Navigation – Plan du site

L’analyse stratégique en perspective

Retour sur la sociologie des organisations de Michel Crozier
Dominique Martin
p. 93-114

Résumés

L’œuvre de Michel Crozier marque un tournant dans la sociologie française du travail des années 1960 et 1970. Jusqu’alors centrée sur les effets pervers du taylorisme ou influencée par l’idée marxiste de la lutte de classes, la sociologie du travail avait négligé l’étude des organisations comme ensembles de situations où les acteurs s’affrontent en déployant des relations de pouvoir. Crozier observe d’un point de vue micro-social comment les individus construisent des régulations durables qui font système. Nous reviendrons tout d’abord sur le cas paradigmatique du Monopole français des tabacs étudié par Crozier dans Le Phénomène bureaucratique (1963), puis sur les concepts mobilisés par lui à cette occasion et par la suite. On s’intéressera particulièrement à l’ouvrage qu’il publia avec Erhard Friedberg en 1977, où la sociologie des organisations est élevée au rang de sociologie générale de l’action organisée. Cette théorie fit l’objet de nombreuses critiques qui en récusèrent notamment les conceptions trop restrictives de l’action et du pouvoir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Les enquêtes au Monopole français des tabacs
2. Analyse stratégique et système
3. Une théorie à vocation de sociologie générale

Aperçu du texte

Michel Crozier, à travers son ouvrage principal, Le Phénomène bureaucratique (1963), puis ses travaux sur l’administration française, a considérablement renouvelé la sociologie du travail dans les années 1960 et 1970. Mais ce que l’histoire intellectuelle retiendra de lui est sans doute plus large : il fonde une discipline autonome, la sociologie des organisations, et ouvre la voie, avec Erhard Friedberg (Crozier et Friedberg, 1977), à une sociologie de l’action organisée qui prétend au statut de sociologie générale. Son inlassable passion de raisonner et de convaincre, qu’on retrouve jusque dans ses Mémoires (Crozier, 2002 et 2004), a nourri aussi de multiples séminaires de formation auprès de cadres et de dirigeants, au point que ses idées sur le gouvernement des organisations sont devenues la marotte de responsables qui les ont parfois perverties, en voulant utiliser sa théorie des relations stratégiques comme un ensemble de recettes pour accroître leur pouvoir personnel.

Nous re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Martin, « L’analyse stratégique en perspective », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-2 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 avril 2014. URL : http://ress.revues.org/2255 ; DOI : 10.4000/ress.2255

Haut de page

Auteur

Dominique Martin

Professeur émérite à l’Université Lyon-2 Lumière
dominique.martin41"at"sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page