Navigation – Plan du site

Introduction

Catherine Vuillermot
p. 7-18

Texte intégral

  • 1 A. Broder, Histoire économique de l’Espagne contemporaine, Paris, Economica, 1998. A. ­Broder, Hist (...)
  • 2 M. Flandreau, The Glitter of Gold : France, Bimetallism and the Emergence of the International Gold (...)

1L’Association Française des Historiens Economistes a organisé, sous la responsabilité scientifique d’Albert Broder1 et de Marc Flandreau2, que je tiens à remercier chaleureusement au nom de l’association, un colloque sur la monnaie et les 16 articles suivants en abordent de multiples aspects.

2La monnaie fait partie de l’imaginaire artistique, du prêteur et sa femme de Quentin Metsys de 1514 au film Crésus de Giono interprété par Fernandel en 1960 en passant par Les faux monnayeurs de Gide, mais elle est aussi et surtout un thème récurrent de l’histoire économique, si l’on suit Marc Bloch, dans Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe : « les phénomènes monétaires… dominent la vie économique ; ils en sont à la fois un symptôme et un effet », mais aussi, plus généralement de toute l’histoire d’après Fernand Braudel, dans L’identité de la France :« au prince, il a fallu conquérir la monnaie comme il a conquis les provinces qui ont agrandi son royaume ; il en a surveillé les frappes, fixé la valeur, contrôlé la diffusion. La monnaie du roi a fait le roi ».

  • 3 G. Depeyrot, Histoire de la monnaie des origines au XVIIIe siècle, 3 volumes de 640 pages, ­Wettere (...)
  • 4 G. Depeyrot, La monnaie romaine : 211 avant J-C-476 après J-C, Paris, Editions Errance, 2006. G. Le (...)
  • 5 P. Consigny, La France et sa monnaie, Paris, Imprimerie Nationale, 2001. J.-P. Patat, Histoire de l (...)
  • 6 Colloque, La France et les institutions de Bretton-Woods, Paris, Cheff, 1998. C. Balleix-Banerjee, (...)
  • 7 M. Saint-Marc, Le mark, Paris, PUF, 1998.
  • 8  Colloque Cheff, Pierre Bérégovoy : une volonté de réforme au service de l’économie, 1984-1993, Par (...)
  • 9 Voir bibliographie sommaire de chacun.

3Elle a bénéficié depuis longtemps de multiples études, comme la monumentale Histoire de la monnaie, des origines au XVIIIe siècle de Georges Depeyrot3. Toutefois, la bibliographie récente focalise sur une période – Antiquité grecque ou romaine4 –, un espace géographique – France ou Europe5 –, un aspect de la monnaie – les institutions6 –, une monnaie – le mark7 –, voire un homme8… Les ambitions d’Albert Broder et de Marc Flandreau en organisant ce colloque étaient plus vastes, faire appel à des spécialistes9, historiens ou économistes pour élaborer une vaste synthèse à partir d’approches bien ciblées, combler certaines lacunes, élargir à d’autres espaces géographiques ou temporels des thématiques déjà ­étudiées.

4Ce projet a mobilisé tout autant les antiquisants que les contemporanéistes grâce auxquels plus de 2000 ans défilent, de la Grèce hellénistique à la dévaluation française de 1969. Si le cas français apparaît prépondérant, il est loin d’être exclusif, et on chemine à travers l’Europe (Grèce, Espagne, Allemagne…) mais aussi l’empire ottoman, le continent sud-américain et, de façon plus allusive, en Chine et en Inde…

1. La monnaie : une réalité obscure ?

À la recherche d’une définition et d’un nom

  • 10 S. Chaudhury et M. Morineau, dir, Merchants, Companies and Trade : Europe and Asia in the early Mod (...)

5C’est une question à laquelle Michel Morineau10 s’attelle. Objet multifonctionnel, elle est, en référence à Aristote, moyen d’échange, mesure de la valeur, réserve de valeur… Les trois fonctions sont passées en revue. La question de la mesure de la valeur est abordée à travers Jean Bodin et Irving Fisher. En tant qu’instrument d’échange, la monnaie conduit à une réflexion sur la monétarisation jugée lente et tardive et pas forcément signe de modernité. Enfin, le système de réserve de valeur est évoqué.

6L’appellation monétaire est aussi l’objet de débats : drachme, denier, piastre, kurus, franc… Ce dernier, monnaie d’or de 3,88 grammes, naît en 1360 (pour payer la rançon du roi Jean II le Bon prisonnier des Anglais) et remplace le denier d’or, unité monétaire depuis les Carolingiens conjointement avec la livre. Quant au Louis, d’or ou d’argent, il est fondu à partir de 1640.

Une production irrégulière

  • 11 J.-N. Barrandon, Ch. Morrisson, C. Morrisson, Or du Brésil, monnaie et croissance en France au XVII (...)

