Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-Vincent HOLEINDRE (dir.), 2014, Le Pouvoir. Concepts, lieux, dynamiques, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 400 p.

Pierre-Alexis Tchernoïvanoff
p. 312-314

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Jean-Vincent Holeindre traite d’une notion investiguée depuis très longtemps par les sciences politiques et sociales. Le sous-titre, Concepts, lieux, dynamiques, annonce au lecteur l’intention du livre. Celle-ci est précisée dans l’introduction du maître d’oeuvre (« Du pouvoir comme possession au pouvoir comme relation ») qui expose le cadre théorique qui va servir de fil rouge aux 42 contributions réunies (dont quatre rencontres, avec Maurice Godelier, Pierre Rosanvallon, Loïc Blondiaux et le regretté Michel Crozier), distribuées dans les trois parties de l’ouvrage : « Qu’est-ce que le pouvoir ? » (pouvoir et autorité, pouvoir et hiérarchie, pouvoir et influence, etc.) ; « Lieux et dynamiques du pouvoir » (État, élites, partis politiques, médias, etc.) ; « Nouveaux débats » (déclin et recomposition des institutions de la démocratie représentative ainsi que de certaines formes de pouvoir : militaires, policières, judiciaires, etc.).

2Je me bornerai ici à une analyse de l’introduction et de deux textes, celui de Philippe Braud (« La science politique, science du pouvoir ? ») et celui de Benjamin Loveluck (« Internet : un nouveau pouvoir ? »), situés, respectivement, dans la première et la deuxième partie. Je terminerai par des considérations d’ordre général, sur la troisième partie notamment.

3La conception substantialiste du pouvoir, binaire et pyramidale, fait remarquer Jean-Vincent Holeindre, a longtemps dominé l’imaginaire philosophique occidental, avant d’être défendue par les théoriciens de la souveraineté. Jean Bodin, dans ses Six livres de la République (1576), développe une conception à la fois souverainiste et absolutiste. C’est au monarque qu’il revient la détention du pouvoir, en charge de l’appliquer. Thomas Hobbes, par son opposition entre état de nature et état civil, introduira la question du consentement des sujets et celle de la légitimité. La sortie de l’état de nature se fera au prix du renoncement d’une part de la liberté individuelle des sujets, qui n’y consentiront que par la reconnaissance qu’ils accordent au souverain. La théorie hobbesienne permet ainsi d’introduire une distinction entre pouvoir pur, arbitraire, et autorité légitime consentie. C’est le même Hobbes qui, par le principe de reconnaissance comme fondement de la relation entre gouvernants et gouvernés, ouvre la voie à l’approche relationnelle du pouvoir.

4Cette approche, reprise et approfondie par Max Weber, permet d’établir une différence essentielle entre pouvoir et domination. Alors que la domination renvoie à la question de l’obéissance, le pouvoir a lui rapport à la question de la légitimité. Cette distinction amènera le sociologue allemand à construire sa typologie des formes de légitimité. Nos sociétés modernes, nous dit Weber, voient les formes de légitimités traditionnelle et charismatique s’estomper au profit de la forme légale-rationnelle, fondée sur les principes du droit et de l’équilibre des pouvoirs. L’analyse wébérienne du pouvoir permet en outre d’envisager le pouvoir comme théorie sociale et morale ou, pour se rattacher à l’approche tocquevillienne de la démocratie, comme état social. Ce système démocratique qui, ajoutera Claude Lefort, ne saurait exister que grâce à l’existence d’un lieu de pouvoir désincarné et fluctuant au gré des aléas du système de représentation. La suite de l’introduction de Jean-Vincent Holeindre porte sur le principe du processus participatif ou délibératif. Conçu comme une réponse possible à la crise de la représentation, cette nouvelle forme de relation entre gouvernants et gouvernés, plus étroite et régulière, autoriserait la création d’une forme non-électorale de consentement et de confiance. L’introduction se clôt sur la réaffirmation du caractère complexe et polymorphe du pouvoir, ainsi que sur la nécessité, dans nos sociétés aux canaux d’information multiples, d’en avoir une approche dynamique.

