Navigation – Plan du site
Approches par l’épistémologie ou la méthode

L’apport d’une épistémologie cognitive à la démarche sociologique

Gérald Bronner
p. 155-174

Texte intégral

La notion de neutralité axiologique : entre considérations déontologiques et épistémologiques

1La notion de neutralité axiologique, ou « liberté par rapport aux valeurs », à laquelle Max Weber consacra une importante étude en 1917, implique deux étapes de la réflexion épistémologique. La première qui figure dans le vade-mecum de tout apprenti sociologue et qui conclut qu’il ne faut pas confondre les catégories du connaître et du devoir être. Le sociologue peut prendre comme objet de recherche la peine de mort, par exemple, et doit, autant que faire se peut, ne pas laisser ses valeurs contaminer ses analyses. Il s’agit, en quelque sorte, de suspendre provisoirement la hiérarchie des jugements sur le réel pour placer la catégorie du vrai au-dessus des catégories du bien ou du beau. La méthode scientifique est censée permettre à celle-là de ne pas être dépendante de celles-ci. Ainsi, le chercheur désireux de respecter la neutralité axiologique, veillera à ce que la sphère des valeurs et celle du connaître restent étanches l’une pour l’autre : « la confusion permanente entre discussion scientifique des faits et raisonnement axiologique, écrit Weber (1992, p. 132) est une des particularités les plus fréquentes et les plus néfastes dans les travaux de notre spécialité ».

2Cette proposition méthodologique, qui semble frappée au coin du bon sens, a pourtant fait l’objet de nombreuses discussions dans les sciences sociales. On peut, par exemple, affirmer qu’un jugement neutre d’un point de vue axiologique est impossible concernant un phénomène social et que, pire, cette expression fallacieusement neutre a pour conséquence (aveugle ou non) de servir les intérêts d’un système de domination. Dès lors, le destin de la sociologie, dit-on, est d’assumer une position offensive et une activité de dénonciation qui sont peu compatibles avec l’acception canonique de la notion de neutralité axiologique.

  • 1 Cf. Freund (1969, p. 9)

3C’est parce que certains sociologues de son temps crurent bon défendre ce genre de positions que Weber préféra démissionner du comité directeur de la « Société allemande de Sociologie » qu’il avait co-fondé en 19101. Je ne discuterai pas de ce point ici, même si le débat est encore d’actualité et le restera aussi longtemps que la sociologie ne sera pas entrée dans un processus franc de connaissance cumulative.

4La seconde étape impliquée par la notion de neutralité axiologique pose la question des catégories mentales avec lesquelles nous appréhendons le réel. Il ne s’agit plus ici de mettre en examen une contamination possible du connaître par les valeurs, mais la possibilité d’une connaissance objective du réel.

5Pour Weber, on le sait, l’objectivisme est un point de vue naïf sur les relations que la conscience individuelle entretient avec le monde. Nous ne pouvons appréhender un phénomène, aussi anecdotique et limité soit-il, qu’en lui faisant subir une opération mentale qui appauvrit son infinie complexité. Ce qui est vrai d’un phénomène anecdotique et limité l’est, a fortiori, d’un phénomène historique ou sociologique plus complexe. Il s’agit là d’une des bases de l’épistémologie de Weber.

6Montesquieu affirmait : « Je n’ai point tiré mes principes de mes préjugés, mais de la nature des choses ».

7Weber était assez pessimiste concernant ce genre d’intentions. Il n’était pas ce que l’on peut appeler un relativiste et croyait en la possibilité d’établir des énoncés scientifiques qui se distinguent des croyances du sens commun, mais il révoquait en doute la possibilité d’accéder à la pure objectivité. D’ailleurs, comme une réponse faite à Montesquieu, il écrit (1992, p. 161) : » Et si ressurgit sans cesse l’opinion affirmant que ces points de vue se laisseraient « tirer de la matière même », cela ne provient que de l’illusion naïve du savant qui ne se rend pas compte que dès le départ, en vertu même des idées de valeurs avec lesquelles il a abordé inconsciemment sa matière, il a découpé un segment infime dans l’infinité absolue pour en faire l’objet de l’examen que seul lui importe ».

8En d’autres termes, pour Weber, la connaissance du singulier, c’est-à-dire le classement et l’attribution de liens de causalité entre des éléments concrets, s’indexe nécessairement sur une culture préalable, et tout discours, toute réflexion sur la réalité, sans être mécaniquement faux, est en revanche toujours une altération. Compte tenu de l’infinité en extension et en intension de la réalité, et de la finitude de notre esprit, la connaissance ne peut avoir un autre statut selon le sociologue allemand : elle ne peut s’établir sans présupposés. Peut-être ceux-ci nuisent-ils à l’objectivité de la connaissance, mais du moins la rendent-ils possible, car ce que nous pouvons comprendre du monde nous est suggéré par une représentation préalable.

9L’idée selon laquelle la réalité est infinie en intension et en extension constitue l’un des serpents de mer des Essais sur la théorie de la science que Berthelot (1996) modélise en offrant de concevoir le monde comme « une infinie matrice d’événements ».

E(l, 1)

E(l,2)

E(l,3)

E(l,...)

E(lj)

E(2, 1)

E(2,2)

E(2,3)

E(2,...)

E(2j)

E(3, 1)

E(3,2)

E(3,3)

E(3,...)

E(3j)

E(...,l)

E(...,2)

E(...,3)

E(...,...)

E(...,j)

E(i,l)

E(i,2)

E(i,3)

E(i,...)

E(ij)

10Chacun de ces éléments, aussi anodin puisse-t-il paraître à la curiosité de l’observateur, est nécessaire pour définir l’espace-temps tel qu’il s’est singularisé dans la réalité. C’est ce que Weber affirme lorsqu’il écrit : « il existe toujours en vérité une infinité d’éléments causatifs qui ont déterminé l’apparition d’un événement singulier et en fait la totalité des éléments causatifs singuliers était nécessaire pour que l’événement se produise sous sa forme concrète » (1992, p. 276).

Jugements de possibilité et recours à l’expérience

11Dans ces conditions, comment sauver la connaissance d’un parfait subjectivisme qui consisterait à choisir au hasard, ou selon une sensibilité strictement individuelle, les causes que l’on considérera comme significatives ? Ce choix est-il arbitraire et empêche-t-il l’expression d’une pensée scientifique, en particulier dans le domaine de la culture ?

12Non, selon le sociologue allemand, car il est possible d’opérer une hiérarchie dans ces causes, en distinguant notamment causalité adéquate et causalité accidentelle. La première catégorie désigne les causes qui ne sont pas déterminantes dans la mesure où les événements tels que nous les connaissons seraient vraisemblablement apparus sans elles, la seconde, au contraire, désigne les causes qui provoquent un effet qui n’est pas « adéquat » à une situation perçue par l’historien, c’est-à-dire qu’elle opère une bifurcation dans le champ des probabilités : « … nous parlerons de causalité « adéquate » dans les cas qui (…) expriment la relations entre certains complexes de « conditions » saisis dans leur unité par la réflexion historique et considérés isolément et l’effet qui est intervenu (ces conditions étant les causes adéquates des éléments de l’effet en question). Et, nous parlerons de causalité accidentelle quand les faits qui ont exercé une influence sur les éléments de l’événement qui entre historiquement en ligne de compte ont abouti à un effet qui n’était pas « adéquat » en ce sens à un complexe de conditions saisi par la pensée dans son unité » (Weber, 1992, p. 294).

13Qu’est-ce qui garantit le caractère non arbitraire de cette classification causale ? Quels sont les arguments qui suggèrent à l’esprit du chercheur, lorsqu’il constitue ses hypothèses, que tel élément a contribué notablement à l’apparition de tel phénomène et tel autre non ?

14Les règles de l’expérience répond Max Weber (1992, pp. 281-283), car seules ces règles permettent l’imputation causale d’un effet concret à une cause concrète.

15Le recours à ces règles de l’expérience rend possible l’expression de ce que le sociologue allemand appelle un jugement de possibilité, c’est-à-dire une évaluation probabiliste de l’éventualité de tel ou tel espace-temps, qu’il ait été, ou non, actualisé par un présent (Weber, 1992, p. 281).

  • 2 Je pense en particulier aux travaux du constructivisme neuronal et au livre de Jean-Pierre Changeux (...)

