Navigation – Plan du site

In memoriam Alain Desrosières (1940-2013)

Alain Blum
p. 13-15

Alain Desrosières est décédé le 15 février de cette année. Administrateur de l’INSEE, l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques, en retraite, historien et sociologue de la statistique, il a occupé une place tout à fait originale et particulièrement féconde sur la scène de l’histoire des sciences, contribuant à la fois aux travaux de production de l’information statistique et de réflexion sur les usages de la statistique publique.

Ingénieur-statisticien de formation, il était l’exemple même de ces statisticiens au service de l’État, garants d’une information statistique autonome, stricte et dont la scientificité ne peut être mise en doute. Sa maîtrise des mathématiques et des statistiques lui donnait tous les atouts pour s’engager dans ces fonctions. D’ailleurs, il passa toute sa vie professionnelle à l’INSEE. Mais Alain Desrosières était aussi chercheur, sociologue et historien des sciences, membre du centre Alexandre Koyré, lieu par excellence d’un regard critique sur les statistiques et les probabilités. Il réussit ainsi, tout en restant membre de l’institution de la production statistique nationale, à mener un travail critique sur ses fondements et ses réalisations et poursuivit sans relâche une réflexion approfondie sur l’histoire de la statistique administrative, de la statistique et des probabilités, en statisticien, en sociologue et en historien.

Sa réflexion pionnière le conduisit en 1976 à concevoir un colloque qui fit date : « Pour une histoire de la statistique » qu’il organisa avec Jacques Mairesse. En effet, dans ce colloque l’histoire de la statistique fut abordée par l’intermédiaire d’une reconstitution historique des sources et de la production administrative, des recensements aux autres enquêtes. Néanmoins cette perspective initialement assez descriptive offrait déjà un regard critique. De fait, les travaux présentés par des statisticiens professionnels et surtout sa propre contribution engageaient la discussion sur la nature des productions statistiques et leur implication dans l’histoire sociale et politique. Alain Desrosières avait été, il est vrai, à bonne école, en étant l’élève de Pierre Bourdieu sur les bancs de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique (INSAE). Dès cette époque, on perçoit dans les orientations de ses travaux l’attention qu’il allait porter à l’élaboration des catégories statistiques et aux conséquences de leur mise en production.

De cette époque date donc son double engagement dans la statistique publique productrice de connaissances et informatrice du discours public et politique, et dans la discussion critique de ses sources. Celui-ci résulte de sa volonté de se plonger dans l’histoire de l’élaboration des données, des catégories, des outils d’estimation et dans la sociologie de la production et de l’utilisation de l’information statistique. Cette rare combinaison trouva son expression dans un travail qui marqua la sociologie des sciences. Avec Laurent Thévenot, lui aussi statisticien et sociologue, il s’engagea dans la refonte des catégories socio-professionnelles en usage à l’INSEE. La tâche qui de prime abord pouvait apparaître essentiellement technique consista, durant la préparation du recensement de 1982, à remettre à plat la fameuse classification des catégories socio-professionnelles (CSP), dont la création avait été confiée, en 1954, à Jean Porte, lui aussi administrateur de l’INSEE. L’usage de ces catégories s’était étendu de façon extrêmement rapide à toutes les enquêtes de l’INSEE et au-delà. Les CSP s’étaient rapidement « popularisées » et avaient très vite fait partie du domaine public. Cependant, près de 30 ans après leur création, l’INSEE se rendait compte que les transformations du monde du travail et des stratifications sociales avaient rendu une refonte de cette nomenclature nécessaire. On allait passer des catégories socio-professionnelles (CSP) à une classification des professions et catégories socio-professionnelles, les PCS. Ce sont donc Alain Desrosières, Laurent Thévenot et Alain Goy qui s’attèlent à cette tâche de rénovation. Dans une logique qu’Alain Desrosières maîtrise à merveille, il n’engage pas une simple rénovation, mais une véritable réflexion approfondie sur la nature de ces catégories, leur histoire, leur signification. Outre la nomenclature publiée en 1983, Alain Desrosières et Laurent Thévenot écrivent leur ouvrage Les Catégories socio-professionnelles (1988, La Découverte), lequel devient immédiatement l’ouvrage de référence en sociologie des catégories, non seulement professionnelles mais également sociales.

De cette réflexion engagée par deux sociologues-statisticiens naîtront deux parcours différents : d’un côté Laurent Thévenot s’inscrit de plus en plus dans les courants de la sociologie pragmatique, le conduisant à écrire avec Luc Boltanski De la justification. Les économies de la grandeur (1991, Gallimard). De l’autre, Alain Desrosières, qui contribue de plus en plus à rénover l’histoire de la statistique, combinant désormais une histoire de la statistique administrative et une histoire de la statistique tout court, soit des outils et modèles statistiques et mathématiques. Il s’agit là, à n’en pas douter, de sa contribution majeure à une histoire large et complète de l’articulation entre discipline scientifique et pratique administrative et étatique. Son ouvrage essentiel La Politique des grands nombres (1993, La Découverte) est une magnifique synthèse de cette approche. D’une remarquable érudition, ce livre étudie la manière dont, deux disciplines séparées, les probabilités d’un côté, la statistique, science de l’État de l’autre, convergent progressivement, la statistique publique intégrant les outils et concepts de la discipline statistique. Si l’économie y a également beaucoup contribué à partir des années 1930, ce sont d’autres rapprochements qui traversèrent le xixe siècle ; à savoir une convergence entre la volonté des « ingénieurs de l’État » de produire des outils scientifiquement construits pour une gestion rationnelle et éclairée, et le développement d’outils de dénombrements et de recensements de plus en plus systématiques couvrant les divers territoires nationaux. Ce livre traite autant des enquêtes par sondage et de l’approche monographique que des principes de classification et de codification ou encore de l’articulation entre construction nationale et développement statistique.

Son dernier chapitre, « Modéliser et ajuster » s’intéresse ainsi à la relation, tardive, entre théorie économique et description statistique. Il décrit le développement de l’économétrie comme science de gestion de l’action publique, et donc la façon dont la maîtrise des grands agrégats et de leurs relations réoriente cette action. Alain Desrosières est, sur ce thème, comme sur beaucoup d’autres, à nouveau un pionnier, tant ces questions rentrent en résonnance avec les interrogations portées aujourd’hui sur certaines formes prises par la « dictature du chiffre », dans la gestion des politiques publiques, en particulier européennes. Plus généralement, son intérêt portait, ces dernières années, sur l’articulation entre usage de la statistique et pratiques néo-libérales, travaux rassemblés dans son dernier ouvrage en deux tomes L’Argument statistique (Pour une sociologie historique de la quantification et Gouverner par les nombres, 2008, Presses de l’École des Mines).

Alain Desrosières a ainsi marqué par ses œuvres l’histoire de la statistique, qu’il a contribué à profondément renouveler. Il l’a toujours fait avec passion, une passion qu’il savait transmettre, possédant de rares qualités d’écoute et une grande curiosité. Toute une génération d’historiens des sciences, mais aussi de statisticiens en ont profité. Sa capacité à instiller un certain esprit critique dans ce milieu professionnel de certitude chiffrée fut sans conteste un accomplissement majeur.