7De façon très concrète, Jean-Noël Barrandon11 traite de la production même de la monnaie. Il n’évoque pas les mines de Carthagène de l’Antiquité romaine, mais l’or du Brésil du XVIIIe siècle qui représente 40% du monnayage européen. Il utilise un marqueur chimique, le palladium, ce qui lui permet de suivre à la trace l’or du Brésil dans les monnayages européens, en particulier français. En effet, ce composant est en plus grande quantité dans l’or sud-américain que dans celui d’autres origines. L’auteur peut ainsi proposer une chronologie détaillée sur le siècle de la provenance du métal. Un quart de l’or des monnaies nationales provient du Brésil dans les années 1710 contre plus de 60% dans les années 1770.

8La question de la pénurie ou de disponibilité des métaux est cruciale tout au long de l’histoire monétaire. En conséquence, les cours de l’argent et de l’or sont très irréguliers. Après la pénurie métallique, la découverte de nouveaux gisements à partir du XVIe siècle puis du XIXe siècle permet la frappe de l’or en plus grande quantité.

Une production aux mains de multiples acteurs

9La production de métal est souvent irrégulière. De nombreux producteurs sont disséminés sur un vaste espace. Ainsi, Dioclétien multiplie les ateliers provinciaux (Londres, Lyon, Carthage, Antioche…) afin d’assurer la présence monétaire dans l’ensemble de l’empire. Dans la Gaule mérovingienne, on dénombre environ 1500 ateliers monétaires sur un millier de localités différentes. La multiplication et la dissémination des ateliers monétaires est la règle au cours du Moyen-Age, d’autant que des évêques, des comtes, mais aussi d’autres individus privés émettent des monnaies.

  • 12 J. Rousseau, La monnaie en Comté, 1494-1694 : l’atelier monétaire de Dole, Dole, Edition des deux C (...)

10La monnaie royale s’affirme de nouveau au XIIIe siècle. Seule, elle a le privilège de circuler sur l’ensemble du territoire et la refuser est un délit. Philippe le Bel impose le principe selon lequel « au Roi seul appartient de faire monnaie et à nul autre ». En conséquence, les monnayages provinciaux, tel celui de la Comté12 ou de la Lorraine, s’effacent progressivement.

  • 13 O. Dubuis, Le faux monnayage dans le Pays de Vaud, 1715-1750 : crime et répression, Lausanne, Editi (...)

11La monnaie renvoie plus généralement à une organisation politique de la société, car inséparable d’un ordre ou d’un pouvoir, elle reste le privilège du prince et y contrevenir expose à des sanctions très sévères (une amputation de la main droite à l’époque mérovingienne) car équivalent à une remise en cause de la souveraineté13. D’ailleurs, dans l’antiquité romaine, bien souvent le premier acte d’un usurpateur était de battre monnaie.

Un personnage multiforme

12Dans la plupart des pays et des époques, le bimétallisme est souvent de rigueur. En dépit de sa restauration dans la France en 1803, l’Europe évolue globalement vers le monométallisme or à la fin du siècle. La question des divers autres métaux et alliages (argent, bronze…) apparaît dans de nombreux articles. On note une progressive diminution des monnaies de bronze et de cuivre au cours du Moyen-Age. Mais dans la Chine des Song (960-1279), c’est la pénurie de cuivre qui aboutit à la naissance d’une monnaie de fer.

13Certes, le cacao au Mexique, le coton au Pérou… sont aussi des moyens de paiement paramonétaires, qualifiés de « monnaie de la terre » pendant la période moderne, tandis que certaines transactions sont en outre aussi réalisées en nature, par le biais du troc, du crédit, ou d’autres moyens. Quoiqu’il en soit la monnaie demeure l’instrument dominant du commerce.

  • 14 R. Brion et J.-L. Moreau, Le billet dans tous ses Etats : du premier papier monnaie à l’Euro, Anver (...)

14Dans ses différentes versions – métallique, fiduciaire14, scripturaire etc. – la monnaie joue un rôle déterminant dans le quotidien quelque soit la période. La monnaie métallique est évoquée dans le code d’Hammurapi (vers 1760 av), la monnaie fiduciaire se présente sous forme de billet et la monnaie scripturale se traduit par l’existence d’un compte en banque. Cependant, toute monnaie est fiduciaire dans son principe, à savoir qu’elle repose sur la confiance.

  • 15 J.-N. Barrandon, Ch. Morrisson, C. Morrisson, Or du Brésil, monnaie et croissance en France au XVII (...)

15Enfin, Christian Morrisson15 aborde la monnaie par le biais d’une interrogation sur la production française au XVIIIe siècle et sur le débat stagnation ou croissance, ce qui le conduit à croiser des informations sur la masse monétaire, la vitesse de circulation, etc. Il envisage la monnaie comme un outil de connaissance de l’économie, un indicateur économique.

2. Monnaie ou monnaies ?

Une réalité plurielle

  • 16 C. Grandjean, Les Messéniens de 370-369 au Ier siècle de notre ère : monnayages et histoire, Ecole (...)