16En d’autres termes, affirmer que tel événement est survenu parce que telle cause ou tel ensemble de causes l’a permis, c’est admettre que, sans cette cause ou sans cet ensemble de causes, cet événement ne serait pas survenu sous la forme qu’on lui a connue. Le chercheur met en place un processus d’abstraction qui jauge le poids de chaque élément causatif en le supprimant de la chaîne causale pour considérer, en pensée, qu’elle aurait été alors la situation. L’esprit, lorsqu’il cherche à rendre intelligible le monde en l’enserrant de liens causals devient laboratoire de la « contrefactualité ». Sans que les scientifiques en prennent toujours pleinement conscience, les jugements de possibilité constituent le socle de toute réflexion sur le réel. Ceci est vrai pour la démarche scientifique, mais aussi pour la logique ordinaire si l’on en croit les propositions récentes des neurosciences2.

Les tentations inférentielles

17La science n’a donc évidemment pas le monopole du recours au jugement de possibilité. Sur quel point peut-elle alors se distinguer de la logique ordinaire ?

18D’une part, en étant attentive à ne pas laisser contaminer ses raisonnements par le désir que certaines hypothèses soient vraies selon les prescriptions de l’acception la plus immédiate de la neutralité axiologique.

19D’autre part, en examinant scrupuleusement les processus cognitifs à l’œuvre dans ses propres raisonnements et en tentant d’apprivoiser les tentations inférentielles que suggèrent certaines pentes naturelles de notre esprit. C’est là la voie d’une épistémologie cognitive qu’a justement esquissée Max Weber dans Les essais sur la théorie de la science.

20Weber s’est, en effet, beaucoup intéressé aux erreurs qui contaminaient les raisonnements de ses contemporains et l’on peut voir dans certaines de ses remarques, notamment celles qu’il adressait aux historiens de son temps, la préfiguration de certaines découvertes des psychologues cognitifs du XXe siècle. Je pense en particulier aux critiques respectueuses, mais virulentes, qu’il oppose, dans « Les études critiques pour servir à la logique des sciences de la « culture » » (Weber, 1992, pp. 205-299) qui ont paru pour la première fois en 1906 dans l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, t. XXII, à la vision de l’histoire que propose Edouard Meyer, qui fut l’un des grands historiens allemands du début du XXe siècle.

21Il vise, entre autres, (1992, pp. 221-229) ce qu’il appelle, en le stigmatisant, le principe de dépendance téléologique.

  • 3 Or, Weber repère chez Meyer (Weber, 1992, pp. 221-224) une ambiguïté forte sur ce point puisqu’il d (...)

22Meyer considère comme indépassable et spécifique la méthode historique qui prétend remonter des effets aux causes. Cette méthode n’apparaît pas à Weber comme spécifique à l’histoire, car la biologie ou la médecine, par exemple, peuvent tout aussi bien se réclamer d’elle. Mais, plus important, cette façon de voir est non seulement résistible, selon le sociologue allemand, mais encore incite-t-elle au recours au principe de dépendance téléologique. En effet, considérer l’événement historique à expliquer (par exemple la première guerre mondiale) et remonter aux causes (tensions entre la France et l’Allemagne et entre l’Autriche et la Russie, annexion de la Bosnie-Herzégovine, attentat de Sarajevo…), c’est prendre le risque de croire que, ces causes convergeant, l’événement était fatal. En effet, la coïncidence d’un grand nombre de causes (ce qui est toujours le cas quel que soit l’événement selon Weber) peut produire l’illusion a posteriori que ces causes confluaient les unes vers les autres pour atteindre une fin3.

23Cette thèse semble tout à fait métaphysique à Weber, en particulier parce qu’elle néglige le fait que toutes sortes d’événements, très différents, peuvent se produire, et que l’impression de fatalité que donnent parfois les événements historiques, doit beaucoup à notre position de commentateurs ex post. On oublie trop souvent cette vérité simple et banale, explique le sociologue allemand, qu’au moment où les acteurs historiques vivent les faits, le champ des possibles est encore ouvert. C’est de cette façon que le vivent les individus et c’est de la même façon que doit le penser l’historien s’il veut se donner une chance de comprendre les choix, les faiblesses, les audaces des acteurs en présence.

  • 4 Cette erreur a souvent été commentée dans les sciences sociales et a été identifiée et nommée de di (...)
  • 5 Ce point a été aussi commenté par Lesourne (1993, p. 29) qui fait remarquer par exemple que : « le (...)

24Ces remarques critiques de Weber sur certains des dérapages de la pensée historique de son temps m’évoquent irrésistiblement certaines des conclusions des travaux de Slovic, Fischhoff et Lichtenstein (1978) sur ce qu’ils appelèrent le déterminisme sournois ou biais de rétrospection4. Ainsi, ces psychologues ont montré que la connaissance des conséquences d’un événement antérieur accroît la vraisemblance de ces conséquences5.

Le jugement de possibilité mis en examen

25Dans son enquête, pourtant minutieuse, sur les processus cognitifs à l’œuvre dans la constitution du savoir en sciences de la culture, Weber s’en tient au jugement de possibilité et au recours aux règles de l’expérience qui le rend possible, sans envisager leur mise en examen. Que le jugement de possibilité ne puisse s’établir de façon neutre, sans recours à la réserve préorganisée de connaissances du chercheur, n’avait pas échappé à Weber, raison pour laquelle la notion de neutralité axiologique autorise un dialogue avec des considérations épistémologiques (et pas seulement déontologiques). En revanche, il n’a pas étudié les dérapages que peut engendrer le recours aux règles de l’expérience.

  • 6 Selon les psychologues, les biais cognitifs sont « la conséquence des capacités limitées des gens à (...)

26Or, ce recours offre un terrain de choix pour l’expression des tentations inférentielles coupables que les psychologues de l’erreur ont pris l’habitude d’appeler des « biais cognitifs »6. Si l’on admet avec Weber que le jugement de possibilité constitue le socle de l’élaboration des hypothèses, de la dimension exploratoire de la science, alors c’est sur l’intimité même de la démarche scientifique que plane l’ombre de ces biais.

  • 7 Il est amusant de faire remarquer que Popper céda lui-même dans son raisonnement à une erreur cogni (...)
  • 8 On peut trouver d’autres prédécesseurs aux travaux de Wason. Je pense notamment à Bacon et à l’apho (...)

27Le jugement de possibilité qui mobilise les règles de l’expérience est avant tout un raisonnement inductif. Dès lors, on doit s’attendre à ce qu’il prête le flanc à toutes les critiques émises depuis Hume à l’encontre de ce mode de raisonnement. C’est Popper (1982), on le sait, qui formalisa le mieux les faiblesses de la logique inductive lorsqu’elle prétend soutenir la démonstration scientifique. Le vérificationnisme, explique-t-il, peut être décrit comme le corollaire du sophisme de l’affirmation du conséquent : (( P  N ) N) P, c’est-à-dire si P alors N, or N donc P (qui est un raisonnement non valide7). Pour cette raison, la logique implicite de la science mérite d’être réformée, selon lui. Il préfigure, avec cette analyse, les travaux de Wason(1966) mettant en relief expérimentalement la tendance majoritaire à traiter une relation d’implication comme une relation d’équivalence. Alors que X implique Y, engendre logiquement, non Y implique non X, beaucoup pensent : X implique Y alors Y implique X8.

28Cependant, souligner que la logique inductive – et subséquemment le jugement de possibilité – ne peut prétendre au statut d’un raisonnement absolument objectif, ne décrit pas beaucoup le genre d’écarts avec la réalité qu’elle peut inspirer.

29Je propose donc d’étendre cette enquête d’épistémologie cognitive et d’examiner, à titre d’illustration, quelques-uns des dérapages inférentiels que peuvent provoquer les processus mnésiques.

Les règles de l’expérience et l’erreur de disponibilité

  • 9 John Stuart Mill définit ce type d’erreurs dans le livre cinq du second volume du Système de logiqu (...)

30Le premier de ces processus, et le plus connu des psychologues cognitifs de l’erreur, appartient précisément au registre des erreurs inductives que Tversky et Kahneman (1973) ont identifiées au début des années 70 et qu’ils nommèrent « heuristique de disponibilité » : tendance que nous avons à estimer une probabilité ou une fréquence à partir de la facilité avec laquelle nous retrouvons de mémoire des exemples qui, par leur type, viennent illustrer l’événement qui est objet de notre estimation9.

31Si les problèmes posés par l’heuristique de disponibilité relèvent d’un dérapage de la logique inductive, c’est qu’il s’agit d’y estimer la validité d’un énoncé général à partir d’exemples particuliers (ceux que nous sommes capables de nous remémorer).

