Navigation – Plan du site
Varia

L’influence de la « théorie du sujet pluriel » de Margaret Gilbert dans les sciences sociales

Sébastien Urbanski
p. 225-252

Résumés

Si la pensée de Margaret Gilbert est fondamentale en philosophie sociale, elle reste encore assez peu connue en sociologie, en économie, ou en anthropologie. Mais cette situation semble changer, car des sociologues, économistes et anthropologues de premier plan se réfèrent aujourd’hui à l’œuvre de Gilbert et à sa théorie du « sujet pluriel ». L’article fait le point sur l’influence interdisciplinaire de cette théorie, puis traite des principales critiques qui lui sont adressées. Au terme du parcours, il apparaît que l’œuvre de Gilbert a un authentique écho dans les sciences sociales, même si elle gagnerait encore à être discutée et complexifiée.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Prolongements interdisciplinaires de la théorie du sujet pluriel
1.1. Psychologie du développement (et anthropologie)
1.2. Économie
1.3. Sociologie
1.3.1. Niveau des interactions : analyse de conversations
1.3.2. Niveau des groupes : analyse de croyances collectives
1.3.3. La dimension politique des collectifs
2. Critiques portées à la théorie du sujet pluriel
2.1. Sujets pluriels et groupes sociaux
2.2. La question du hors-groupe
2.3. Les groupes peuvent-ils vraiment avoir des croyances ?
Conclusion

Aperçu du texte

Bien que la « théorie du sujet pluriel » de Margaret Gilbert relève d’abord de la philosophie, elle a été remarquée par des chercheurs appartenant à d’autres disciplines, notamment la sociologie, l’économie, et la psychologie du développement (qui elle-même peut être considérée comme une branche de l’anthropologie). Le but de cet article est d’abord de faire le point sur la réception du travail de Gilbert dans ces trois disciplines. Ensuite, il s’agira de repérer les critiques qui lui sont faites sur les terrains philosophique et sociologique. Le parcours sera ainsi balisé par les réflexions que des sociologues (Bernard Conein, Laurence Kaufmann, Dany Trom), des économistes (Philippe Batifoulier, André Orléan), des philosophes (Alban Bouvier, Anthonie Meijers, Hans Bernhard Schmid), et un psychologue du développement (Michael Tomasello) ont émises sur la pensée manifestement influente de Gilbert. Ceci dans le but de fournir au lecteur un « plan d’orientation » sur une œuvre parfois ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Urbanski, « L’influence de la « théorie du sujet pluriel » de Margaret Gilbert dans les sciences sociales », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-1 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://ress.revues.org/2725 ; DOI : 10.4000/ress.2725

Haut de page

Auteur

Sébastien Urbanski

Université Lumière Lyon-2
sebastien.urbanski"at"gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page