Navigation – Plan du site
Pour les modernistes : la monnaie, un personnage central des échanges

Sur les traces de l’or brésilien dans les monnayages européens

Jean-Noël Barrandon
p. 99-106

Texte intégral

  • 1 Ridgeway (1929).

1Il est évident que l’or brésilien a joué un rôle important dans l’économie européenne. En effet, ce dernier représentait plus de 40 % de la production mondiale (Ridgeway, fig. n° 1) et l’ensemble Colombie-Brésil 70 % du flux total ; cet or sud-américain restera important jusqu’à l’arrivée sur le marché de l’or russe durant le premier quart du XIXe siècle1.

Figure 1: La part de l’or du Brésil, de Colombie et de Russie dans la production mondiale 1600-1900

Figure 1: La part de l’or du Brésil, de Colombie et de Russie dans la production mondiale 1600-1900
  • 2 Cippola (1989).

2De nombreux historiens, de Braudel à Morineau, ont étudié ces phénomènes, mais leurs quantifications se heurtent aux lacunes dans les données statistiques, commerciales ou monétaires. Comme l’écrivait le grand historien Carlo Cipolla : «We know where the American treasure came from and when it reached Spain. To find out where and when it went from there and the uses it was put to is an intriguing and complex historical problem...»2

3Notre propos est donc de présenter une méthode, appliquée ici à l’or du Brésil, qui permet de «tracer» le métal jaune sud-américain et donc de quantifier son importance dans les économies européennes.

4Cette méthode est basée sur l’utilisation d’un ou de plusieurs éléments chimiques dont l’analyse permet de suivre le minerai depuis son extraction jusqu’à son utilisation monétaire. Cet élément chimique appelé «marqueur» doit répondre à différents critères :

  1. Il doit être spécifique du minerai que l’on veut tracer.

  2. Il doit être dosable, de manière non destructive, dans les monnaies et cela avec une bonne précision (de l’ordre de 5 % relatif au moins).

  3. Il ne doit pas être affecté par les traitements minéralurgiques et métallurgiques que subissent le minerai puis le métal.

  4. Il doit être en quantité beaucoup plus importante dans le minerai que l’on veut tracer que dans le métal dans lequel il va être refondu ­; ce point est fondamental et peut conduire, s’il n’est pas respecté, à des conclusions erronées voire complètement fausses.

  • 3 Gordus, Le Roy Ladurie et Richet (1972).

5Voyons, à titre d’exemple, le cas de l’or «traceur» utilisé par A. et J. Gordus en 1971, afin de suivre l’argent du Potosi en Europe3. L’or répondait très bien aux trois premiers critères mais malheureusement ses teneurs dans l’argent potosien sont beaucoup plus faibles que dans les ors européens utilisés avant la découverte du Cerro-Rico (fig. n° 2) et, de ce fait, une faible arrivée d’argent du Potosi en Espagne ne change pratiquement pas la teneur en Au dans l’argent espagnol ; néanmoins, certaines monnaies espagnoles (celles dans l’ellipse) contiennent peu d’or et sont donc frappées avec de l’argent cent pour cent potosien.

Figure 2: Les teneurs en or dans l’argent monétaire du Potosi, du Mexique et de l’Europe

Figure 2: Les teneurs en or dans l’argent monétaire du Potosi, du Mexique et de l’Europe

6Ayant sous-estimé les résultats de ces quelques pièces, les auteurs allaient même jusqu’à remettre en question l’importance des arrivages d’argent du Potosi dans le monnayage d’Espagne ; cela montre bien l’importance de ce critère.

7Dans le cas de l’or brésilien, une des spécificités des sables aurifères de la région de Minas Gerais est de contenir des quantités importantes de palladium (tab. n° 1) ; ce palladium (Pd) est-il un bon «traceur» de l’or brésilien ? Oui, car il répond aux critères définis précédemment.

Tableau 1: Analyses d’or en grains provenant du Brésil

Au en %

Ag en %

Pd en %

Pépite près de Sabara

85,98

4,17

9,85

Pépite de Taguaril (Minas Gerais)

91,06

8,12

Pépites analysées par La Monnaie de Rio

88,90 92,00

11,1
7,30

Source : de Launay, 1895.

  • Le palladium est un élément chimique de «la mine du platine», donc qui suit l’or dans les procédés métallurgiques mis en œuvre pour purifier le minerai.

  • Il est contenu à des teneurs de l’ordre de 1000 ppm dans les monnaies frappées par les ateliers brésiliens, alors qu’il n’est qu’à des teneurs de l’ordre de 20 ppm dans les monnaies portugaises, anglaises et françaises frappées avant 1702 (tab. n° 2).

    • 4 Barrandon (1978).

    Enfin, le palladium est facilement dosable par analyse par activation protonique au cyclotron, méthode non destructive (tab. n° 3)4.