32Ce dérapage peut s’opérer selon deux modes. D’une part, il peut relever de la complexité d’un problème et de la facilité concomitante de générer un certain nombre d’exemples qui s’offrent comme solution. D’autre part, ce dérapage peut être la conséquence de ce que les exemples qui sont générés ne sont pas neutres affectivement.

  • 10 Lindsay Norman (1980, p. 570) propose une adaptation de ce problème pour les francophones : « Selon (...)

33Une des expériences de Tversky et Kahneman (1973) illustre le premier cas de figure. Le problème qui est posé est le suivant : « Considérez la lettre r. Parmi les mots comportant trois lettres et plus de la langue anglaise, le r apparaît selon vous plus fréquemment en première ou troisième position ? » Une grande majorité des individus a répondu qu’il y avait, dans la langue anglaise, plus de mots commençant par la lettre r que de mots dont la troisième lettre est r, alors que c’est le contraire qui est vrai10.

34Une autre expérience de Tversky et Kahneman (1973) illustre le second cas de figure. Les deux psychologues ont constitué 4 listes de 39 noms, deux listes de noms d’artistes, et deux listes d’autres figures publiques. Deux de ces listes, une dans chaque catégorie, comprenaient 19 noms de femmes célèbres et 20 d’hommes qui l’étaient moins, et réciproquement pour les deux autres listes (afin d’être certain que les résultats obtenus ne devraient rien au sexe des individus figurant sur la liste). Chaque liste fut lue à la fréquence d’un nom toutes les deux secondes. La question était, pour chaque liste, de savoir si elle contenait plus de noms de femmes ou plus de noms d’hommes. Parmi les 99 sujets, 80 ont jugé, se trompant, que dans les deux premières listes, il y avait plus de femmes que d’hommes, et qu’il y avait, au contraire, plus d’hommes que de femmes dans les deux autres listes.

  • 11 Certains artistes de music-hall proposent des numéros de mémoire prodigieuse fondés précisément sur (...)

35Les erreurs auxquelles le problème des listes de noms a donné lieu peut s’expliquer comme suit : les sujets ont (plus ou moins consciemment) cherché, parmi ceux dont ils se souvenaient, les noms bien connus et les noms moins connus; ils ont fait la somme des premiers et celle des seconds, et ils ont jugé que les premiers étaient plus nombreux que les seconds. Leur jugement était faux parce qu’ils l’avaient formé en s’appuyant sur le fait que, dans leur mémoire, les noms célèbres étaient plus disponibles. Ce fait est bien compréhensible, attendu que, pour la plupart d’entre nous et par définition, il y a beaucoup plus d’informa­tions (images, souvenirs, expériences vécues etc.) associées aux noms célèbres qu’à ceux qui ne le sont pas11. Telle est la raison pour laquelle nous nous remémorons plus aisément les premiers que les seconds.

36En ce qui concerne le premier problème, il suffit de dire que dans le même temps donné, il est fort probable que l’opéra­tion qui consiste à trouver un mot commençant par la lettre r soit plus fréquemment couronnée de succès que celle, plus complexe, de trouver un mot dont la troisième lettre est r; de là vient l’impression fausse, qu’il y a dans la langue anglaise plus de mots dont la première lettre est r que de mots dont la troisième lettre est r. Le raisonnement est donc ici le suivant : si dans un temps donné je trouve plus d’exemples d’une catégorie que d’une autre, c’est que la première est plus importante que la seconde.

37Dans les deux cas, la logique inductive est prise en défaut, car la généralisation qui est opérée à partir d’exemples particuliers est fondée sur une technique d’échantillonnage qui donne le plus souvent les meilleurs résultats mais qui, ici, conduit à une erreur sévère. Cet effet n’est pas réservé à l’observation in vitro des psychologues, il intéresse beaucoup notre discipline.

38Supposons, par exemple, qu’un sociologue veuille travailler sur le corps enseignant – les sociologues de l’éducation ne manquent pas – et qu’il cherche à en savoir plus sur l’état d’esprit des professeurs du secondaire. Il entreprend alors d’interviewer des enseignants, des élèves, des parents d’élèves et ces témoignages, ainsi que ses impressions précédentes, convergent vers une idée : le corps enseignant déprime, et manifestement plus que les autres corps professionnels.

39C’est là une idée fausse, mais qui a des chances d’être confirmée par « les règles de l’expérience ».

40Certains phénomènes sociaux sont plus visibles que d’autres, parce que les exemples qui les illustrent ont une charge émotionnelle forte qui favorise leur remémoration, ou parce qu’ils sont en adéquation avec des croyances auxquelles nous adhérons déjà, ou encore pour des raisons plus structurelles. Dans chacun de ces trois cas, un effet de disponibilité peut se produire, ce qui donne à des idées erronées l’occasion de s’installer solidement dans les esprits.

  • 12 Voir Bouvet (1997, p. 42).
  • 13 La planète enseignante est très disparate, car il y a de ce point de vue parfois plus de différence (...)

41La croyance selon laquelle le corps enseignant serait sujet à la dépression plus que les autres corps professionnels est un bon exemple de ces idées fausses et pourtant bien reçues. En effet, une enquête publiée dans L’information psychiatrique12 a montré que les enseignants consultent les psychiatres plutôt moins qu’on ne le fait dans d’autres milieux professionnels, alors qu’ils sont habituellement assez enclins à consulter des médecins spécialistes, et bien que la consommation de soins psychiatriques augmente avec le niveau culturel13. Un article du Monde daté du 27 septembre 2001 indiquait également que, selon une récente enquête de la M.G.E.N. (Mutuelle Générale de l’Education Nationale), les enseignants ne sont pas les principales victimes de la déprime et de la dépression. Le fait que des enquêtes officielles jugent utile de démentir cette idée montre qu’elle est assez bien installée dans les esprits.

42D’où vient donc la croyance erronée qui veut qu’un enseignant ait, plus que n’importe qui, des chances d’avoir un jour à prendre rendez-vous chez un spécialiste des maladies « nerveuses » ? Etant donné que cette croyance découle du jugement que l’on porte sur la plus ou moins grande fréquence d’un certain phénomène (la déprime), et par comparaison (entre les différentes professions), la visibilité des phénomènes considérés est le fait principal sur lequel on peut s’appuyer pour trouver comment elle a pu se former. Il se trouve que la psychopathie en question est une réalité particulièrement visible dans le monde enseignant, et cela pour plusieurs raisons :

  1. Les enseignants peuvent se faire soigner dans des institutions spécialisées (en particulier les centres de réadaptation par le travail de la M.G.E.N. à Paris) que l’Education nationale a créées à leur intention, et qui sont connues de l’opinion publique, parce qu’elles ont donné lieu à des reportages télévisés. Parce que d’autres professions, peut-être moins protégées, n’ont rien prévu d’équivalent, les contingents de personnes dépressives qu’elles fournissent échappent au regard social et, en tout cas, sont beaucoup moins visibles que ceux qui viennent de l’enseignement.

  2. Lorsqu’un(e) enseignant(e) s’absente pour cause de dépression, sa défaillance, qui peut durer assez longtemps, est connue des élèves et des parents d’élèves. De plus, il n’est pas rare qu’une fois remis(e) de sa dépression, il ou elle ne puisse pas reprendre le cours normal de son activité professionnelle, parce que l’exercice du métier d’enseignant s’accommode mal (beaucoup plus mal que celui de bien d’autres métiers) de la fragilité psychologique qui va souvent de pair avec l’état pré ou post dépressif : la preuve en est que, parmi les enseignants relevant d’une dépression, un sur deux seulement revient à ses élèves avec succès.

  3. Les métiers de l’enseignement forment un corps professionnel que nous sommes collective­ment et durablement (si l’on songe que l’école est obligatoire en France jusqu’à 16 ans, et que beaucoup poursuivent leurs études au-delà de cet âge) contraints de fréquenter. Par conséquent, la probabilité d’avoir été confrontés, au cours de notre cursus, à des professeurs frappés par, ou guéris d’une dépression, n’est pas négligeable. Serait-il possible d’en dire autant des paysa­gistes ? Non, car, en moyenne, nous avons rencontré beaucoup plus d’enseignants que de paysagistes, circonstance qui nous incite à déduire abusivement, que les uns (leur exemple nous venant plus facilement à l’esprit) sont plus dépressifs que les autres. En raisonnant selon notre expérience, nous négligeons le fait que le nombre de « dépressifs » rencontrés pour chaque corps professionnel n’a de sens que rapporté à la taille de l’échantillon duquel il est issu, et auquel nous avons été confrontés.

