Navigation – Plan du site
Varia

Le créationnisme est-il seulement une affaire de foi ?

Enquête sur l’origine des espèces en France et au Maroc
Is creationism only a matter of faith ? The origin of species in France and in Morocco
Dominique Guillo
p. 227-263

Résumés

Le rejet du darwinisme, l’adhésion à une représentation de l’origine des espèces marquée par le créationnisme et la foi religieuse sont considérés dans beaucoup d’enquêtes comme des attitudes étroitement liées l’une à l’autre. L’objectif du présent article est de montrer que ce schéma explicatif doit être révisé. Les représentations des espèces vivantes n’obéissent pas à une logique binaire fondée sur l’opposition entre foi et raison, religion et science. Pour le montrer, nous présentons ici une comparaison entre deux terrains a priori fort contrastés : la France et le Maroc. Cette enquête fait également ressortir une caractéristique majeure de ces croyances, négligée dans les investigations sur ce thème : elles sont souvent intrinsèquement floues, parce que beaucoup d’individus ont vis-à-vis de cette question – l’origine des espèces – une forme d’indifférence. Cette thématique ne paraît donc pas universellement et nécessairement investie d’une puissante charge sacrée et polémique, même si elle l’est parfois très fortement.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches évoquées dans cet article ont été réalisées avec le soutien des programmes ANR LICORNES (ANR-12-CULT-0002) et ASCE (ANR-13-PDOC-0004). Je remercie François Ireton et Enrique Klaus pour m’avoir aidé dans la collecte et le traitement des données présentées dans la deuxième partie. Je remercie également le comité de rédaction de la revue et l’évaluateur de l’article pour leurs remarques et suggestions, dont je me suis efforcé de tenir compte.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. La France : un « évolutionnisme » très éloigné du darwinisme
1.1. Un problème posé à un échantillon d’étudiants d’une grande école scientifique
1.2. Un transformisme marqué par l’échelle des êtres anthropocentrée
1.3. Un évolutionnisme proche de certaines formes de créationnisme
1.4. Des représentations floues et une indifférence relative à l’égard de la question
2. Le Maroc : quel créationnisme trouve-t-on ?
2.1. Le problème généalogique soumis à des étudiants marocains
2.2. Les modifications apportées au protocole expérimental dans ce contexte
2.3. La présence minoritaire du fixisme généralisé
2.4. Un transformisme assez proche de celui des étudiants français
2.5. Le rôle majeur d’un critère positif : les différences d’apparence entre les êtres vivants
2.6. Une hypothèse confirmée par des entretiens menés autour du problème posé
3. Indifférence relative et flou des représentations du vivant dans le grand public

Aperçu du texte

La réception du darwinisme est aujourd’hui très largement analysée au moyen d’une grille de lecture dont les lignes essentielles ramènent à la thèse wébérienne de la sécularisation opérée par la science. En affirmant que l’émergence et le devenir des espèces vivantes ne doivent rien à l’action intentionnelle de quelque force occulte, le darwinisme, fait-on valoir, a contribué au « désenchantement du monde » provoqué par le rationalisme moderne, en l’étendant au domaine biologique. Il n’a pu manquer, ce faisant, de rencontrer la résistance des mouvements religieux, et plus largement des croyants. Réciproquement, il a contribué de manière décisive à diffuser auprès des non-croyants – ou des croyants moins fervents – une conception de la nature débarrassée des schèmes créationnistes.

Telle est en particulier la thèse qui supporte une bonne partie des travaux actuels en philosophie, en sciences cognitives et en sciences sociales. On retrouve dans ces travaux un schéma explicatif récurren...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Guillo, « Le créationnisme est-il seulement une affaire de foi ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/3001 ; DOI : 10.4000/ress.3001

Haut de page

Auteur

Dominique Guillo

CNRS, Paris – GEMASS et CRESC (UM6P), Rabat
dominiqueguillo"at"yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page