16La succession et la substitution des monnaies est abordée, entre autres, par Catherine Grandjean16 pour l’Antiquité. Elle insiste sur le fait que les Romains n’ont pas imposé immédiatement aux Grecs leur système monétaire et le denier.

  • 17 Z. Yildirim, Légitimité et crise de l’aspre, la première monnaie ottomane XIVe-XVIIe siècles, Thèse (...)

17Zeynep Bilge Yildirim17, pour la période moderne, utilise une source particulièrement originale : les registres de justice. Il étudie le passage de l’akce, monnaie de comptes publics au kurus, monnaie du commerce extérieur. Au XVIIe siècle des dizaines de monnaies locales d’or, d’argent et de cuivre coexistent face à des pièces étrangères (espagnole, polonaise…) Le kurus devient dominant dans les années 1630 alors même que le premier kurus ottoman n’est frappé qu’à la fin des années 1680. L’akce, remplacé, est toutefois utilisé jusqu’en 1754 (dans l’échantillon traité) et émis au niveau national jusqu’en 1834. En outre, des transactions sont réalisées en nature et d’autres à crédit. La période moderne se caractérise donc pour l’empire ottoman par une extrême fragmentation monétaire à laquelle la réforme de 1839 met fin.

18Cette situation est loin d’être exceptionnelle. En effet, à Rouen, à l’aube des années 1420, circulent 11 monnaies françaises et 2 monnaies anglaises. Au début du XVIIe siècle, plus de 100 monnaies coexistent en France. Il faut une vingtaine d’années pour que le Louis se diffuse dans tout le pays à cause de la lenteur de la production et des difficultés de circulation. Pendant la Révolution, l’usage de la monnaie royale est encore toléré. Quant aux Sols révolutionnaires de la Constituante, ils sont utilisés jusqu’en 1914.

  • 18 M. Bompaire, P. Contamine… L’économie médiévale, Paris Armand-Colin, 2003. M. ­Bompaire, La circula (...)
  • 19 J. Jambu, L’argent dans les campagnes normandes à l’époque moderne, Paris, ADHE, 2000.

19La question fondamentale de l’information est abordée par Marc Bompaire18 pour le Moyen-Age et par Jérôme Jambu19 pour la période moderne, car les utilisateurs ne se limitent pas aux commerçants. La monnaie est une réalité sociale, source de lien entre les individus. L’étude d’un livre de changeur de Montpellier permet de conclure qu’à la fin du Moyen-Age l’information est imparfaite et inégale. S’il existe des initiés, pour la majorité de la population, l’information est déficiente, ce qui renvoie à la théorie de l’asymétrie de l’information.

20Au cours de la période moderne, l’information est écrite : affiche à l’entrée des églises, texte disponible chez les libraires… mais la lecture n’est pas maîtrisée par tous et le crieur ainsi que le bouche à oreille jouent un rôle déterminant. Et le notaire est, après le changeur, le principal relais de l’information, d’ailleurs plus urbaine que rurale. Cette information est d’autant plus fondamentale qu’un double système monétaire coexiste.

  • 20 P. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen-Age (Matériaux et ouv (...)

21En effet, c’est avec le franc germinal que disparaît la différence entre monnaie de compte et monnaie réelle. Désormais, la valeur des espèces métalliques est définie par un poids fixe de métal ce qui met fin à une forme d’arbitraire de la puissance publique. Les relations entre monnaie de compte et monnaie réelle sont décrites par Philippe Lardin20. Elles constituaient la base de la pratique monétaire médiévale. Les deux fonctions de la monnaie comme mesure de la valeur et comme moyen de paiement sont séparées l’une de l’autre. A l’origine d’une monnaie de compte, il existe toujours une monnaie réelle, mais lorsque la frappe de celle-ci cesse, elle tend à devenir une monnaie de compte. C’est donc une sorte de monnaie fictive par rapport à laquelle une monnaie prend sa valeur. La monnaie de compte (livre, sou, denier) se différence de la monnaie réelle. Cette dernière est toutefois définie par rapport à la monnaie de compte. La monnaie de compte résulte de l’activité économique. Pour certains, la véritable naissance de la monnaie de compte se produit au XIIIe siècle avec la reprise de la frappe de l’or et de l’argent et la démonétisation du denier, qui de monnaie réelle devient monnaie de compte.

22L’auteur étudie l’évolution des salaires des ouvriers de la cathédrale de Rouen sur le long terme (le XVe siècle), mais aussi sur le temps court, l’année (et de façon presque mensuelle). La valeur fluctuante de la monnaie est un problème récurrent au cours de l’histoire. La dépréciation du Gros au début des années 1420 conduit à l’adoption d’un double système de compte. La faible monnaie est employée ­jusqu’en avril 1422 puis on passe à la forte monnaie. Mais de façon générale, sur la période, un grand nombre de transactions ne mentionnent pas la nature de la monnaie.