Tableau 2: Le palladium dans les monnaies européennes antérieures à 1702

Monnaies portugaises

Monnaies anglaises

Monnaies françaises

Année

Pd en ppm

Année

Pd en ppm

Année

Pd en ppm

1460

2,5

1460

34

1460

4

1460

21

1508

8

1528

20

1539

7

1539

4

1539

2

1568

13

1568

21

1589

2,4

1648

3,7

1632

39

1660

10

1690

18

1695

27

1669

25

1695

13

1680

25

1702

24

1693

19

1702

18

1694
1694
1701
1702

36
20
21,5
22

moyenne

13 ppm

23,5 ppm

22,3 ppm

écart-type

10 ppm

9 ppm

7 ppm

Tableau 3: Résultats d’analyse sur trois monnaies d’or frappées respectivement au Brésil, au Portugal et en France

Réf. Mon.

B. N. 1056

B.N. 3045

B.N. F 20

Dénomination

Moeda

Cruzado

Demi-Louis

Atelier

B (Bahia)

Lisbonne

Paris

Souverain

Jean V

Pierre II

Louis XV

Date

1726

1690

1725

Au en %

89,9

91,0

89,2

Ag en %

3,8

7,35

6,25

Cu en %

6,0

1,47

3,89

Éléments-traces en ppm

Sn (étain)

15

150

326

Sb (antimoine)

70

20

83

Zn (zinc)

3

14,5

141

Fe (fer)

150

470

2700

Pb (plomb)

180

47

392

Pd (palladium)

1420

18

270

Pt (platine)

74

960

2670

Hg (mercure)

550

190

/

Ti (titane)

1,3

1

0,9

Te (tellure)

2

5,8

10

8Afin de valider notre «marqueur», nous avons étudié l’évolution de la teneur en palladium dans les monnaies frappées pour l’atelier de Lisbonne de 1450 à 1800 (fig. n° 3). La monnaie frappée en 1702 à la fin du règne de Pierre II (1682-1706) permet d’observer une augmentation significative de la teneur en Pd (125 ppm par rapport à 13 ppm, soit dix fois plus), prouvant de manière indiscutable l’arrivée, à partir de cette date, de l’or du Brésil, et de calculer la proportion d’or brésilien dans la monnaie.

Figure 3: Le palladium dans les monnaies frappées au Brésil et au Portugal

Figure 3: Le palladium dans les monnaies frappées au Brésil et au Portugal

L’or brésilien dans les monnaies françaises d’après le palladium

9À la différence de l’or portugais qui, au XVIIIe siècle, provient quasi exclusivement du Brésil, l’or français a plusieurs origines :

  • les pièces anciennes refondues,

  • l’or du Brésil via le déficit portugais avec la France,

  • l’or brésilien ayant transité par d’autres pays (par exemple, l’Angleterre).

10Les teneurs en palladium dans les monnaies françaises sont données par le graphique, en échelle semi-logarithmique, de la fig. n° 4.

Figure 4: Le palladium dans les monnaies françaises de 1680 à 1785

Figure 4: Le palladium dans les monnaies françaises de 1680 à 1785

11Le passage de la teneur en palladium au pourcentage d’or «brésilien» se fait par le calcul suivant :

% d’or brésilien = [ (x – 20)/1115 ] ∞ 100

dans lequel x représente la teneur en palladium dans la monnaie en ppm ; 20 la teneur moyenne en palladium dans l’or français avant l’arrivée de l’or brésilien ; 1115 la teneur moyenne en palladium dans l’or du Brésil ; cette valeur a été obtenue en faisant la moyenne des teneurs obtenues sur les monnaies frappées au Brésil et celles frappées à Lisbonne au début du XVIIIe siècle.

12À titre d’exemple, si x = 580 ppm, le pourcentage d’or sera :

% = [ (580 – 20)/1115 ] 100

Sur les traces de l’or brésilien dans les monnayages français

  • 5 Morrisson, Barrandon et Morrisson (1999), p. 55 et suiv.

13A partir des valeurs individuelles, nous avons calculé des pourcentages moyens (décennaux sauf pour les années 1726, 1727 et 1785) (fig. n° 5) ; ce qui nous a permis, à partir des statistiques des frappes annuelles5, d’estimer les quantités en millions de livres tournois d’or brésilien monnayé.

Figure 5: Pourcentage d’or brésilien dans le monnayage français de 1700 à 1785

Figure 5: Pourcentage d’or brésilien dans le monnayage français de 1700 à 1785

14Deux dates présentent un intérêt tout à fait particulier : les refontes de 1726 et de 1785.

1. La refonte de 1726

15A partir des 19 exemplaires analysés, nous avons calculé une proportion de 25,2 % d’or brésilien. Le montant des frappes étant de 160,5 millions de livres tournois, on en déduit un montant d’or brésilien d’environ 40 millions de livres tournois, valeur qui représente la totalité de l’or brésilien rentré en France durant la période 1703-1725.