    • 14 Voir aussi Mulet (1993).

    En outre, l’idée selon laquelle le taux des dépressions nerveuses est particulièrement élevé dans le corps enseignant ne me semble pas socialement neutre. Elle est sans doute liée à une certaine perception de la déliquescence de l’autorité du système éducatif, plus ou moins clairement associée à ce que l’on nomme dans les médias « la crise des banlieues ». En effet, les violences des élèves contre leurs professeurs, en particulier dans les quartiers dits défavorisés, sont des faits divers qui frappent les esprits lorsqu’ils sont médiatisés, ce qui semble être souvent le cas. Or Slovic, Fischloff et Lichtenstein (1984) ont montré que la probabilité de certaines catégories de risques est souvent surestimée ou sous-estimée14. Ainsi, par exemple, la proportion des morts violentes est surestimée par rapport à celle des morts plus banales, du fait que les premières sont beaucoup plus frappantes et beaucoup plus médiatisées que les secondes. De la même façon, les médias et l’opinion publique surestiment beaucoup les chances qu’un enseignant a d’être victime d’une dépression, non seulement parce que cette psychopathie est souvent associée aux chahuts dont les professeurs sont victimes, mais aussi parce qu’elle paraît être l’effet d’un désordre d’autant plus inadmissible qu’il touche une institution (l’Ecole) qui passe pour être un des hauts lieux de la République. La dépression des enseignants est une idée reçue, mais ceux qui la croient vraie se trouvent confortés par une représentation pessimiste de l’évolution des mœurs et du système éducatif. Ils supposent que les enseignants sont, plus que d’autres, confrontés à une certaine anomie sociale dont le caractère anxiogène les frappe de plein fouet, et qu’ils sont donc » évidemment » aussi les premiers et les plus nombreux à sombrer dans la dépression.

  • 15 Un phénomène symétrique peut se produire avec la même facilité. Certains faits sociaux passent inap (...)

43Il n’est pas vrai que les plus importantes cohortes de personnes déprimées viennent de l’enseignement. Mais il est vrai que le malaise de certains enseignants a été rendu plus visible, et que, pour cette raison, il est aussi plus accessible, plus disponible, que celui d’autres catégories socioprofessionnelles15.

Règles de l’expérience et erreurs de préambule et d’épilogue

44Le recours aux règles de l’expérience doit encore se prémunir contre l’attraction qu’exercent les erreurs de préambule et de prologue. De même que le biais de disponibilité, ceux-ci peuvent piéger la pensée scientifique dans son intimité, c’est-à-dire lors de la constitution des hypothèses.

45De quoi s’agit-il ?

46L’erreur de préambule a donné lieu à un certain nombre de travaux de psychologues, ceux de Luchins (1957) par exemple, cependant, c’est à Salomon Asch (1946) qu’on doit d’avoir mis en relief, le premier, ce phénomène de la cognition humaine. Pour cela, il présenta à deux groupes d’individus distincts la description, en une phrase, d’une même personnalité, avec les mêmes qualités et les mêmes défauts. Mais, dans un cas, les défauts étaient présentés en premier et, dans l’autre, en dernier.

47Description présentée au premier groupe : Steve est intelligent, travailleur, sanguin, critique, têtu et envieux.

48Description présentée au deuxième groupe : Steve est envieux, têtu, critique, sanguin, travailleur et intelligent.

49Asch constata que, dans le premier cas, les sujets de l’expérience avaient une opinion de Steve supérieure à celle que se faisaient les individus confrontés à la seconde phrase. En d’autres termes, l’ordre dans lequel étaient placés les adjectifs avaient une influence sur la représentation que les sujets de l’expérience se faisaient de Steve. Ils semblaient sensibles aux premiers adjectifs de la phrase. Asch parle de « primacy effect ».

50Cet effet, nous le connaissons tous, c’est lui, par exemple, qui est à l’œuvre lorsque nous nous remémorons plus aisément notre premier baiser que notre trentième.

51Il peut aussi nous inciter à surestimer (ou sous-estimer) la probabilité d’apparition d’un phénomène lorsque sa première occurrence nous a impressionnés pour diverses raisons.

52A l’inverse, il peut exister ce que Drozda-Senkowska (1997) nomme un biais de récence et que, pour utiliser un terme symétrique au biais de préambule, on pourrait appeler un biais d’épilogue (on utilise aussi le terme de « peak end »). Celui-ci correspond à la tendance à se remémorer plus facilement et/ou à accorder plus d’importance aux derniers éléments d’une série. A propos d’un repas, par exemple, on pourra considérer que le menu était très attrayant si le dessert nous a particulièrement réjoui.

  • 16 Il s’agit du numéro 714 de Science et avenir.

53J’en propose ici une illustration en tirant un dernier exemple d’une situation qui parût suffisamment énigmatique à un grand magazine de vulgarisation scientifique pour qu’il décide d’en faire la une de son numéro d’août 200616. Pourquoi les OVNI (Objets Volants Non Identifiés) ont-ils disparu ? se demandait l’équipe éditoriale de cette revue. Dominique Leglu, directrice de la rédaction, précisait même qu’il serait préférable de parler à propos de ce phénomène « d’OVDI » (c’est-à-dire : objets en voie de disparition).

  • 17 Ce terme est généralement utilisé pour désigner la croyance en l’existence d’extra-terrestres qui v (...)

54L’argument qui soutenait ce numéro spécial était le suivant : depuis une quinzaine d’années, on n’observe plus de grandes vagues d’apparitions d’OVNI. Comment rendre compte de cette « disparition » ? Pierre Lagrange, sociologue des sciences, grand spécialiste de la croyance « soucoupistes »17 s’est essayé, pour cette revue, à l’exercice périlleux de proposer une solution à cette énigme. Après quelques précautions oratoires, il déclare : « En 1994-95, il y a un basculement, avec la diffusion de la première série X-Files, une série américaine basée sur l’idée qu’on nous cache la vérité. Puis, au cours de l’été 1995, un vidéaste britannique, Ray Santilli, sort de son chapeau un prétendu film top secret montrant l’autopsie d’un E.T. prétendument récupéré à Roswell, ville du Nouveau-Mexique où l’on avait retrouvé d’étranges débris en 1947 (…) Grâce à eux, tout le monde maîtrise aujourd’hui le vocabulaire du débat : l’ovni fait partie de la culture de chaque citoyen. Plus besoin d’observations pour susciter l’intérêt : les ovnis n’ont jamais été aussi présents. Ils sont passés des chroniques de presse aux publicités, romans, séries télé etc. Les gens continuent de voir des choses dans le ciel mais, comme les ovnis sont devenus un produit culturel, les journaux nationaux ne prennent plus la peine de publier les témoignages. Les témoins hésitent donc à rapporter leurs observations, et la boucle est bouclée » (Lagrange, 2006).

55Cette explication me laisse un peu dubitatif.

  • 18 Ces magazines populaires qui tiraient leur nom du papier de mauvaise qualité sur lequel ils étaient (...)
  • 19 On peut citer The day the earth stood still (en français : Le jour où la Terre s’arrêta), The thing(...)

56D’une part, parce que le phénomène OVNI n’a pas attendu les années 90 pour se constituer en culture populaire (que ce soit à travers les illustrés, comics, pulps18, ou les films de science-fiction19, le thème des envahisseurs extra-terrestres est largement présent dès le début des années 50, une série télé, non moins célèbre que X-files, et tout aussi inquiétante, leur sera même consacrée à partir de 1967 : Les envahisseurs). S’il devait y avoir eu un phénomène de saturation, pourquoi ne se serait-il pas produit par le passé ?

57D’autre part, parce qu’on imagine mal une presse qui ne s’emparerait pas d’une nouvelle vague d’observations de « soucoupes volantes » au prétexte qu’il existe une série, au succès mondial, qui a fait du thème du complot extra-terrestre le fil conducteur de son scénario. On pourrait s’attendre, au contraire, à ce que le succès de cette série et de la subculture qui l’accompagne, aiguise les appétits des médias.

58En réalité, toute cette énigme tient sur une hypothèse : « Le phénomène d’observation collective d’OVNI a disparu ».