23L’article traitant de l’information au Moyen-Age considère que les recherches conduites à partir de l’indexation des prix sur le métal précieux aboutissent à des résultats partiaux et imparfaits, en plus des erreurs d’interprétation, d’autant qu’il faut tenir compte des décotes et des surcotes qui peuvent refléter des intentions politiques. Au total, tout paiement est une véritable aventure et le choix même du moyen de paiement est sans doute un élément non négligeable dans la négociation du prix.

24Au XVIIIe siècle, les trébuchets (balance à change) sont d’une grande utilité tout comme les « comptes faits de monsieur Barreme » qui fournissent des tableaux de correspondance entre monnaies, ce qui permet de jongler entre les logiques non décimales. Le système duodécimal, instauré en 794 par le capitulaire de Francfort, ne laisse la place au système décimal qu’avec la Révolution Française.

Une réalité au singulier

  • 21 P. Flandrin, Les thalers d’argent : histoire d’une monnaie commune, Paris, Editions du Félin, 1997.
  • 22 Dans une bibliographique pléthorique, on peut citer : A. Schor, La monnaie unique, Paris, PUF, 1997
  • 23 N. Olszak, Histoire des Unions Monétaires, Paris, PUF, 1996.

25La question qui a agité l’Europe, au moment du choix de la monnaie – commune21 ou unique – est un thème permanent de l’histoire monétaire22 et les tentatives d’union monétaire ne se comptent plus23. Ainsi, en 1865, l’Union Latine se constitue autour de la France, de la Belgique et de la Suisse, auxquelles s’ajoutent ensuite l’Italie et la Grèce. Dans certains espaces, la tendance est à l’uniformisation monétaire, dans d’autres à la fragmentation et à la coexistence. Même au niveau national, la question reste posée, car la livre Tournoi et la livre Parisis coexistent comme monnaies royales pendant cinq siècles.

  • 24 P. De Grauwe, La monnaie internationale : théories et perspectives, Paris et Bruxelles, de Boeck Un (...)
  • 25 C. Marichal et C. Rodriguez Venegas, La bancarrota del Virreinato, nueva espana y las finan-

26Quant à la question de la monnaie de référence, de la monnaie universelle24, elle est développée par Carlos Marichal25 pour la période moderne avec la piastre ou le real de huit. L’article commence par une description du système monétaire espagnol au XVIe siècle, se poursuit par l’exportation des piastres d’argent vers l’Europe dans la période moderne puis raconte les aventures du peso sur les côtes chinoises et dans les Indes. Au total, le peso est assimilé à une sorte d’ancêtre du dollar.

27La numismatique permet de déterminer des aires d’influence commerciale et économique à diverses époques et de tracer la géographie des échanges. La monnaie est incontestablement un témoignage de la puissance économique et particulièrement commerciale.

  • 26 A. Soria, La Chambre de Commerce de Lyon au XIXe siècle, 1832-1908, Thèse Histoire, Lyon II, 1997.

28La gestion de la pénurie de monnaie est délicate pendant la Première guerre mondiale. Dès 1914 pour pallier la thésaurisation, certaines chambres de commerce émettent des monnaies de nécessité. Ces billets, reconnus par l’Etat, circulent dans un espace géographique restreint et servent de monnaie de complément et de monnaie de cours. C’est ce qu’évoque Audrey Soria26.

  • 27 M. Hau et N. Stoskopf, Les dynasties alsaciennes : du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 2005 (...)
  • 28 G. Le Rider, La naissance de la monnaie, Paris, PUF, 2001.

29Nicolas Stoskopf27 montre que certains rêvent, au XIXe siècle, de se passer de cette monnaie née dans l’Orient Ancien28. Pour lutter contre la pénurie de crédit, Victor-Corentin Bonnard créé une première banque d’échange à Marseille, puis une seconde à Paris. Ces sociétés de crédit, cotées en bourse, inversent le système du crédit traditionnel, car celui-ci est accordé au producteur par le consommateur, dont la banque tient la place. Ce bon d’échange n’est nullement une monnaie parallèle, mais le système a des limites et aboutit à un échec.

3. Une réalité politique

La monnaie au service de l’image du pouvoir

30Avec Charlemagne, l’effigie de la monnaie se fait chrétienne et au cours des siècles suivants un grand nombre de ses successeurs ont utilisé la formule « Gratia Dei Rex » (roi, par la grâce de Dieu) ou la croix. Ce symbole chrétien disparaît avec la Révolution, mais reste présent encore aujourd’hui dans certains pays, comme les Etats-Unis dans la formule « in God, we trust » (en Dieu, nous plaçons notre confiance).

  • 29 Y. Coativy, Monnaies de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 1992.

31La monnaie comme symbole de la puissance est décrite par Yves Coativy29 qui parle de la représentation du souverain sur les monnaies d’or en France du XIIIe au XVe siècle. La monnaie exprime une identité. Par le biais du trône, de la couronne, du lys… elle symbolise la majesté royale plus que le simple pouvoir ou l’autorité. La fleur de lys visible à l’époque carolingienne se généralise avec Louis XI. Philippe le Bel s’affirme sur son trône et porte fréquemment la couronne et la main de justice. En 1360 on trouve trace du roi désormais chevalier avec le franc à cheval.

