Navigation – Plan du site
Varia

Repenser la neutralité axiologique

Objectivité, autonomie et délibération publique
Rethinking the axiological neutrality : objectivity, autonomy and public deliberation
Marc-Kevin Daoust
p. 199-225

Résumés

L’objectif de cet article est double. D’une part, il vise à identifier une interprétation éthique de la neutralité axiologique, et non de réduire ce critère à des considérations épistémologiques comme la distinction entre faits et valeurs. On peut, en effet, interpréter le critère de neutralité axiologique comme un mécanisme visant à défendre l’autonomie des différents membres de la communauté universitaire. D’autre part, cet article entend utiliser cette interprétation éthique pour répondre aux critiques contemporaines de la neutralité axiologique. Amartya Sen et Hilary Putnam ont proposé des critiques pertinentes de la neutralité axiologique, en réfléchissant sur les conditions d’objectivité du discours éthique et politique. Au terme de cette analyse, nous proposerons une conception publique de la science, qui répond à l’impératif éthique de neutralité en sciences sociales, ainsi qu’au programme de recherche amorcé par Sen et Putnam. L’examen critique et public de la science est ce qui permet de respecter tant l’exigence de neutralité chez Weber que la demande d’une science renouvelée chez Sen et Putnam.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Deux interprétations de la neutralité axiologique
1.1. Un bref retour sur l’interprétation straussienne de la neutralité axiologique
1.2. La neutralité axiologique comprise comme un idéal éducationnel
1.3. Neutralité et fonction : une interprétation kantienne du critère wébérien
2. Hilary Putnam, Amartya Sen, et les sciences sociales normatives
2.1. Putnam et la réfutation de la dichotomie fait/valeur
2.2. Sen, les capabilités et la valeur de la science
3. Peut-on concilier la neutralité axiologique aux objectifs de Sen et Putnam ?
3.1. Une illustration emblématique de ce que doit signifier une science publique
Conclusion

Aperçu du texte

Dans quelles limites un scientifique est-il justifié d’user de son autorité, surtout quant aux questions éthiques et politiques ? Peut-on imaginer des conditions dans lesquelles il serait préférable que le ou la scientifique limite l’usage de son autorité, qu’il s’en tienne à une position « neutre » ? Comme le souligne Nathalie Heinich à juste titre, « la règle wébérienne de “neutralité axiologique”, prônant l’abstention de tout jugement de valeurs par l’enseignant ou le chercheur dans le cadre de ses fonctions, est loin de faire aujourd’hui, concrètement, l’unanimité » (2006, p. 290). Le but de cette analyse est double. D’une part, l’objectif poursuivi est d’analyser les limites de l’autorité scientifique, en particulier lorsqu’il s’agit d’élucider des questions d’éthique et de philosophie politique. Il s’agit de déterminer, au regard de l’œuvre de Max Weber, s’il existe des raisons suffisantes appuyant le critère de neutralité axiologique. L’analyse en cours vise à formuler une th...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Kevin Daoust, « Repenser la neutralité axiologique », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/3000 ; DOI : 10.4000/ress.3000

Haut de page

Auteur

Marc-Kevin Daoust

Université de Montréal
marc-kevin.daoust"at"umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page