Navigation – Plan du site
Les élections européennes de 2014: élections de crise, élections en crise

Présentation

Nonna Mayer et Nicolas Sauger
p. 17-19

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Trente cinq ans après leur première tenue au suffrage universel direct, les élections européennes ne se sont pas encore affirmées comme des échéances électorales majeures. Faible participation, poussée des partis protestataires et incertitudes sur le fait que les résultats de ces scrutins peuvent susciter des changements significatifs en termes de politiques publiques sont autant de raison d’un scepticisme persistant quant à leur portée. Marquées par un contexte global de crise économique et de défiance politique, les élections de 2014 ne laissaient pas prévoir d’inflexion majeure dans ces dynamiques.

Ces élections ont été en effet marquées par une poussée sans précédent des partis eurosceptiques. La droite extrême est arrivée en tête au Royaume‑Uni (UKIP : 26,8 %), au Danemark (Parti du Peuple : 26,6 %), en France (Front national : 24,9 %) tandis que des nouvelles gauches radicales faisaient des scores inespérés en Grèce (SYRIZA : 26,6 %) et en Espagne (Podemos : 8 %). Même un pays...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nonna Mayer et Nicolas Sauger, « Présentation », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 07 mai 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/2992

Haut de page

Auteurs

Nonna Mayer

Articles du même auteur

Nicolas Sauger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page