59Cette hypothèse de travail, une fois admise, autorise l’exercice interprétatif, qui caractérise la critique littéraire ou la psychanalyse, mais pas toujours l’expression sociologique la plus convaincante.

60En l’occurrence, cette hypothèse me semble illustrer assez bien le biais d’épilogue que j’évoquais plus haut. En effet, chaque période d’observation collective d’OVNI est suivie, par définition, par une période de non-observation. Dans le cas présent, on anticipe le devenir de la série « observation collective d’OVNI » en s’inspirant de la nature de sa dernière occurrence. En d’autres termes, c’est parce que la dernière manifestation du phénomène a été suivie par une période de non-observation conçue comme longue, qu’on en déduit que le phénomène s’est interrompu. Or, refuser de céder a priori à cette impression, c’est s’interroger sur le processus mental qui la fonde. Cette interrogation autorise le recours à une approche plus méthodique du phénomène dont le coût, avant cela, n’avait même pas été envisagé puisque le raisonnement était fondé sur un postulat dont la fragilité demeurait subreptice. On peut, par exemple, examiner la nature réelle de cette série un peu anarchique que constituent les observations collectives d’OVNI. Comment, et à quelle fréquence, ces observations ont-elles marqué l’histoire du phénomène ? Le graphique qui suit en rend compte :

Périodes entre chaque observation de vague d’OVNI

Périodes entre chaque observation de vague d’OVNI

1896-97 : vague d’observation de « vaisseaux volants » aux Etats-Unis.
1909 : vague d’observation de « vaisseaux volants » en Nouvelle-Zélande.
1944 : vague d’observation de « boules de lumières » au dessus des Etats-Unis.
1947 : Témoignage de Kenneth Arnold suivi de plusieurs observations d’OVNI aux Etats-Unis.
1952 : vague d’observation aux Etats-Unis.
1954 : vague d’observation en France.
1965-66 : vague d’observation aux Etats-Unis.
1978 : vague d’observation en Australie et en Europe.
1989-1990 : vague d’apparition en Belgique.

61Il faut bien admettre que ce graphique est un peu « maximaliste » puisqu’il intègre les observations antérieures à 1947. Le 24 juin 1947 est, en effet, une date mythique pour les ufologues du monde entier. Ce jour-là, Kenneth Arnold, un riche industriel, s’envole avec son avion personnel. Il survole les Monts Cascade de l’état de Washington lorsqu’il aperçoit neuf appareils volants. Ceux-ci l’intriguent immédiatement car ils ont une drôle de forme : discoïdale à l’avant et triangulaire à l’arrière. Il prétend les voir assez bien, mais ne peut guère les suivre dans la mesure où ces engins lui paraissent voler à quelques 2000 Km/h ! Kenneth Arnold a le sentiment qu’ils rebondissent dans l’atmosphère comme des « soucoupes » le feraient sur un lac. Le terme « soucoupe volante » était né, avec lui, l’un des plus grands mythes du vingtième siècle. Ce n’est qu’à partir de 1947 que ce que l’on appelle la croyance « soucoupiste » est véritablement née, on pourrait donc juger légitime de faire commencer notre graphique à cette date.

62Si l’on ne tient compte que des observations postérieures à 1947, on s’aperçoit que la période de non-observation qui court des années 90 à aujourd’hui est la plus longue. Mais on voit aussi qu’elle n’excède pas de beaucoup les trois périodes précédentes. Cette dernière constatation me semble fragiliser beaucoup toutes les spéculations sur la « disparition du phénomène OVNI », a fortiori si l’on se rappelle que le phénomène est censé s’être interrompu en réalité en 1994-95. En revanche, elle n’a aucun caractère prédictif. En d’autres termes, elle ne fait que souligner le caractère intensif de l’erreur qui leste le raisonnement hic et nunc, sans préjuger du fait qu’il puisse être confirmé extensivement.

Conclusion : les trois limites de la rationalité

63Je n’ai évoqué ici que quelques-uns des lestes qui rendent problématique le recours aux règles de l’expérience. Et le recours à ces règles ne constitue qu’un des aspects de l’intimité de la pensée scientifique. L’existence de ces lestes, cependant, souligne un fait général : il y a une économie cognitive qui contamine la pensée ordinaire, et la pensée scientifique si elle n’y prend garde, car elle conduit à considérer comme allant de soi des hypothèses qui constitueront les fondations de constructions intellectuelles fausses en intension. Le contrôle de ces hypothèses peut, dans certains cas, paraître coûteux, voire un peu obsessionnel, et, la plupart du temps, il risque de n’être même pas envisagé parce que ces hypothèses auront un caractère intuitif, « naturel », pour les esprits qui s’en inspirent.

  • 20 Je développe cette idée dans Bronner (2003) et (2006)

64De là que la pensée scientifique peut être vue, typiquement, comme un effort fait pour s’affranchir des limites universelles de la rationalité humaine qui nous empêchent d’être des sujets omniscients et font mécaniquement de nous des sujets croyants. Ces limites sont de trois ordres20. Tout d’abord, notre esprit est limité dimensionnellement parce que notre conscience est incarcérée dans un espace restreint et un présent éternel. Par ailleurs, il est encore limité culturellement car il interprète toute information en fonction de représentations préalables. Et enfin, il est lesté cognitivement car notre capacité à traiter l’information n’est pas infinie et la complexité de certains problèmes excède les potentialités de notre bon sens.

65Ces trois limites sont probablement indépassables. En effet, un individu, dans son état naturel, à supposer qu’il ne soit pas un Dieu, ne peut connaître au-delà du temps et de l’espace, ou en faisant abstraction du transfert culturel et cognitif de l’information. Cependant, il peut espérer atténuer le pouvoir de nuisance de ces limites de la rationalité et tenter de dépasser ses perceptions égocentrées du monde. C’est ce genre d’efforts qui caractérise les grandes étapes des progrès de la connaissance humaine.

66La recherche de l’objectivité a conduit les hommes, que ce soit par l’observation ou la spéculation purement théorique, à tenter de dépasser leur perception égocentrée du monde.

67A la limite, on peut tenter l’exercice de décrire certaines des étapes importantes du progrès de la connaissance comme le résultat d’un mouvement historique pour faire reculer ces trois déficiences de notre entendement.

68C’est un exercice que je n’ai pas la compétence d’entreprendre. Qu’il me soit cependant permis ici de proposer quelques exemples issus de la culture la plus populaire de l’histoire des sciences pour donner un peu corps à cette idée.

69Reprenons la première limite de la rationalité, celle liée à notre condition dimensionnelle.

70Notre conception de l’espace a considérablement évolué. Nous avons peu à peu renoncé à croire que la Terre (notre espace partagé) était plate (Parménide en affirmait déjà le caractère sphérique), qu’elle était au centre de l’univers (Aristarque de Samos proposait l’hypothèse d’une Terre tournant autour du soleil et non l’inverse), qu’elle était immobile (Héraclide du Pont proposait l’idée d’une rotation de la Terre sur elle-même).

  • 21 J’ai plus précisément défini cette notion dans Bronner (2003) mais, pour résumer, le marché cogniti (...)

71Toutes ces conceptions qui s’offrirent sur le marché cognitif21 mirent longtemps à s’imposer. Le système héliocentrique, par exemple, fut conçu, quoique sous une forme moins aboutie, dix-huit siècles avant Copernic. Le fait que ce système s’est imposé plus tardivement dans la pensée humaine que le système géocentrique peut trouver bien des explications savantes, mais aucune ne disqualifiera l’idée que son acceptation tardive doit beaucoup au fait qu’il est contre-intuitif, qu’il lui a fallu, pour montrer sa supériorité, passer outre le sentiment d’évidence immédiate et trompeuse que nous suggèrent les limites spatiales de notre entendement. Il est bien vrai, en effet, que notre observation ordinaire nous enjoint de considérer que c’est le soleil qui tourne autour de la Terre, et non l’inverse.

72D’une façon plus générale, nous savons aussi que l’espace n’est plus un simple contenant comme l’indiquent pourtant nos sens et notre expérience, mais que des données physiques comme la gravitation peuvent l’altérer.

73Nous savons que le temps n’est pas un fil linéaire et qu’il peut, lui aussi, être déformé, que la façon dont il se déploie dépend du système de référence considéré.

74Bref, nous avons appris à dépasser l’idée que notre temps et notre espace perçus constituent le mètre étalon des phénomènes de la nature, en d’autres termes, à nous méfier des informations telles qu’elles nous parviennent dans la limite de nos sens et donc à « décontextualiser » la rationalité de son environnement dimensionnel.