32L’étude numismatique montre que le roi est initiateur d’un modèle qui traduit ses aspirations politiques. La fronde princière, telle celle du Duc de Bretagne, se traduit par une imitation des monnaies d’or et par l’adoption du type royal (épée, chasse d’or…). L’imitation stoppe au début du XVe siècle. Dès lors les princes frappent monnaie à leur propre effigie développant ainsi une monnaie originale.

33Après le monogramme du souverain du Moyen-Age, le portrait royal revient progressivement au cours de la période moderne. C’est le roi qui illustre à lui seul la souveraineté donnant même son nom à la monnaie, le Louis à partir de 1640. La France s’identifie à son roi. Le pays, le souverain se donne ainsi une image pour l’intérieur, mais aussi pour le reste du monde. La monnaie exprime donc une identité réelle ou souhaitée, son émission est donc un acte éminemment politique.

34La république, elle, impose une allégorie : la Liberté sous forme d’une femme coiffée du bonnet phrygien, puis Cerès pour la IIe République, la Semeuse pour la IIIe République… Le coq devient aussi un des symboles du régime. Quant à la Ve République, elle commémore ses grands hommes depuis 25 ans avec Charles de Gaulle, Louis Pasteur, Marie Curie, Pierre de Coubertin ou René Cassin par exemple.

Un instrument politique et économique

35Les manipulations constantes (contremarque, poids, composition, rognage, valeur…) traduisent le rôle politique de la monnaie et l’existence d’une sorte de politique monétaire. Avec Philippe-Auguste, on assiste à la naissance d’une monnaie royale qui se transforme en monopole du souverain avec Philippe le Bel. Celui-ci porte d’ailleurs le surnom de « roi faux monnayeur ». De 1337 à 1360, c’est en moyenne 4 mutations monétaires par an que connaît la France. De 1689 à 1715 : 40 modifications monétaires ont eu lieu. Louis XIV a, en effet, perfectionné le système avec la réformation. Deux pièces de valeur intrinsèque identiques sont, par décision royale, affectées de deux valeurs de compte différentes. La pièce surfrappée bénéficie d’une valeur supérieure à la pièce ordinaire. Ces mutations monétaires sont aussi un moyen d’éviter l’accroissement des prélèvements fiscaux.

  • 30 N. Oresme, Traité des monnaies, XIVe siècle.

36Montesquieu, tout comme l’évêque Oresme30 quelques siècles avant lui, s’insurge contre les manipulations monétaires : « rien ne doit être si exempt de variation que ce qui est la mesure de tout » ou dans les Lettres persanes : « le roi de France est un grand magicien… S’il n’a qu’un million d’écus dans son trésor et qu’il en ait besoin de deux, il n’a qu’à persuader (ses sujets) qu’un écu en vaut deux, et ils le croient ».

37Si une certaine stabilité monétaire s’impose avec Louis XV ou avec le franc germinal, en revanche, au cours du XXe siècle, les dévaluations monétaires se succèdent à un bon rythme : du franc Poincaré (80%), à la dévaluation de 1936 ou à celle du nouveau franc (17,5%)… Au total de 1914 à 1958, la valeur or du franc chute drastiquement de 290 grammes à 1,8 gramme.

  • 31 B. Blancheton, Les politiques économiques, Paris, Dunod, 2006. B. Blancheton, Le Pape et l’Empereur (...)
  • 32 C. Bordes, D. Goyeau, P. Rous, Monétarisme contre keynésianisme, in Les entreprises et les hommes, (...)

38Bertrand Blancheton31 et Christian Bordes32 retracent les débats autour de la dévaluation du franc en 1969. Ils évoquent tout d’abord les fondements théoriques des principaux acteurs de la politique monétaire nationale et en particulier l’idée selon laquelle la dévaluation améliore la compétitivité des produits français. Farouche défenseur du franc, le Général de Gaulle, lui, pensait qu’« un pays c’est un Etat, une armée, une monnaie » et c’est probablement la peur de l’inflation qui l’a fait renoncer à la dévaluation en 1968. Son successeur ne partage pas cette vision des choses.

  • 33 C. de Ferrare de Tot, Historie du système de John Law : 1716-1720, Paris, INED, 2000. K. Moure, La (...)

39En revanche, certaines mesures bien connues et sur lesquelles on dispose déjà d’ouvrages, comme la réforme de Law, les assignats ou le Franc Poincaré et le franc fort pour la période plus récente n’ont pas été évoquées33.

La monnaie : de la banque à l’ensemble de la société

  • 34 J.-M. Keynes, Traité de la monnaie, 1930 et Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la mon (...)
  • 35 M. Friedman, A Program for Monetary Stability, Fordham University Press, 1960. M. Friedman, Study i (...)
  • 36 M. Aglietta et A. Orlean, La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob, 2002. M. Agli (...)
  • 37 C. Rist, Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie (depuis John Law jusqu’à nos jo (...)

