homme de culture en rapport avec les divinités qu’il vénère, l’espace du sanctuaire retracé par les archéologues comme ensemble de realia requiert une perspective d’anthropologie culturelle (historique). Avec une telle approche, il est possible d’identifier les valeurs symboliques attribuées à un espace paysager, d’une part en relation avec les actions narratives que le « mythe » y met en scène dans le passé héroïque, et d’autre part en rapport avec les pratiques sociales et rituelles que cet espace architectural accueille, hic et nunc, dans un double processus d’anthropopoiésis, narrative et rituelle. C’est ce que l’on aimerait montrer à l’exemple d’un complexe de sanctuaires paysagers qui, sur l’Acropole d’Athènes, disent, entre mythes et rituels, les valeurs symboliques attachées au statut de l’épouse de citoyen.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est une version révisée de Claude CALAME, 2010, « Jardins cultuels et rites féminins d’adolescence. L’autochtonie athénienne en ses sanctuaires paysagers », Revue de lhistoire des religions, 227-4, p. 459-479.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Prairies de poètes et jardins de culte
2. Entre rituel et mythe : Athéna et Aphrodite
3. Valeurs culturelles et métaphoriques pour un processus anthropopoiétique
3.1. Récit héroïque : enfant et jeunes filles
3.2. Pratiques rituelles : les protagonistes de l’arrhéphorie
4. Espaces cultuels et paysagers
Conclusion : une éducation gynécopoiétique

Aperçu du texte

Si en histoire d’une culture autre il est une discipline qui s’attache aux realia et à leur reconstitution, c’est certainement l’archéologie. L’investigation archéologique porte en général sur des espaces construits. Or ces espaces correspondent à des realia qui d’une part procèdent d’intentions et de configurations culturelles, qui d’autre part étaient les lieux de pratiques et les objets de représentations hautement symboliques. C’est en particulier le cas des espaces de déploiement de la culture polythéiste de la Grèce ancienne, domaine d’une archéologie qui s’est illustrée dans la reconstitution de grands sanctuaires : Olympie, Delphes, l’Acropole d’Athènes. Mais avec quelles significations, pour quelles pratiques ?

De plus, d’« Homère » à Callimaque en passant par Pindare ou Sophocle, la culture de la Grèce ancienne, en tant que « song culture», se distingue par ses productions poétiques. Elles abondent en descriptions d’espaces chargés de valeurs symboliques dans une construct...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Calame, « La fabrique symbolique de la femme et de l’homme en ses espaces », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-2 | 2015, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 16 août 2017. URL : http://ress.revues.org/3252 ; DOI : 10.4000/ress.3252

Haut de page

Auteur

Claude Calame

EHESS, Paris
claude.calame"at"unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page