75Cependant, le tout de la connaissance est moins que la somme de ses parties. Il est piquant de constater que de nombreuses personnes croient aujourd’hui encore que c’est le soleil qui tourne autour de la Terre et non l’inverse. Cette mise à distance des limites de notre rationalité n’est donc jamais un acquis définitif et collectif, elle constitue un effort que le sens commun peut consentir, mais qui est plutôt typique de l’attitude scientifique.

76Certaines données physiques, par exemple, sont systématiquement comprises « chronologiquement », alors même qu’elles surviennent simultanément, ce qui est malaisé pour notre raison temporellement située. Ainsi, comme le souligne Viennot (1996) dans ses travaux sur les perceptions de la physique par le sens commun, la célèbre équation des gaz parfaits impose la conception d’une simultanéité, à pression constante, des variations du volume et de la température, ce qui est un supplice pour le raisonnement ordinaire.

77Ce qui vient d’être dit très brièvement concernant le caractère dimensionnel de notre pensée égocentrée pourrait être dit encore à propos de la deuxième catégorie des limites de notre rationalité.

78L’histoire de la connaissance, en effet, même si l’on pourrait trouver toutes sortes de textes précurseurs, a pris au sérieux tardivement l’idée que notre culture était de nature à faire subir à la réalité le supplice de Procuste. Le fait est que les peuples ont une tendance universelle à l’ethnocentrisme, c’est-à-dire à considérer que leur culture constitue une traduction fidèle de la réalité et qu’elle doit, de ce fait, s’imposer aux autres. Il a fallu attendre, en partie, l’anthropologie du XXe siècle et une autoanalyse de la culture occidentale pour entamer avec méthode cette distanciation avec les limites culturelles de notre pensée. La méthode de « l’observation participante » défendue et mise en pratique par Bronislaw Malinowski, le manifeste de Claude Lévi-Strauss, Race et histoire, proposent deux exemples typiques de tentatives de mise à distance des limites culturelles de la rationalité. Cet exercice peut, par ailleurs, donner lieu à des excès, dont le relativisme culturel est un exemple, lorsqu’il inspire l’idée hyperbolique que les systèmes de représentations, étant tous des construits culturels, ne sauraient être différenciés les uns des autres du point de vue du vrai.

79L’idée, selon laquelle notre culture oriente notre perception et notre entendement, n’est pas tout à fait neuve, la tradition la fait généralement remonter à Bacon et à la claire conscience qu’il eut de la nécessité de s’affranchir du prisme socio-culturel pour atteindre un mode de connaissance objectif. Elle est devenue le lieu commun de toute initiation aux sciences sociales, les recommandations concernant la neutralité axiologique ou la mise à distance des prénotions implique, cependant, des obstacles que ne devine pas toujours le novice, comme on l’a vu en introduction.

80La troisième catégorie de limites pesant sur notre rationalité, sur laquelle j’ai voulu insister dans la deuxième partie de cet article, est celle qui se rapporte aux erreurs cognitives. Elle a donné lieu, elle aussi, à un ensemble de réflexions qui parcourent l’histoire de la pensée humaine.

81On peut trouver bien des précurseurs aux recherches sur les limites cognitives de la rationalité. Sans doute Platon en donne-t-il, dans Le Ménon, un des premiers exemples historiques lorsque, voulant faire la démonstration à Ménon, par la voix de Socrate, que tout individu, même dépourvu d’éducation, possède en lui des connaissances qui révèlent l’immortalité de l’âme, il interroge un esclave (1950, p. 531) sur le calcul de la surface d’un carré. Il prend comme exemple un carré de deux pieds de côté, en faisant admettre à l’esclave qu’un rectangle de deux pieds sur un a bien une surface moitié moins grande. Il lui demande ensuite quelle sera la surface d’un carré dont on multiplierait par deux les côtés. L’esclave, appliquant aveuglément l’opération précédente, répond que la surface sera de huit pieds. Il est victime, en quelque sorte, de l’application d’une heuristique qui, dans un premier temps, l’a conduit à la bonne réponse, mais, dans un second temps, l’a induit en erreur.

  • 22 Voir sur ce point Valade (1996, pp. 183-196).
  • 23 Alban Bouvier (1995; 1999a; 1999b) insiste avec raison sur l’importance des réflexions de J.S.Mill.

82On pourrait aussi mentionner les innombrables penseurs, Aristote, Cicéron, Bacon, Malebranche, Descartes, Condorcet22 et bien d’autres qui se sont donné pour tâche de formaliser les façons de penser juste, en se méfiant du critère d’évidence et des pièges séduisants du sophisme. Dans ce tableau, il faudrait réserver une place particulière à John Stuart Mill (1988)23 et à son Système de logique, écrit en 1843. L’ambition de Mill dans cet écrit, était, d’une part, de proposer les bases solides d’un recours à la logique inductive dans la pensée scientifique et, d’autre part, d’importer des sciences de la nature une rigueur de raisonnement qui manquait généralement aux considérations sur les questions éthico-sociales (en particulier, mais pas seulement, dans la logique ordinaire). A ce titre, le livre cinq du second volume du Système, qui traite des sophismes, me semble avoir une importance capitale. Ce n’est pourtant pas son intérêt pour les paralogismes qui constitue l’originalité de la pensée de Mill sur cette question. En effet, c’est là le passage obligé de la plupart des traités de logique. Mais, avant lui, ces études des erreurs de raisonnement portaient généralement sur les inférences fautives de la logique déductive qui renvoient, dans la typologie de Mill, aux sophismes de raisonnement et même, assez souvent, à la catégorie plus restreinte encore des enthymèmes, c’est-à-dire des syllogismes où certaines prémisses demeurent implicites et entraînent des conclusions fausses, quoique convaincantes. L’étude des sophismes du philosophe et économiste anglais dépasse largement ce cadre et anticipe beaucoup des découvertes faites sur le raisonnement humain au XXe siècle.

  • 24 Voir sur ce point Bronner (1997).
  • 25 Pour une synthèse collective, et provisoire, de ces travaux voir Tversky, A., Kahneman, D. et Slovi (...)

83Il faudrait sans doute ajouter les apports de Vilfredo Pareto (1968), la résolution du paradoxe de Saint Pétersbourg par Daniel Bernouilli en 173824, les remarques de Allais (1953) concernant le modèle du choix rationnel. Mais, à vrai dire, toutes ces contributions ne font que préfigurer les recherches menées par deux psychologues, Amos Tversky et Daniel Kahneman à la fin du vingtième siècle. Ils initièrent une cartographie des erreurs de raisonnements inégalée jusqu’alors et fondée sur des données expérimentales25. Il n’est pas nécessaire d’endosser leur point de vue naturaliste (ou crypto-naturaliste) pour admettre que les données expérimentales qu’ils proposent sont de toute première importance. Ces travaux portant sur les limites cognitives de la rationalité me semblent fondamentaux pour les sciences sociales, pour trois raisons au moins.

  • 26 Boudon (1990), Chazel (1997) ou Morel (2002) en ont proposé plusieurs exemples. Je me suis moi-même (...)

84D’abord, les erreurs cognitives ne se produisent pas qu’en laboratoire, elles sont parties prenantes de nombre de phénomènes sociaux qui, sans l’éclairage d’une recherche portant sur elles, resteraient un peu obscurs26.

85Ensuite, les sciences de l’Homme et de la société, comme l’ont si bien vu Mill, Pareto ou, plus récemment Busino (1993), ne sont pas toujours exemptes de critiques quant à la rigueur de leurs raisonnements. Voir comment les limites cognitives de la rationalité s’imposent aussi au savant ouvre les voies d’une épistémologie cognitive qui n’est pas inédite, mais qui pourrait trouver, avec l’importation des résultats de la psychologie expérimentale de l’erreur, un programme de travail clair. C’est ce dernier point que j’ai voulu introduire dans cet article à partir d’un segment limité, mais fondamental, de la pensée scientifique : le jugement de possibilité et le recours aux règles de l’expérience. Les tentations inférentielles infestent l’intimité même de la pensée scientifique. Les grandes découvertes doivent beaucoup aux intuitions des savants (accordons cela à la légende), leurs grandes et leurs petites erreurs aussi.

86Enfin, et au-delà de la seule pensée scientifique, si l’on admet que la rationalité est limitée selon trois principes, dimensionnel, culturel et cognitif, la cartographie de l’erreur devient un outil précieux pour améliorer les performances de la sociologie compréhensive (au sens wébérien).

