Navigation – Plan du site

Les relations d’influence et leurs représentations

Stéphane Laurens
p. 43-71

Résumés

Les recherches sur les techniques d’influence ou de manipulation alimentent le sens commun, étayent nos représentations et sont souvent utilisées pour donner sens à des événements qui sans cela seraient plus difficilement explicables (souvent des événements négatifs qui impliquent d’autres personnes que nous-mêmes). L’analyse de 238 descriptions de situations d’influence (recueillies lors 18 entretiens semi-directifs) permet de décrire le lien entre les effets positifs versus négatifs attribués à l’influence et la nature de la relation d’influence. Nos résultats indiquent que l’influence est décrite comme ayant des effets négatifs lorsque la source est inconnue ou lointaine. À l’inverse dans les situations décrites comme vécues par nos informateurs, ou lorsque la source est proche, les effets de l’influence sont positifs. Il semble que dans les représentations de nos informateurs, la possibilité d’établir une relation réciproque serait liée à des effets positifs de l’influence (ou négatifs en cas d’influence asymétrique).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Les conceptions de l’influence diffusées par la science
2. Les choses sont ce que les gens croient qu’elles sont
3. Les usages de l’influence : expliquer un événement négatif affectant autrui
3.1. L’autre est influencé
3.2. Les autres sont influencés, mais pas moi
3.3. Les événements négatifs et incompréhensibles
4. Méthode
4.1. Matériel
4.2. Méthode d’analyse : analyses thématiques des situations d’influence décrites
5. Résultats
5.1. Les deux influences : la « bonne » et la « mauvaise »
5.2. Analyse thématique
5.2.1. Situations vécues ou non
5.2.2. Source connue/abstraite
5.2.2.1. Les situations par domaines
6. Discussion

Aperçu du texte

1. Les conceptions de l’influence diffusées par la science

En psychologie sociale, l’influence a été assimilée au pouvoir (Moscovici, 1979 ; Turner, 2005, p. 2), analysée sous l’angle du conformisme aux majorités (Crano, 2012) et les expériences qui ont fait la notoriété de la psychologie sociale sont précisément celles qui illustrent la soumission (Prislin, Crano, 2012, p. 334). Dans les théories comme dans les expériences, l’influence apparaît comme un rapport asymétrique mettant en scène une source dotée de ressources psychologiques (crédibilité, autorité, pouvoir, prestige, attractivité, supériorité numérique, etc.), et une cible qui en serait dépourvue. Le symbole de ce récepteur passif est le sujet naïf des expériences (Laurens, Markova, 2011).

À cette conception de la cible se sont ajoutées les études sur la manipulation, la persuasion, l’engagement, qui ont connu un fabuleux succès en psychologie sociale, mais aussi auprès d’un public plus large comme en témoigne la multitude ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Laurens, « Les relations d’influence et leurs représentations », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-2 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ress.revues.org/2786 ; DOI : 10.4000/ress.2786

Haut de page

Auteur

Stéphane Laurens

Université Rennes-2 – CRPCC
stephane.laurens"at"uhb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page