Navigation – Plan du site

Domination sociale et représentations du juste

Mise à l’épreuve d’une thèse d’Axel Honneth
Caroline Guibet Lafaye
p. 147-174

Résumés

La théorie critique d’Axel Honneth décrit la morale sociale des groupes opprimés en termes de « sentiment d’injustice » et récuse le fait qu’elle enferme des représentations abstraites d’un ordre moral général ou d’une société parfaite. La référence à la domination joue, dans cette analyse, un rôle cardinal. Pourtant dans le contexte contemporain, l’identification de « classes dominées » n’a plus rien d’immédiat. Afin d’apprécier la variabilité des représentations et des jugements relatifs au juste et à l’injuste, en fonction des positions sociales, nous envisagerons, dans un premier temps, les limites de cette interprétation dichotomique, lorsqu’il est question de justice sociale. Nous proposerons ensuite une réévaluation, dans le domaine de la critique de la thèse portant sur la cohérence argumentative de la conscience morale commune. Nous montrerons enfin que la projection de registres du discours sur des catégories socialement distinctes ne trouve plus aujourd’hui la pertinence qu’elle a pu antérieurement revêtir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Représentations morales abstraites vs. sentiments d’injustice typiques
1.1. Conscience morale et domination de classe
1.2. Abstraction des systèmes normatifs vs. sentiments d’injustice typiques
1.3. Sentiments ou conceptions de la justice typiques ?
2. Cohérence des représentations morales individuelles et principes de justice des groupes subalternes
2.1. Représentations abstraites d’un monde juste
2.2. L’hypothèse de la cohérence argumentative
3. Légitimation, dénonciation, explication : structures du discours vs. dichotomie entre groupes sociaux
Conclusion

Aperçu du texte

Héritier de l’école de Francfort, fondée au début des années 1930 par Max Horkheimer et Theodor Adorno, et successeur de Jürgen Habermas à l’université de Francfort, Axel Honneth (1949-) développe, à partir de la fin des années 1990, dans plusieurs textes épars, une analyse des représentations du juste des groupes antagonistes dans l’espace social, en l’occurrence de ceux qu’il désigne comme les dominants et les dominés. Dans l’article sur lequel nous nous appuierons, « Moralbewusstein und soziale Klassenherrschaft » (1981) du début de sa carrière mais qu’Axel Honneth n’a cessé de faire réimprimer, le soubassement bourdieusien de sa théorie sociale et politique est très net. Le philosophe et sociologue, illustrant parfaitement la tradition allemande des sciences sociales passant outre les frontières séparant philosophie et sociologie, décrit la morale sociale des groupes opprimés en termes de « sentiment d’injustice » – négligés par la théorie habermassienne concentrée sur les règle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Guibet Lafaye, « Domination sociale et représentations du juste », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-2 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 24 avril 2014. URL : http://ress.revues.org/2284 ; DOI : 10.4000/ress.2284

Haut de page

Auteur

Caroline Guibet Lafaye

CNRS – Centre Maurice Halbwachs
caroline.guibetlafaye"at"ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page