87La méthode compréhensive consiste, si l’on me permet ce raccourci, à reconstruire le contexte d’expression d’un acte, d’une idée, d’une croyance. Enoncée ainsi, la chose est bien banale et n’apparaît pas fondamentalement différente de ce que fait assez souvent l’homme du quotidien pour entrer en interaction avec un alter ego, mais l’homme de science prétend y mettre plus de méthode. En effet, reconstruire le contexte d’expression des logiques individuelles nécessite quelquefois un travail lourd, rebutant et même contre intuitif lorsqu’il nous semble que les conduites d’autrui s’expliquent par son irrationalité.

88Ce travail constitue selon une tradition scientifique importante, la raison d’être de la sociologie. Weber a fréquemment souligné que la rationalité lui apparaissait être un moyen d’interprétation mettant en lumière de façon généralement satisfaisante le sens subjectivement visé par les agents sociaux. Comme cette expression l’indique, il ne s’agit pas d’indexer la rationalité sur l’objectivement fondé. En d’autres termes, un individu peut parfaitement se tromper dans ses jugements sans être regardé nécessairement comme irrationnel. Cette idée très novatrice souligne qu’erreur et rationalité ne sont pas nécessairement antinomiques. Sans doute peut-on voir chez Von Mises (1985, p. 23) l’un des premiers auteurs à avoir exprimé très clairement cette position : « C’est un fait que la raison humaine n’est pas infaillible, et que l’homme se trompe souvent dans le choix et l’application des moyens. Une action non appropriée à la fin échoue et déçoit. Une telle action est contraire à l’intention qui la guide, mais elle reste rationnelle, en ce sens qu’elle résulte d’une délibération – raisonnable encore qu’erronée ».

89La reconstruction de ce sens subjectif par le truchement d’un modèle fondé sur la rationalité nécessite de voir qu’elle est faillible. Comme le souligne Hirschhorn (2000, p. 49) : « En fait, on ne peut satisfaire l’exigence de compréhension qu’à deux conditions : la première est la connaissance du système de contraintes dans lequel se trouve placé l’acteur. Ce contexte n’est pas seulement fait des conditions extérieures objectives, il comprend aussi ce qu’on pourrait appeler un contexte interne à l’individu, par exemple les résultats de sa socialisation en termes d’adhésion à des valeurs, d’intériorisation de normes, de représentation de rôles, de schèmes cognitifs, de modèles de résolution de problèmes ».

90Le chercheur en sciences sociales qui prétend mobiliser la méthode compréhensive devrait donc toujours, à titre d’introduction, se poser trois types de questions :

  1. Les actions, croyances, décisions etc. des individus en présence dans tel phénomène social sont-elles fondées sur la position particulière qu’ils occupaient dans le temps et dans l’espace (et donc aux informations auxquelles il pouvait avoir accès immédiatement) ?

  2. Ces mêmes actions, croyances, décisions etc., peuvent-elles être éclairées par le système de représentations qu’ils endossent ?

  3. Ces actions, croyances, décisions etc., sont-elles inspirées par une situation qui avait des chances de favoriser l’apparition de raisonnements captieux ?

91Une réflexion sur les erreurs cognitives est de nature à affiner la méthode compréhensive des sciences sociales qui vise à reconstruire l’univers mental d’un acteur qui décide, agit, croit, connaît. En d’autres termes, une certaine tradition des sciences sociales invoque une psychologie dite ordinaire, laquelle est la plupart du temps suffisante pour rendre des services à toute volonté de compréhension des phénomènes sociaux, mais elle peut être approfondie en décryptant de façon plus exigeante certains processus mentaux. C’est là la contribution d’une réflexion portant sur la notion d’erreur cognitive à la démarche sociologique.

92#Notes Romains#

93Ces tâtonnements génèrent des modèles qui seront confirmés ou non par l’expérience, d’où l’importance cruciale du jeu des enfants par expérimentations ou par imitations, du babillement etc., autant de confrontations à la réalité par essais / erreurs / succès qui opéreront une sélection des possibilités mentales. Sans elle, l’esprit humain serait confronté à une explosion combinatoire.

94Les erreurs cognitives sont définies plus positivement par Garder (1997, p. 2) comme « …Les écarts entre la façon dont nous inférons les informations, et celle dont nous devrions le faire pour assurer au mieux la vali­dité de nos inférences ». D’une façon générale, comme le signalent Ajzen et Kruglanski (1983), les travaux sur l’erreur cognitive présupposent des critères sûrs de la validité inférentielle auxquels on compare les ju­gements des sujets. Lorsque ceux-ci ne seront pas conformes à ceux-là, on parlera alors d’erreur cognitive.

Haut de page

Bibliographie

Ajzen, J. et Kruglanski, A. (1983), « Bias and error in human judgement », European Journal of Social Psychology, 13, 1-49.

Asch, S.E. (1946), « Forming impressions of personality, Journal of Abnormal and Social Psychology, 41, 258-290.

Allais, M. (1953), « Le comportement de l’homme rationnel devant le risque : critique des postulats et axiomes de l’école américaine », Econometrica, vol.21, 4, pp. 503-546.

Bacon (1986), Novum Organum, Paris, P.U.F.

Berthelot, J.-M. (1996), Les vertus de l’incertitude, Paris, P.U.F.

Boudon, R. (1990), L’Art de se persuader, Paris, Fayard.

Bronner, G. (1997), L’incertitude, Paris, P.U.F.

Bronner, G. (2003), L’empire des croyances, Paris, P.U.F.

Bronner, G. (2006), Vie et mort des croyances collectives, Paris, Hermann.

Bouvet, J.F. (Eds.) (1997), Du fer dans les épinards, Paris, Seuil.

Bouvier, A. (1995), « Les paralogismes d’un point de vue sociologique », Hermès, 16, pp. 45-55.

Bouvier, A. (1999a), Philosophie des sciences sociales, Paris, P.U.F.

Bouvier, A. (1999b), « Naturalisme et actionnisme chez Pareto : pertinence des problèmes paretiens en sociologie cognitive », in Pareto aujourd’hui (A. Bouvier ed.), Paris, P.U.F.

Busino, G. (1993), Critiques du savoir sociologique, Paris, PUF.

Changeux, J.P. (2002), L’homme de vérité, Paris, Odile Jacob.

Chazel, F. (1997), « Les ajustements cognitifs dans les mobilisations collectives : questions ouvertes et hypothèses », in Cognition et sciences sociales (Boudon, Bouvier et Chazel Eds.), Paris, P.U.F.

Drozda-Senkowska, E. (Eds.) (1997), Les pièges du raisonnement, Paris, Retz.

Freund, J. (1969), Max Weber, Paris, P.U.F.

Garder, E. (1997), Influence sociale et résolution de problèmes liés aux biais cognitifs, Thèse non publiée.

Hirschhorn, M. (2000), « L’actionnisme », in La Sociologie française contemporaine, (J.-M. Berthelot, ed.), Paris, P.U.F.

Lagrange, P. (2005), La guerre des mondes a-t-elle eu lieu ? Paris, Robert Laffont.

Lagrange, P. (2006), « La soucoupe volante est née le 25 juin 1947 », Science et avenir, 714.

Lesourne, J. (1993), « Les scénarios du futur », Le Magazine littéraire, n° 312.

Luchins, A.S. (1957), « Experimental attempts to minimize the impact of first impressions », The Order of Presentation in Persuasion (Eds. Hovland), New Haven, Yale University Press.

McGuire, W.J. (1960), « A syllogistic analysis of cognitive relationships », in Attitude Organisation of Change (Eds. Hovland et Rosenberg), New Haven, Yale University Press.

Morel, C. (2002), Les décisions absurdes, Paris, Gallimard.

Mill, J. S. (1988), Système de logique, Bruxelles, Mardaga.

Mulet, E. (1993), « La perception des risques » in La prise de risque dans le travail(sous la direction de Goguelin P. et Cuny X.), Paris, Octaves éditions.

Nisbett, R.E. et Ross, L. (1980), Human inference : strategies and shortcomings of social judgement, Englewood Cliffs, N.J. : Prentice-Hall.

Norman, L. (1980), Traitement de l’information et comportement humain, Montréal, Paris, Editions Etudes Vivantes.

Pareto, V. (1968), Traité de sociologie générale, Genève-Paris, Droz.