40Les analyses des grands théoriciens de Keynes34 à Milton Friedman35, voire Aglietta et Orlean36, déjà bien connues, tout comme les ouvrages de synthèse37, n’ont pas fait l’objet de communications. Dans l’économie contemporaine, la création monétaire est réalisée par l’émission de crédit, donc par les banques. De plus, la politique monétaire s’effectue par le biais du contrôle des émissions de monnaie et par l’encadrement des taux de crédit, ce qui ramène aux banques.

41Avec Ricardo et la Currency School, la monnaie est perçue comme exogène, ce qui signifie que la banque centrale a le contrôle de la quantité de monnaie en circulation. En revanche, la Banking School de Thomas Tooke prône une théorie opposée. Le marché détermine lui-même la quantité de monnaie nécessaire. En conséquence, la monnaie est dite endogène, car elle est alors fondamentalement distincte du crédit et la banque centrale ne joue qu’un faible rôle.

  • 38 J.-P. Domin, Les dépenses hospitalières entre 1803 et 1993 : dynamiques hospitalières et cycles lon (...)

42La monnaie alimente de multiples débats entre politiques, économistes et moralistes, car elle est à la base de certaines politiques. Jean-Paul Domin38 rappelle le débat entre économistes français au sujet de la banque à la fin du Second Empire. En effet, suite au rattachement de la Savoie à la France en 1860, se pose la question du statut de la Banque de Savoie. Une grande enquête en 1865-1866 auditionne 191 experts qui défendent majoritairement la situation du monopole. Certains toutefois prônent la concurrence absolue, d’autres un oligopole et quelques uns un duopole. Au débat : une ou des banques, s’ajoute le choix : privé ou public. Le monopole de l’émission monétaire est confirmé comme un moyen de favoriser l’essor industriel ce qui justifie l’intervention de l’Etat. Ce débat introduit donc l’acteur politique qu’est l’Etat.

  • 39 O. Darne, La désaisonnalisation des chroniques économiques : analyse des conditions conjoncturelles (...)
  • 40 C. Diebolt, C. Kyrtson, New Trends in Macroeconomics, Berlin, Springer, 2005. C. Diebolt,J.-L. Escu (...)

43L’unification territoriale de l’Allemagne aboutit aussi à son unification monétaire et à la création de la Reichsbank. Celle-ci est l’ancienne banque de Prusse. Olivier Darné39 et Claude Diebolt40 en proposent une analyse institutionnelle et cliométrique (par la biais de multiples tests). De sa fondation à la veille de la Guerre, elle développe le chèque dans le public et accroît l’encaisse-or faisant ainsi du mark une monnaie solide. A l’origine d’une véritable mobilisation financière, cette banque de guerre assiste à la dépréciation du la monnaie au lendemain de la Défaite.

44Acteur politique, la monnaie intéresse l’ensemble du corps social et pas seulement les banquiers, les économistes et les politiques. En effet, elle n’est pas un simple objet économique, c’est un système de paiements, un ensemble de règles, bref, une institution.

  • 41 B. Touchelay, L’INSEE : des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique, pol (...)

45Béatrice Touchelay41, elle, s’intéresse à la monnaie dans les discours du CNPF. Celui-ci défend le franc face à l’ouverture des frontières et à l’essor des exportations, il critique le déficit budgétaire et les facilités de l’inflation qui sacrifie la valeur de la monnaie. Dans le temps de la reconstruction, le franc est le symbole de l’inefficacité de l’Etat pour un patronat sur la défensive. Un changement d’attitude se produit avec la mise en place du gouvernement Pinay et l’assainissement monétaire. Quant au temps de la République Gaullienne, l’auteur s’interroge pour savoir si désormais le CNPF est un soutien du gouvernement, puisqu’il partage avec lui l’ambition de la modernisation de l’industrie et la défense du nouveau franc.

Plan

46Les articles ont été regroupés par période chronologique. La monnaie est un personnage historique certes difficile à cerner, mais en voie d’affirmation tant politique qu’économique, de l’Antiquité à la fin du Moyen-Age. Les quatre articles consacrés à cette période traitent tout à la fois du problème de l’information au sujet des monnaies, des fonctions de monnaie de compte et de monnaie réelle, de la diversité des monnaies, des échanges dans l’antiquité, de la monnaie comme symbole de la puissance royale…

47Pour la période moderne, la réflexion des 6 articles porte sur la définition de la monnaie, sur sa production concrète, sur la multiplication des monnaies, mais aussi sur l’idée de monnaie universelle, sans oublier son rôle d’indicateur de la production. Bref, l’accent est mis sur la monnaie comme réalité centrale des échanges et du commerce.

48Aux XIXe et XXe siècles, les débats ne disparaissent pas : bien au contraire. Si quelques uns songent à supprimer la monnaie, à l’inverse, sa pénurie entrave le quotidien. La monnaie, d’enjeu politique devient acteur. De la neutralité théorique, on passe à l’idée de politiques monétaires (monopole d’Etat, dévaluations, multiplication des réserves…) pour accroître la croissance et le patronat y prête une grande attention. La monnaie est donc un véritable « personnage historique » et mérite bien un volume de réflexion.

