Navigation – Plan du site
Politiques du libre accès en sciences humaines et sociales

Copyright et économie des revues académiques

Olivier Bomsel
p. 93-110

Résumés

Les revues académiques servent à labelliser et contextualiser des résultats de recherche. La consultation des revues académiques en libre accès est un changement de modèle de l’exploitation de leurs marques éditoriales. Cet article examine l’utilité économique de ces marques et le modèle de plate-forme (marchés bifaces) de leur exploitation. Dans ce modèle, le copyright sert à faire payer des lecteurs fortement consentants. Néanmoins, si ceux-ci ne souhaitent plus payer pour accéder aux articles, les revues doivent faire payer les auteurs. Le consentement-à-payer des auteurs dépend alors de la valeur du service éditorial apporté par la revue. Les services de validation et de contextualisation offerts par les revues académiques semblent davantage menacés par la numérisation pour les sciences humaines et sociales que dans le domaine des sciences, techniques et médecine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Une révolte
2. L’approche basique du copyright
3. Protocoles éditoriaux
4. Économie des marques éditoriales
5. Un casse-tête économique
6. Que change le libre accès ?
6.1. Pour les marques en monopole
6.2. Pour les marques en concurrence

Aperçu du texte

1. Une révolte

Depuis le milieu des années 1990, bibliothécaires, chercheurs et universités dénoncent l’emprise croissante des éditeurs de revues scientifiques sur l’ensemble des utilisateurs. Le mouvement pour le libre accès se structure dans les années 2000 (Pérès, 2011), jusqu’à entraîner, dans les années 2010, des actions de boycott des éditeurs de la part de grandes universités du classement de Shanghai (Harvard, Berkeley, Oxford, UPMC...). Parallèlement, des pétitions sont lancées, la plus emblématique visant Reed-Elsevier, recueillant environ 15 000 signatures à ce jour.

Aux États-Unis, le boycott a fait suite à un projet de loi de décembre 2011 visant à interdire aux agences scientifiques d’imposer aux chercheurs financés par elles de publier en libre accès (Benjamin, 2012). Face à ce tollé, le gouvernement britannique et la Commission européenne ont lancé en 2012 des initiatives pour que les résultats des travaux financés sur fonds publics soient, dès 2014, mis en accès gratu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bomsel, « Copyright et économie des revues académiques », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 52-1 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://ress.revues.org/2673 ; DOI : 10.4000/ress.2673

Haut de page

Auteur

Olivier Bomsel

Chaire ParisTech d’Économie des Médias et des Marques / MINES–CERNA
olivier.bomsel"at"mines-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page