Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Philippe Coulangeon et Julien Duval (éds), 2013, Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, « Recherches », 272 p.

Hervé Glevarec
p. 303-307

Texte intégral

1Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu est un recueil d’articles issus d’un colloque de 2010. Le livre se caractérise, à une ou deux exceptions près, par la pertinence descriptive et théorique qu’il accorde historiquement et de façon contemporaine au modèle de La Distinction de Pierre Bourdieu.

2La première partie porte sur le livre de Bourdieu lui-même, sa confection, sa diffusion. Monique de Saint-Martin témoigne d’une certaine amertume de n’avoir son nom guère associé à l’ouvrage étant donné sa contribution à des parties du livre. Elle rappelle que « les schémas publiés de l’espace des positions sociales et de l’espace des styles de vie ne sont pas des diagrammes plans d’analyse des correspondances » (p. 33-34). Ce point soulève la question de la valeur épistémique de l’espace social des loisirs de la France proposé dans La Distinction. Quelle valeur a le placement dans cet espace de données aussi robustement statistiques que des histogrammes dont le positionnement et les distances relatives sont le résultat de la main du chercheur ? Le schéma central de La Distinction est manuscrit mais son contenu épistémique s’autorise d’une sémiologie statistique (des histogrammes et surtout des positions relatives). La question est épistémologiquement épineuse et appelle logiquement l’exercice de produire à nouveau le véritable espace factoriel de l’ensemble.

3Gisèle Sapiro caractérise quatre types de lecture à l’international de l’ouvrage : en tant qu’étude de la société française, critique sociale, discussion théorique et programme de recherche. La notion de « capital culturel » est celle qui a été le plus utilisée dans les revues américaines, loin devant celles d’habitus ou de champ. Michèle Lamont témoigne de l’impact de l’œuvre de Bourdieu sur le développement de la sociologie de la culture aux États-Unis. Bourdieu s’est trouvé principalement prolongé via le thème de l’omnivorité de Richard Peterson. La « relation que les Américains entretiennent avec la sociologie de Bourdieu est vraiment très différente de ce que l’on rencontre en France, écrit-elle, où Bourdieu a été au centre d’un champ académique en crise permanente. » À mon avis, l’habitude scientifique de la discussion argumentée et citationnelle ne caractérise pas encore le rapport à leur savoir des sociologues français.

4Jean-Louis Fabiani pointe une série de limites dans les assertions de Bourdieu. Je retiens ici celle sur la « définition exclusive (et bien évidemment réductrice) de l’objet d’art comme “objectivation d’une relation de distinction” » (p. 74-75) ou encore sur le fait que « la théorie de la légitimité suppose l’uniformisation des corpus culturels, au prix d’un véritable coup de force […] alors qu’à l’état pratique les agents sociaux sont confrontés dans la réalité à la considérable hétérogénéité des objets culturels aussi bien qu’à leur incommensurabilité » (p. 76). Louis Pinto s’attache à une défense du modèle de la distinction contre ses critiques fondées sur la lecture rapide ou la mauvaise foi (seul Tony Bennett et al. sont cités à charge), à savoir son mode de pensée relationnel, l’analyse de la structure et de la dynamique de l’espace social […] et l’analyse de la logique sociale des goûts.

5La deuxième partie contient des articles qui concernent la dimension de sociologie de la culture de La Distinction. Stéphane Dorin fait correspondre la typologie des auditeurs de l’Ensemble Intercontemporain au modèle de Bourdieu des pôles « contraint » et « électif » des pratiques culturelles, sans écart significatif. Il indique que l’omnivorisme de ce public est « très limité », ce qui confirme la capacité restreinte de ses membres diplômés à couvrir le champ des genres musicaux existants. Agathe Voisin s’intéresse aux goûts musicaux de jeunes Français et Anglais de classes populaires. Elle montre que « des deux côtés de la Manche, l’ethnicité ne se traduit pas par des goûts exclusifs mais nourrit les différentes faces d’une même partition » (p. 123) où le critère de la moralité est structurant des jugements. Agathe Voisin critique non sans provoquer le sourire l’idée que le genre musical serait un critère structurant du goût, à partir d’un entretien avec une adolescente de 16 ans qui lui déclare « la country c’est le genre de musique que les gens de la campagne écoutent donc je vais pas dire “c’est pourri” ou quoi », affirmation d’omnivorité dont elle dit qu’il « prend surtout sens en référence à un goût musical autonome qui définit ce qui est écoutable ou non, sans référence particulière à des frontières de genre, sans révérence non plus envers le goût légitime ». Que faisait donc l’enquêté en disant « la country c’est le genre de musique… », sinon référer à un genre ?