Haut de page

Notes

1 A. Broder, Histoire économique de l’Espagne contemporaine, Paris, Economica, 1998. A. ­Broder, Histoire économique de la France au XXe siècle, Paris, Ophrys, 1998. A. Broder et F. Mauro, Histoire économique du monde, l’ère des ruptures : 1950-1996, Paris, Cujas, 1997.

2 M. Flandreau, The Glitter of Gold : France, Bimetallism and the Emergence of the International Gold Standard, 1848-1876, Oxford, Oxford University Press, 2004. M. Flandreau et F. Zumer, Les origines de la mondialisation financière, 1880-1913, Paris, Centre de développement de l’OCDE, 2004. M. Flandreau, Money doctors : the Experience of International Financial Advising, 1850-2000, New York City, Routledge, 2003. M. Flandreau, dir, Un siècle d’architectures financières internationales, Paris, Documentation Française, 1999.

3 G. Depeyrot, Histoire de la monnaie des origines au XVIIIe siècle, 3 volumes de 640 pages, ­Wetteren, Editions Moneta, 1995.

4 G. Depeyrot, La monnaie romaine : 211 avant J-C-476 après J-C, Paris, Editions Errance, 2006. G. Le Rider, Les Séleucides et les Ptolémées : l’héritage monétaire et financier d’Alexandre le Grand, Paris, Editions du Rocher, 2006. F. Rebuffat, La monnaie dans l’Antiquité, Paris, Picard, 1996.

5 P. Consigny, La France et sa monnaie, Paris, Imprimerie Nationale, 2001. J.-P. Patat, Histoire de l’Europe monétaire, Paris, La Découverte, 2005. J.C. Pruja, Du statère gaulois à l’Euro : 2000 ans d’histoire monétaire en France, Sutton, Joué les Tours,2001. G. Valence, Histoire du franc : 1360-2002 : la légende du franc, Paris, Flammarion, 1998.

6 Colloque, La France et les institutions de Bretton-Woods, Paris, Cheff, 1998. C. Balleix-Banerjee, La France et la Banque Centrale Européenne, Paris, PUF, 1999. O. Feiertag, dir., Mesurer la monnaie : banques centrales et construction de l’autorité monétaire (XIXe-XXe siècles), Paris, Albin-Michel, 2005. M. Lelart, Le système monétaire international, Paris, La Découverte, 1991.

7 M. Saint-Marc, Le mark, Paris, PUF, 1998.

8  Colloque Cheff, Pierre Bérégovoy : une volonté de réforme au service de l’économie, 1984-1993, Paris, Imprimerie Nationale, 1998.

9 Voir bibliographie sommaire de chacun.

10 S. Chaudhury et M. Morineau, dir, Merchants, Companies and Trade : Europe and Asia in the early Modern Erea, Paris, MSH, 1999. M. Morineau, Les Grandes Compagnies des Indes Orientales, Paris, PUF, 1999. D. Flynn, M. Morineau, C. Nunez, R. Von Glahn, dir, Monetary History in Global Perspective, 1500-1808, Séville, Universidad de Sevilla, 1998.

11 J.-N. Barrandon, Ch. Morrisson, C. Morrisson, Or du Brésil, monnaie et croissance en France au XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1998. J.-N. Barrandon, L’or gaulois : le trésor de Chevanceaux et les monnayages de la face atlantique, Paris, CNRS, 1994.

12 J. Rousseau, La monnaie en Comté, 1494-1694 : l’atelier monétaire de Dole, Dole, Edition des deux Colombes, 1994.

13 O. Dubuis, Le faux monnayage dans le Pays de Vaud, 1715-1750 : crime et répression, Lausanne, Editions du Zèbre, 1999.

14 R. Brion et J.-L. Moreau, Le billet dans tous ses Etats : du premier papier monnaie à l’Euro, Anvers, Fonds Mercator, 2001.

15 J.-N. Barrandon, Ch. Morrisson, C. Morrisson, Or du Brésil, monnaie et croissance en France au XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1998.

16 C. Grandjean, Les Messéniens de 370-369 au Ier siècle de notre ère : monnayages et histoire, Ecole Française d’Athènes, Diffusion de Buccard, 2003. D. Gerin, C. Grandjean… La monnaie grecque, Paris, Ellipses, 2001. C. Grandjean, Le culte de Déméter dans le Péloponnèse. Etude numismatique et iconographique, Thèse 3e cycle histoire, Paris X, 1986.

17 Z. Yildirim, Légitimité et crise de l’aspre, la première monnaie ottomane XIVe-XVIIe siècles, Thèse Economie, Paris X, 2000.

18 M. Bompaire, P. Contamine… L’économie médiévale, Paris Armand-Colin, 2003. M. ­Bompaire, La circulation monétaire en Languedoc, Xe-XIIIe siècles, Thèse Histoire, Paris IV, 2002. M. Bompaire, F. Dumas, Numismatique médiévale : monnaies et documents d’origine française, Turnhout, Brepols, 2000.