5Philippe Braud interroge la définition – à une époque, clairement énoncée – de la science politique comme science du pouvoir. Sa contribution s’attache dans un premier temps à resituer la place de la science politique et sa singularité par rapport à la philosophie politique. Cette dernière, à vocation normative, est essentiellement liée à une réflexion autour du « bon gouvernement » (p. 66). La science politique, elle, s’intéresse à ce qui est, et non à ce qui devrait être selon des critères hérités de la morale. Elle diverge également dans la mesure où la discipline scientifique du politique use de méthodes, de cadres théoriques à l’appui de faits pouvant permettre la construction de modèles explicatifs falsifiables, dans le sens qu’en a donné Karl Popper, c’est-à-dire susceptibles d’être réfutés par des expériences ultérieures. À partir de la conception wébérienne de l’État, défini comme monopolisation de la violence légitime, Philippe Braud élargit la perspective de Max Weber et en vient à « raisonner moins en termes institutionnels qu’en termes de systèmes » (p. 69). Toute société, poursuit-il, voit coexister et s’articuler trois sous-systèmes : économique, culturel et politique. La science politique, dans une démarche nécessairement interdisciplinaire et en dialogue avec les autres disciplines des sciences sociales, a pour objet « l’étude des systèmes d’exercice du pouvoir » (p. 71) dans des formes historiquement diverses et rendues de plus en plus complexes. Alors qu’une montée en exigence et scientificité devrait guider cette discipline pour répondre à ces nouveaux enjeux, c’est l’inverse qui se produit : tantôt rendue inaudible par surcharge émotionnelle, tantôt dévoyée par les logiques de diffusion et de l’idéal démocratique de participation des citoyens, elle en vient à perdre de sa profondeur.

6L’article de Benjamin Loveluck, quant à lui, questionne l’Internet comme « moyen de diffusion des connaissances, de transparence démocratique, de renversement des hiérarchies et d’émancipation individuelle » (p. 223). En tant qu’alternative possible à l’économie marchande, l’Internet est porteur d’un idéal collaboratif et créateur de commun. La figure du hacker et, avec elle, la logique des logiciels libres ont contribué à façonner l’image d’un Internet allié à un mode d’organisation a-pyramidal, en réseaux, exprimant un idéal contestataire.

7Ce type de représentation a pourtant été atténué par la publication d’études empiriques invitant à la mesure. La fracture numérique, les résultats mitigés des dispositifs de consultations électroniques et la segmentation des espaces et des publics induites par les nouvelles technologies de l’information sont venus tempérer cet idéal. Si l’Internet demeure bien un espace où se déploie des activités de contrôle de la démocratie élective, ses conditions d’accessibilité demeurent malgré tout soumises à contraintes. Ces contraintes imposent l’intériorisation de codes non moins sélectifs que ceux à l’œuvre au sein de l’espace social. Ce tableau de l’Internet et de ses usages politiques est encore plus contrasté dans la fin de la contribution de Benjamin Loveluck, qui rappelle l’existence des nombreux travaux ayant souligné la fonction de contrôle et de surveillance à l’œuvre dans cette nouvelle forme de dispositif.

8L’ouvrage se veut pédagogique et cherche à ouvrir de nombreuses fenêtres. Le choix d’un nombre si important de contributions ne va pas de soi. Certaines sont de tailles très réduites et on a parfois du mal à en saisir le contenu. L’on pourrait regretter que la troisième partie du livre, consacrée aux derniers enjeux de la question du pouvoir, ne convoque pas de textes dont l’investigation du pouvoir se fait par son contournement. Je citerai, par exemple, le travail ethno-historique de James C. Scott qui, avec la publication en 2009 de The Art of Not Being Governed (traduit au Seuil en 2013 : Zomia, ou l’art de ne pas être gouverné), proposait un décentrement de l’approche moderne et occidentale du pouvoir. Il y étudiait l’histoire et le fonctionnement de populations d’une région d’Asie du Sud-Est qui, s’étant tenues en marge de l’État, avaient développé des formes égalitaires et horizontales d’organisation sociale. Plus récemment, l’analyse du pouvoir et de ses dialectiques avec la résistance a été redynamisée par les travaux menés autour des printemps arabes, uniquement évoqués par endroits. L’ouvrage de Charles Tripp, The Power and the People. Paths of Resistance in the Middle East (2013), examine ainsi les soulèvements populaires quotidiens comme des moments de refonte d’identités collectives qui, s’agrégeant, parviennent à s’opposer à des pouvoirs autoritaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Alexis Tchernoïvanoff, « Jean-Vincent HOLEINDRE (dir.), 2014, Le Pouvoir. Concepts, lieux, dynamiques, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 400 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 53-1 | 2015, mis en ligne le 24 février 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/2970

Haut de page

Auteur

Pierre-Alexis Tchernoïvanoff

Université Paris Descartes – GEPECS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page