Navigation – Plan du site

L’amour-propre : une analyse théorique et historique

Hervé Mauroy
p. 73-104

Résumés

Cet article vise à expliquer et à formaliser le mécanisme de l’« amour-propre ». Il s’appuie pour ce faire sur les grands textes des xviie et xviiie siècles relatifs à cette thématique (précisément depuis Hobbes jusqu’à Rousseau et Smith). Dans ce cadre, cet article explicite la distinction entre amour-propre et amour de soi sur cette période. Il établit le rapport entre amour-propre et rivalité mimétique. Et il explique combien les auteurs relevant du pessimisme augustinien depuis Hobbes jusqu’à Mandeville ont donné de l’importance à l’amour-propre dans leurs constructions théoriques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Alain Jenny (Thémos), ainsi que les lecteurs de la Revue européenne des sciences sociales, pour leurs précieux commentaires.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Le mécanisme de l’amour-propre
1.1. L’amour-propre dans son rapport à l’amour de soi aux XVIIe et XVIIIe siècles
1.2. Modélisation du mécanisme de l’amour-propre
1.3. Pourquoi faut-il nécessairement considérer que l’amour-propre comporte une face obscure ? L’amour-propre comme « désir du désir de l’autre » et la rivalité mimétique
2. Comment les hommes ont-ils pu tirer parti de l’amour-propre alors qu’il comporte une face obscure ? La réponse des théoriciens pessimistes de l’amour-propre depuis Hobbes jusqu’a Mandeville
2.1. Les deux grands mouvements de l’amour-propre chez Hobbes : la crainte et l’intérêt
2.2. La mise en avant (non hobbesienne) du troisième grand mouvement de l’amour-propre par les jansénistes : le désir d’être estimé
2.3. L’amour-propre présenté comme une instance « éducable » et « manipulable » et la prise en compte de l’exploitation de son prochain chez Mandeville
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Cet articlevise à présenter et à formaliser le mécanisme de l’amour-propre sur la base d’un examen des théorisations qui ont été fournies aux xviie et xviiie siècles à ce propos (précisément depuis la publication des grands textes de Thomas Hobbes jusqu’à ceux de Jean-Jacques Rousseau et d’Adam Smith). Durant cette période, les philosophes et moralistes ont fait en effet des tenants et aboutissants de l’amour-propre une véritable thématique de recherche. Ils se demandaient en particulier comment la Providence ou les hommes eux-mêmes pouvaient s’en servir pour enrichir les Nations.

Une analyse de la relation entre les notions d’amour-propre et d’amour de soi sur cette période, ainsi qu’une mise en rapport de l’amour-propre avec ce qui est appelé aujourd’hui la rivalité mimétique, seront proposées dans ce cadre. Dans un second temps, cet article exposera de façon plus serrée comment les philosophes et moralistes les plus pessimistes (depuis Hobbes jusqu’à Mandeville) ont ex...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Mauroy, « L’amour-propre : une analyse théorique et historique », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ress.revues.org/2800 ; DOI : 10.4000/ress.2800

Haut de page

Auteur

Hervé Mauroy

Université de Valenciennes – Thémos (IDP)herve.mauroy@univ-valenciennes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page