Navigation – Plan du site
Les élections européennes de 2014: élections de crise, élections en crise

Economic hardship and extreme voting under the economic crisis

A comparison between Italy and Greece
Camille Bedock et Pavlos Vasilopoulos
p. 177-196

Résumés

Une des implications principales de la crise économique en Europe est l’érosion des partis dominants. Ceci est particulièrement évident en Europe du Sud, où la crise vient ébranler des systèmes partisans qui avaient parfois été stables pendant des décennies. Cet article vise à explorer un aspect de la théorie économique du vote qui n’a pas fait l’objet d’enquêtes approfondies : l’impact de la perception d’une dégradation des conditions de vie sur la propension à voter pour un parti radical, en s’appuyant sur le cas des élections européennes de 2014 en Grèce et en Italie. Les résultats montrent que cet impact est fortement variable d’un système à l’autre. Dans le cas italien, la dégradation des conditions de vie n’a pas conduit les électeurs italiens à être plus prompts à soutenir des alternatives radicales à gauche ou à droite, puisque SEL et la Ligue du Nord n’ont pas modifié leurs orientations idéologiques traditionnelles après l’éclatement de la crise. Au contraire, en Grèce, SYRIZA et Aube dorée ont été à même d’attirer à eux beaucoup des électeurs ayant perdu le plus pendant la crise, soit par une rhétorique anti-austérité, soit en blâmant les immigrants pour l’ampleur de la crise économique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1.Economic perceptions and voting behavior after the economic crisis
2.The 2014 European election in Italy
3.The 2014 European election in Greece
4.Methodology and data
5. Results
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

The theory of economic voting offers useful insights into the way that the economic crisis has affected the electoral behavior of European publics. Economic voting theory states that when the economy goes well voters will tend to reward the government, while on the contrary when the economy goes bad voters will tend to punish the government by supporting the opposition (Lewis‑Beck and Stegmaier, 2007). The premises of the economic voting theory have received strong support, time and again, across different national contexts and election types (Anderson, 2000; Nezi, 2012; Fraile and Lewis-Beck, 2010; Fraile and Lewis-Beck, 2012). Yet the European economic crisis has created the demise of not only incumbent parties but in a number of countries has also caused a landslide for the whole political system, characterized by the shrink of mainstream parties and the rise of new populist parties placed on the both ends of the ideological spectrum. This was particularly felt in the...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bedock et Pavlos Vasilopoulos, « Economic hardship and extreme voting under the economic crisis », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 20 août 2017. URL : http://ress.revues.org/2998 ; DOI : 10.4000/ress.2998

Haut de page

Auteurs

Camille Bedock

Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim
camille.bedock"at"scpobx.fr

Pavlos Vasilopoulos

Sciences Po Paris, CEVIPOF
pavlos.vasilopoulos"at"sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page