Navigation – Plan du site
Les élections européennes de 2014: élections de crise, élections en crise

L’Europe des populismes : confluences et diversité

A Europe of populisms : convergence and diversity
Gilles Ivaldi et Andrej Zaslove
p. 121-155

Résumés

Les élections européennes de mai 2014 ont été marquées par la poussée des partis populistes. À partir des données comparatives issues de l’enquête « Comparative Electoral Dynamics in the European Union in 2014 », cet article examine les motivations du vote en faveur des partis populistes de gauche et de droite, et de leur rapport avec le projet d’intégration européenne dans les États membres contributeurs et bénéficiaires de l’UE. Nous trouvons des niveaux plus élevés de défiance politico-institutionnelle chez les supporters des partis populistes de gauche et de droite dans les deux groupes de pays, avec cependant des attitudes économiques et culturelles divergentes. Les supporters des populismes de gauche dans les pays bénéficiaires se révèlent plus eurosceptiques que leurs homologues des pays contributeurs. Dans les pays contributeurs, l’euro- scepticisme a un effet marginal sur le populisme de gauche mais il joue un rôle central dans la mobilisation par les partis populistes de droite, en lien avec le conservatisme culturel, l’opposition à la globalisation et le protectionnisme économique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1. Expliquer le(s) populisme(s)
2. Définir le populisme
3. Gauche et droite populistes
3.1. La droite radicale populiste
3.2. La gauche populiste
3.3. Intégration européenne et globalisation économique
4. Données, sélection des cas et méthodes
5. Résultats
5.1. La droite radicale populiste
5.2. Le populisme comme unificateur
5.3. La gauche populiste
5.4. Au sud de l’Europe…
5.5. Beppe Grillo et le M5S
Conclusion

Aperçu du texte

Les élections européennes de mai 2014 ont été marquées par le déclin des grands partis de gouvernement et la poussée des forces périphériques. Dans des pays comme la France, le Royaume-Uni, le Danemark ou l’Autriche, ce phénomène s’est traduit pour l’essentiel par le soutien aux protagonistes établis de la droite radicale populiste, tels le Front national (FN), le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), le Parti du Peuple danois (DF) ou le Parti autrichien de la Liberté (FPÖ) (Ivaldi, 2014). En Europe méridionale, nous avons assisté au succès de formations de gauche populiste, à l’image de SYRIZA (Coalition de la gauche radicale) en Grèce ou de Podemos en Espagne. De nouveaux acteurs ont émergé, enfin, à la marge du système politique européen, à l’instar d’Alternative für Deuschland (AfD) outre-Rhin ou du populisme post-matérialiste incarné par le Movimento Cinque Stelle (M5S) de Beppe Grillo en Italie, dont la nature demeure pour l’heure sujette à débats.

L’essor de formati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ivaldi et Andrej Zaslove, « L’Europe des populismes : confluences et diversité », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 août 2017. URL : http://ress.revues.org/2996 ; DOI : 10.4000/ress.2996

Haut de page

Auteurs

Gilles Ivaldi

Université de Nice Sophia Antipolis, URMIS – CNRS
gilles.ivaldi"at"unice.fr

Andrej Zaslove

Radboud University (Nijmegen, Pays-Bas) – Institute for Management Research
a.zaslove"at"fm.ru.nl

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page