6Annie Collovald et Erik Neveu reviennent sur leur enquête auprès de lecteurs de romans policiers, pour lesquels « il n’existe pas de profil social standard ». Leur argument sociologique est celui de « l’informalisation de la culture » via l’expérience des romans policiers. Il s’agit d’une expérience qui valorise le réalisme, la pertinence pratique et la vérité des mondes sociaux décrits dans ces romans. « L’appropriation des récits policiers va donc bien au-delà de la légitimation d’un genre longtemps stigmatisé : elle révèle une modification dans la nature même des rapports à la culture » (p. 139). C’est là un régime de valeur culturelle que l’on retrouve dans d’autres pratiques contemporaines. Dans « Anything but Soul Food » Sylvie Tissot veut montrer ce que la « diversité fait à la distinction sociale » à propos de la nourriture chez des habitants d’un quartier « gentrifié » de Boston. Elle insiste, paradoxe, sur le but plus que sur le anything et montre « les logiques d’exclusion toujours opérantes » en matière de goût culinaire, la reconduction d’une opposition entre la « forme » et la « substance ».

7L’article d’Olivier Roueff vise à aider la théorie bourdieusienne des « homologies structurales » à être plus réaliste, en qualifiant les « intermédiaires » entre champ de production et champ de réception, de façon à mieux fonder cette « magie sociale » de la rencontre. Il montre qu’ils peuvent représenter les catégories de la demande, contrôler la réception des individus ou les conditions de la réception. Je ne suis pas sûr qu’on puisse dire comme il le fait que « la position d’un agent dans l’espace social est par conséquent définie par le capital générique que constituent le volume, la composition et l’ancienneté de tous les capitaux spécifiques qu’il possède. » Une telle définition de l’espace social ne renvoie plus à aucun principe homogène (universel) de structuration, ce que Bourdieu soutenait avec ses deux capitaux économique et culturel (ce qui autorisait dans son modèle la commensurabilité des capitaux).

8Bernard Lahire dans son article sur la transférabilité des dispositions revient sur son livre La Culture des individus et les erreurs de compréhension de son travail. Il ne discute pas l’apriorisme de ses échelles de légitimités qui produit, conséquemment et logiquement, de l’homogène ou de l’hétérogène, à savoir de la « consonance » et de la « dissonance » de profils individuels, qui sont des artefacts puisque fonction de la légitimité que le sociologue a initialement attachée aux objets culturels. Il soutient le programme « d’avancer dans la saisie, d’une part des patrimoines individuels de dispositions et de compétences culturelles incorporées plus ou moins homogènes ou hétérogènes et, d’autre part, des propriétés des divers contextes de pratiques qui entrent plus ou moins en harmonie ou en contradiction avec ces patrimoines individuels de dispositions et de compétences. » (p. 168) Sa proposition peut apparaître réductrice au regard des conceptualisations du rapport de chacun au monde et aux autres.

