Navigation – Plan du site

Les ressorts de la flexibilité instrumentale, elle-même support de l’interdisciplinarité

Vincent Simoulin
p. 67-92

Résumés

L’interdisciplinarité est de plus en plus recherchée et repose sur des dispositifs tels que les laboratoires, les colloques ou des instruments flexibles. Certains instruments sont si complexes que leur flexibilité suppose cependant un continuel travail d’organisation. La présente étude analyse un instrument scientifique, un synchrotron, qui permet le fonctionnement simultané de dizaines d’expériences et peut être utilisé par de nombreuses communautés. Parmi une quarantaine de laboratoires dans ce synchrotron, on peut distinguer quatre stratégies de recherches qui correspondent chacune à un type particulier de recherche, d’organisation et à un rapport avec l’environnement. La flexibilité qui autorise certaines formes d’interdisciplinarité est acquise par la continuelle évolution de chacun de ces laboratoires, par les échanges entre eux qui permettent des évolutions de chacun et des intercalages entre eux et par des échanges au sein des communautés d’utilisateurs et avec d’autres synchrotrons.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Des usages différenciés
1.1. Les usages « novices »
1.2. Les usages des cristallographes
1.3. Les usages liés au vivant
1.4. Les usages expérimentaux
2. Une différenciation des lignes
2.1. Les lignes à configurations multiples
2.2. Les lignes communautaires
2.3. Les lignes à publics multiples
2.4. Les lignes rationalisées
3. Une continuelle recomposition des collectifs de recherche
4. Une organisation au service de ses utilisateurs

Aperçu du texte

La Commission européenne, le CNRS, et bien d’autres financeurs et utilisateurs de la recherche scientifique prônent le développement de l’interdisciplinarité. Ils recommandent une coopération plus approfondie et plus fréquente entre les sciences humaines et sociales et les sciences « dures », tout comme au sein de ces deux grands ensembles. Cette insistance sur les vertus de l’interdisciplinarité qu’il faudrait développer signale pourtant également les difficultés de celle-ci et les limites qu’elle rencontre. Les plus citées sont « un manque de langage commun entre les disciplines, les prétendus risques de superficialité ou d’éclectisme des programmes interdisciplinaires et l’impossibilité de contrôle de la qualité de la recherche selon la procédure de peer-review… » (Origgi, Darbellay., 2010, p. 11). L’interdisciplinarité peut être cosmétique lorsqu’il s’agit d’une simple rhétorique destinée à obtenir des crédits, décevante lorsque les résultats ne paraissent pas atteindre les cano...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Simoulin, « Les ressorts de la flexibilité instrumentale, elle-même support de l’interdisciplinarité », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-2 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 21 août 2014. URL : http://ress.revues.org/2243 ; DOI : 10.4000/ress.2243

Haut de page

Auteur

Vincent Simoulin

Université de Toulouse – CERTOP
vincent.simoulin"at"univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page