19 J. Jambu, L’argent dans les campagnes normandes à l’époque moderne, Paris, ADHE, 2000.

20 P. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen-Age (Matériaux et ouvriers), Thèse Histoire, Rouen, 1995.

21 P. Flandrin, Les thalers d’argent : histoire d’une monnaie commune, Paris, Editions du Félin, 1997.

22 Dans une bibliographique pléthorique, on peut citer : A. Schor, La monnaie unique, Paris, PUF, 1997.

23 N. Olszak, Histoire des Unions Monétaires, Paris, PUF, 1996.

24 P. De Grauwe, La monnaie internationale : théories et perspectives, Paris et Bruxelles, de Boeck Université, 1999.

25 C. Marichal et C. Rodriguez Venegas, La bancarrota del Virreinato, nueva espana y las finan-

zas des imperio espanol, 1780-1810, Mexico, Fondo de Cultura Economica, 1999. C. Marichal, Foreign Investment in Latin America (impact on economic development, 1850-1930), Milan, Universita Bocconi imp, 1994. C. Marichal, La Formacion de los bancos centrales en Espana y America Latina, Madrid, Banco de Espana, 1994.

26 A. Soria, La Chambre de Commerce de Lyon au XIXe siècle, 1832-1908, Thèse Histoire, Lyon II, 1997.

27 M. Hau et N. Stoskopf, Les dynasties alsaciennes : du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 2005. N. Stoskopf, Les patrons du second Empire, Tome 7 : Banquiers et financiers parisiens, IHMC, Paris, Picard, 2002. N. Stoskopf, La fondation du Comptoir National d’Escompte de Paris, banque révolutionnaire, in Histoire Economie et société, n°3, sept 2002, pp.105-121.

28 G. Le Rider, La naissance de la monnaie, Paris, PUF, 2001.

29 Y. Coativy, Monnaies de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 1992.

30 N. Oresme, Traité des monnaies, XIVe siècle.

31 B. Blancheton, Les politiques économiques, Paris, Dunod, 2006. B. Blancheton, Le Pape et l’Empereur : la banque de France, la direction du trésor et la politique monétaire de la France (1914-1928), Paris, Albin-Michel, 2001.

32 C. Bordes, D. Goyeau, P. Rous, Monétarisme contre keynésianisme, in Les entreprises et les hommes, Paris, PUF, 1992, pp. 21-45. C. Bordes, Variabilité de la vitesse et volatilité de la croissance monétaire : le cas français, Paris, Banque de France, 1989. C. Bordes, Mécanismes de transmission de la politique monétaire dans le nouvel environnement français, Paris, Ministère du Plan, 1986.

33 C. de Ferrare de Tot, Historie du système de John Law : 1716-1720, Paris, INED, 2000. K. Moure, La politique du franc Poincaré : perception de l’économie et contraintes politiques dans la stratégie monétaire de la France, 1926-1936, Paris, Albin-Michel, 1998. E. Aeschimann, P. Riche, La guerre de sept ans : histoire secrète du franc fort, Paris, Calmann-Lévy,1996.

34 J.-M. Keynes, Traité de la monnaie, 1930 et Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, 1936.

35 M. Friedman, A Program for Monetary Stability, Fordham University Press, 1960. M. Friedman, Study in the Quantity Theory of Money, University of Chicago Press, 1956…

36 M. Aglietta et A. Orlean, La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob, 2002. M. Aglietta et A. Orlean, La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998. M. Aglietta et A. Orlean, La violence de la monnaie, Paris, PUF, 1982.

37 C. Rist, Histoire des doctrines relatives au crédit et à la monnaie (depuis John Law jusqu’à nos jours), 2e édition, Paris, Sirey, 1951 et réédition en 2002 chez Dalloz. J. de Boyer des Roches, La pensée monétaire : histoire et analyse, Paris, Les Solos, 2003.

38 J.-P. Domin, Les dépenses hospitalières entre 1803 et 1993 : dynamiques hospitalières et cycles longs, Thèse Economie, Paris I, 1998.

39 O. Darne, La désaisonnalisation des chroniques économiques : analyse des conditions conjoncturelles, Thèse Economie, Montpellier I, 2002.

40 C. Diebolt, C. Kyrtson, New Trends in Macroeconomics, Berlin, Springer, 2005. C. Diebolt,J.-L. Escudier, La croissance économique dans le long terme : formes historiques et perspectives, Paris, L’Harmattan, 2002.

41 B. Touchelay, L’INSEE : des origines à 1961 : évolution et relation avec la réalité économique, politique et sociale, Thèse Histoire, Paris XII, 1993. B. Touchelay, Histoire du XXe siècle, Paris, Vuibert, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Vuillermot, « Introduction », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLV-137 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ress.revues.org/202 ; DOI : 10.4000/ress.202

Haut de page

Auteur

Catherine Vuillermot

Secrétaire générale de l’Association, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page