9La troisième partie porte sur les usages non-français de La Distinction. Tony Bennet et al. restituent les résultats d’une analyse sur les pratiques culturelles des Anglais. Ils montrent que le clivage le plus important réside entre une pratique d’activités culturelles diversifiées et la quasi-absence de pratiques. Leur analyse factorielle met en évidence trois axes, qui opposent, en premier lieu, engagement et désengagement, en second, goût pour une culture établie et goût pour une culture commerciale, et enfin, en troisième lieu, formes culturelles tournées vers l’intérieur et formes tournées vers l’extérieur. L’axe 1 est associé au volume global de capital, l’axe 2 est structuré par l’âge et l’axe 3 par le sexe. À partir de l’exploitation d’une enquête à Porto au Portugal dans les années 2000, Virgílio Borges Pereira montre une structuration des pratiques sociales et culturelles (leur contenu n’est cependant pas mentionné) en tout point semblable au modèle de Bourdieu du volume et de la structure du capital. L’organisation de l’espace géographique subit toutefois l’influence déterminante de l’État. Carolina Pulici propose un texte sur les élites de São Paulo au Brésil. Leur espace résidentiel se marque d’une distance vis-à-vis de l’avant-gardisme. Il semble bien que l’hégémonie soit, au Brésil, populaire (le « mauvais Brésil ») plutôt que bourgeoise. Les catégories supérieures doivent lutter pour exister.

10Annick Prieur et Mike Savage s’intéressent aux « formes émergentes du capital culturel ». Ils critiquent la notion d’omnivorité chez Peterson comme un modèle a priori (des goûts jugés élitistes sont associés à des goûts jugés vulgaires). Ils préfèrent soutenir l’idée d’une « appropriation culturelle auto-réflexive » (p. 252). Leur article témoigne de l’usage spécifique que les anglo-saxons ont de la notion de « capital culturel » : Là où Bourdieu a forgé une variable explicative (le capital culturel détermine une pratique), ils en font un usage comme variable expliquée. En France, capital culturel veut par exemple dire « diplôme », auquel on le mesure la plupart du temps, et jamais quelque chose comme « capital culturel cosmopolite » (p. 235). Pour un sociologue français, une phrase comme « pour qu’une ressource culturelle puisse fonctionner en tant que capital au sens bourdieusien » sonne étrangement puisque le capital culturel est par définition une ressource !

11La quatrième partie traite de la théorie des classes sociales contenues dans La Distinction. L’article de Gérard Mauger porte sur les classes populaires dont il rappelle que leur autonomie et leur résistance symbolique étaient mises en avant par Bourdieu, nuançant ainsi le point de vue de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron dans Le Savant et le Populaire (1989). Il indique les transformations récentes d’une autonomie populaire fondée sur les valeurs de virilité, la contre-culture syndicale et politique et un éthos stoïque-hédoniste : « disqualification sociale du groupe ouvrier, désagrégation des classes populaires et renforcement des divisions internes » (p. 252). Les textes de Marie-Hélène Lechien et Lise Bernard portent sur la pertinence actuelle de ce que Bourdieu avait désigné de « petite-bourgeoisie nouvelle ». Lechien répond en confrontant cette catégorie avec ce que d’autres sociologues, proches de ces catégories, proposent : une description moins ironique et critique en termes de domination dissimulée, plus reconnaissante des pratiques de militantisme et de résistance. Lise Bernard s’appuie, elle, sur une analyse statistique et de terrain auprès d’agents immobiliers pour montrer que ce groupe a des caractéristiques, notamment son immersion dans un monde marchand, qui modifie le portrait du groupe auquel ils pourraient appartenir chez Bourdieu, davantage défini par sa pratique culturelle. L’analyse d’Agnès Van Zanten ne souffre d’aucun écart sociologique et conceptuel avec ce que la lecture croisée de La Distinction et de La Reproduction peut générer comme appréhension du rapport des « classes moyennes supérieures » aux choix scolaires de leur descendance. Fractions « intellectuelles » et « technocrates » sont caractérisées comme usagers stratégiques de leurs capitaux culturels ou économiques et des établissements scolaires. La stratégie l’emporte dorénavant sur la distinction.