2. La refonte de 1785

16Pour les frappes de 1786, on trouve 30 % d’or brésilien ; ainsi, sur les 708 millions d’or frappé durant les années 1786-1788, 212 millions sont imputables aux entrées d’or du Brésil pour la période 1783-1785 ; chiffre qui est à mettre en parallèle avec les 218 millions d’excédent commercial cumulé avec le Portugal.

Conclusions et perspectives

17Nous venons de démontrer que le palladium est un «bon traceur» de l’or brésilien puisqu’il permet de quantifier les arrivées de ce nouveau métal en Europe. La question qui se pose est : peut-on généraliser ce type de recherche ? En d’autres termes, peut-on étudier par la même méthode, l’argent du Potosi, du Mexique, l’or du Pérou, de la Colombie ou de la Russie, etc. ? La réponse est non. Néanmoins, certains cas sont favorables, citons l’argent du Potosi avec le traceur indium et l’or de Colombie avec le traceur platine, dont nous voudrions dire ici deux mots avant de conclure.

  • 6 Morrisson, Barrandon, et Morrisson, op. cit., p. 118 et suiv.

18Si l’on regarde l’évolution comparée des teneurs en palladium et en platine dans l’or frappé en Angleterre de 1690 à 1760 (fig. n° 6), on voit que, avant l’arrivée de l’or brésilien, l’or «anglais» contient des teneurs importantes en platine. Il en est de même pour la France (fig. n° 7). Cet «or platiné», d’où provient-il ? Deux possibilités : la Russie et la Colombie, connues pour leurs placeurs «d’or platiné». La Russie doit être écartée, car la découverte de l’or de l’Oural date de 1745 et ce site n’a été exploité qu’à partir de 1752 ; par contre, l’or de Colombie a été exploité dès les premières décennies du XVIIe siècle, le platine est donc un bon «traceur» de l’or colombien pour la période XVIIe-XVIIIe siècle et permet d’estimer les quantités d’or colombien arrivant en Europe via l’Espagne6.

Figure 6: Platine et palladium dans l’or frappé en Angleterre de 1690 à 1760 (échelle semi-log)

Figure 6: Platine et palladium dans l’or frappé en Angleterre de 1690 à 1760 (échelle semi-log)

Figure 7: Platine et palladium dans l’or frappé avant et après 1703 au Brésil, au Portugal, en Angleterre et en France (échelle log-log)

Figure 7: Platine et palladium dans l’or frappé avant et après 1703 au Brésil, au Portugal, en Angleterre et en France (échelle log-log)
Haut de page

Bibliographie

Barrandon, Jean-Noël, «Utilisation des réactions nucléaires induites par des protons pour l’étude des monnaies d’argent et d’or», Revue d’Archéométrie, 1978, pp. 105-120.

Cipolla, Calo M., «American treasure and the florentine coinage, in the sixteenth century», in E.H.F. Van Cauvenbergh (ed.), Precious metals, coinage and the changes of monetary structures in Latin-America, Europe and Asia, Leuven University Press, 1989, pp. 69-75.

Gordus, Adon et Jeanne, Emmanuel Le Roy Ladurie et Denis Richet, «Le Potosi et la physique nucléaire», Annales E.S.C., 1972, pp. 1235-1256.

Morrisson, Christian, Barrandon, Jean-NoëletMorrisson, Cécile, «Or du Brésil, monnaie et croissance en France au XVIIIe siècle, in Cahiers Ernest-Babelon, n° 7, CNRS éditions, 1999.

Ridgeway, R.H., «Summarized data of silver production US Bureau of Mines», Economic paper, n° 6, 1929, Washington.

Haut de page

Notes

1 Ridgeway (1929).

2 Cippola (1989).

3 Gordus, Le Roy Ladurie et Richet (1972).

4 Barrandon (1978).

5 Morrisson, Barrandon et Morrisson (1999), p. 55 et suiv.

6 Morrisson, Barrandon, et Morrisson, op. cit., p. 118 et suiv.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: La part de l’or du Brésil, de Colombie et de Russie dans la production mondiale 1600-1900
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure 2: Les teneurs en or dans l’argent monétaire du Potosi, du Mexique et de l’Europe
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 3: Le palladium dans les monnaies frappées au Brésil et au Portugal
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-3.png
Fichier image/png, 8,2k
Titre Figure 4: Le palladium dans les monnaies françaises de 1680 à 1785
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-4.png
Fichier image/png, 9,3k
Titre Figure 5: Pourcentage d’or brésilien dans le monnayage français de 1700 à 1785
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-5.png
Fichier image/png, 11k
Titre Figure 6: Platine et palladium dans l’or frappé en Angleterre de 1690 à 1760 (échelle semi-log)
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-6.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Figure 7: Platine et palladium dans l’or frappé avant et après 1703 au Brésil, au Portugal, en Angleterre et en France (échelle log-log)
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/216/img-7.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Noël Barrandon, « Sur les traces de l’or brésilien dans les monnayages européens », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLV-137 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://ress.revues.org/216 ; DOI : 10.4000/ress.216

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Barrandon

Directeur de recherches au CNRS, Centre Babelon, Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page