12La partie sur la sociologie politique de La Distinction discute de ses assertions. Daniel Gaxie pluralise le modèle des conditions de l’opinion politique que Bourdieu soutient, variable selon les groupes sociaux et selon les sujets. Ainsi la production d’opinions personnelles semble être le fait des publics les plus proches des milieux politiques, tandis que les catégories supérieures ont des opinions qui sont reprises aux milieux politiques et journalistiques. Daniel Laurison montre sur le cas américain, par l’enquête factorielle sur les opinions politiques, un premier axe de structuration selon la compétence politique et un second axe selon les opinions. Ces axes sont structurés par le volume et la compétence des capitaux. Bruno Cautrès, Flora Chanvril et Nonna Mayer reviennent sur l’affirmation par Bourdieu d’une correspondance entre l’espace des positions sociales et celui des opinions politiques au regard des transformations structurelles de la population française depuis 1979. À partir des enquêtes post-électorales, ils montrent que « les commerçants, artisans et chefs d’entreprise ont renforcé leur ancrage à droite, tout comme les agriculteurs. Les ouvriers, qui en 1978 et en 1988 étaient de loin l’électorat le plus à gauche, et dans une moindre mesure les employés, se sont éloignés de leur ancrage initial et rapprochés progressivement de l’extrême droite. Les salariés non ouvriers, cadres et professions intellectuelles supérieures, et plus encore les professions intermédiaires, ont évolué en sens inverse. Se rapprochant du pôle gauche du graphique ». La dimension liée au niveau d’études est devenue centrale via une opposition « autoritaire/libertaire ».

13La sixième partie vise à étendre la logique de distinction aux choix éthiques, à la pêche et à l’espace. Jean-Baptiste Comby et Matthieu Grossetête veulent montrer que les logiques de distinction s’appliquent aussi aux opinions sur la mobilité et l’énergie. Plus on s’élève dans la hiérarchie plus la prévoyance est un moyen de se distinguer. Frédéric Roux montre que les techniques de pêche sont hiérarchisées socialement sans qu’on sache s’il s’agit d’une explication ou d’une caractérisation comme une autre (pêche au coup versus pêche à la mouche). Fabrice Ripoll tente une conceptualisation de l’espace à partir de son traitement par Bourdieu, où elle est tantôt secondaire par rapport au capital culturel, tantôt élément de la position sociale.

14Nous conclurons sur un point-clé, celui d’une reconduction du modèle de La Distinction qui se mesurerait à l’assimilation de la distinction et de la différenciation. « Après la parution du livre, écrivent Philippe Coulangeon et Julien Duval, Pierre Bourdieu a souvent souligné ce en quoi ses analyses se démarquaient, à ses yeux, de celles de Veblen (par exemple : « le titre, La Distinction, [...] a fait croire que tout le contenu du livre se réduisait à dire que le moteur de toutes les conduites humaines était la recherche de la distinction. Ce qui n’a pas de sens et qui, de surcroît, n’aurait rien de nouveau, si l’on pense, par exemple, à Veblen et à sa “consommation ostentatoire”. En fait, l’idée centrale, c’est que, exister dans un espace, […], c’est différer, être différent » (p. 13). La distinction et la différenciation sont-elles la même chose ? Ce sont là deux jeux de langage et deux théorisations du monde social radicalement distinctes. En aucun cas, malgré ce qu’en dit Bourdieu dans les années 1990, la matrice de La Distinction ne serait la recherche de distinction comme poursuite d’un rapport social de hiérarchisation entre classes (ou entre individus), « signe de distinction (ou de vulgarité) » comme il insiste à le dire. Une phrase comme « je me distingue en écoutant du rap » a-t-elle jamais eu un sens dans le modèle de La Distinction ! ? Par contre, elle en a dans un modèle de la différenciation. Ainsi, à leur insu, comme la lettre volée sous nos yeux, les auteurs attestent du changement de modèle à travers cette tentative erronée d’assimilation de la distinction et de la différenciation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Glevarec, « Philippe Coulangeon et Julien Duval (éds), 2013, Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, « Recherches », 272 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-1 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ress.revues.org/2763

Haut de page

Auteur

Hervé Glevarec

CNRS – Laboratoire Communication et Politique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page