Platon (1950), Le Ménon in Œuvres complètes (t.1), Paris, Gallimard (la Pléiade).

Popper, K. (1982), La Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot.

Sadoul, J. (2006), C’est dans la poche !, Paris, Bragelonne.

Shields, T. (2001), Psi ou les principes brillants du mentalisme, Strasbourg, Hornecker éditions.

Slovic, P., Fischhoff, B. et Lichtenstein, S. (1984), « Facts versus fears : Understanding perceived risk », in Judgment under uncertainty : Heuristics and biases (Eds. Tversky, Kahneman et Slovic), Cambridge, Cambridge University Press.

Tversky, A. et Kahneman, D. (1973), « Availability : A heuristic for judging frequency and probability », Cognitive Psychology 4, pp. 207-232.

Tversky, A., Kahneman, D. et Slovic P. (Eds.) (1984), Judgment under uncertainty : Heuristics and biases, Cambridge, Cambridge University Press.

Valade, B. (1996) Introduction aux sciences sociales, Paris, PUF.

Viennot, L. (1996), Raisonner en physique. La part du sens commun, Bruxelles, De Boeck.

Von Mises, L., (1985), L’action humaine, traité d’économie, Paris, P.U.F.

Wason, P.C. (1966), « Reasoning », in New Horizons in Psychology vol.1 (Eds. Foss), Londres, Penguin.

Weber, M. (1992), Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Cf. Freund (1969, p. 9)

2 Je pense en particulier aux travaux du constructivisme neuronal et au livre de Jean-Pierre Changeux : L’homme de vérité. L’auteur y souligne que, dès le stade prénatal, le fœtus opère des tâtonnements cognitifs, des formes d’expérimentations intimes qui commencent à organiser ses schémas neuronaux et qui se poursuivront par les expériences postnatales.

« En agissant ainsi, explique Changeux (2002, p. 96), l’enfant, et plus tard l’adulte, « projette » des pré-représentations sur le monde qui l’entoure d’une façon d’abord explicite, à travers des actions motrices, et ensuite de façon tacite, mentalement. Il se livre donc à des jeux cognitifs. ». Il ajoute plus loin (p. 97) : « Le schéma hypothétique proposé est qu’une pré-représentation donnée peut être stabilisée ou non en fonction du signal reçu du monde extérieur. Les récompenses reçues du monde extérieur déclenche la libération de substances neuromodulatrices telle que la dopamine ou l’acétylcholine ou même les deux à la fois. ».

3 Or, Weber repère chez Meyer (Weber, 1992, pp. 221-224) une ambiguïté forte sur ce point puisqu’il défend tour à tour l’idée que le passé relèverait de la nécessité tandis que l’avenir serait indéterminé ! Le sociologue allemand prétend, néanmoins, que surnage chez son collègue historien l’idée que l’histoire est un flux poursuivant un but.

4 Cette erreur a souvent été commentée dans les sciences sociales et a été identifiée et nommée de diverses manières. On parle quelquefois de « biais de retrospection » ou de « dépendance téléologique », d’ » illusion a posteriori », donc, mais le plus souvent d’« illusion rétrospective ».

5 Ce point a été aussi commenté par Lesourne (1993, p. 29) qui fait remarquer par exemple que : « le regard vers le passé donne une idée assez fausse de la situation des êtres humains vis-à-vis de l’avenir. L’historien qui suppose une continuité et une logique dans les faits qu’il décrit, reconstruit une sorte d’orthogenèse : ça ne pouvait pas se passer autrement que ça s’est passé. Si, en revanche, on se déplace à un moment déterminé du passé en s’interrogeant sur les avenirs qui étaient alors possibles, on s’aperçoit qu’on aurait pu en connaître d’autres que ceux qui se sont produits. »

6 Selon les psychologues, les biais cognitifs sont « la conséquence des capacités limitées des gens à prendre en compte et à traiter toutes les informations potentiellement disponibles » (Ajzen et Kru­glanski, 1983), jugement qui est une explication plus qu’une définition à proprement parler. On définit encore les biais cognitifs par défaut, dans leur forme typique, en les distinguant des biais émotionnels ou des biais moti­vationnels(Nisbett et Ross, 1980). Les biais émotionnels sont les enjeux affectifs qui pèsent sur notre raisonnement et peuvent nous égarer quant aux conclusions que nous tirons. Les biais motivationnels, quant à eux, orientent les croyances et les raisonnements selon les intérêts de l’individu. McGuire (1960), par exemple, a montré que les individus avaient tendance à considérer comme plus probable un événement désirable.

7 Il est amusant de faire remarquer que Popper céda lui-même dans son raisonnement à une erreur cognitive comme le fait remarquer Boudon (1990).

8 On peut trouver d’autres prédécesseurs aux travaux de Wason. Je pense notamment à Bacon et à l’aphorisme 46 du Novum Organum.

9 John Stuart Mill définit ce type d’erreurs dans le livre cinq du second volume du Système de logique, qui traite des sophismes, en 1843, avec une précision presque prophétique (p. 342-343) : « Lorsque les cas relatifs à une des faces d’une question sont de nature à être probablement plus aisés à retenir et à noter que ceux afférents à la face opposée, surtout s’il y a quelques motifs très forts de conserver le souvenir des premiers et non des autres, ces derniers seront vraisemblablement négligés et échapperont, en général, à l’observation ».

10 Lindsay Norman (1980, p. 570) propose une adaptation de ce problème pour les francophones : « Selon vous, y a-t-il plus de mots français commençant par la lettre a ou plus de mots français dont la deuxième lettre est a ? ». D’après cet auteur, la plupart diront que la première proposition est plus probable que la seconde, et commettront en cela une erreur. À la vérité, j’ai trouvé des résultats franchement contradictoires lorsque j’ai mené cette expérimentation sur un échantillon beaucoup plus étendu de Français (cf. « L’inné et l’acquis, quelques éléments empiriques »).

11 Certains artistes de music-hall proposent des numéros de mémoire prodigieuse fondés précisément sur le principe de l’association mnésique (cf. Shields 2001).

12 Voir Bouvet (1997, p. 42).

13 La planète enseignante est très disparate, car il y a de ce point de vue parfois plus de différences dans la population enseignante qu’entre les enseignants et une autre profession.

14 Voir aussi Mulet (1993).

15 Un phénomène symétrique peut se produire avec la même facilité. Certains faits sociaux passent inaperçus parce qu’ils sont mentalement moins « disponibles », dès lors, leur fréquence est sous-estimée et ils sont considérés implicitement comme négligeables. On pourrait montrer par exemple que c’est ce qui advint longtemps à propos des maladies nosocomiales.

16 Il s’agit du numéro 714 de Science et avenir.

17 Ce terme est généralement utilisé pour désigner la croyance en l’existence d’extra-terrestres qui visiteraient plus ou moins régulièrement la Terre. Il est utilisé pour distinguer les « soucoupistes » des ufologues qui prétendent travailler méthodiquement sur le sujet sans a priori. A ce propos, voir Lagrange (2005)

18 Ces magazines populaires qui tiraient leur nom du papier de mauvaise qualité sur lequel ils étaient imprimés, offrirent avec Amazing Stories dès 1926 et Weird Tales dès 1929, les premiers périodiques consacrés à la science-fiction dans lesquels des millions d’Américains purent lire des histoires concernant les extra-terrestres (Sadoul, 2006).

19 On peut citer The day the earth stood still (en français : Le jour où la Terre s’arrêta), The thing (en Français : La chose d’un autre monde) en 1951, et de nombreux autres ensuite.

20 Je développe cette idée dans Bronner (2003) et (2006)

21 J’ai plus précisément défini cette notion dans Bronner (2003) mais, pour résumer, le marché cognitif appartient à une famille de phénomènes sociaux (à laquelle appartient aussi le marché économique) où les interactions individuelles convergent vers des formes émergentes et stables (sans être réifiées) de la vie sociale. Il s’agit d’un marché car s’y échangent ce que l’on pourrait appeler des produits cognitifs : hypothèses, croyances, connaissances etc. qui peuvent être en état de concurrence, de monopole ou d’oligopole.

22 Voir sur ce point Valade (1996, pp. 183-196).

23 Alban Bouvier (1995; 1999a; 1999b) insiste avec raison sur l’importance des réflexions de J.S.Mill.

24 Voir sur ce point Bronner (1997).

25 Pour une synthèse collective, et provisoire, de ces travaux voir Tversky, A., Kahneman, D. et Slovic P. (Eds.) (1984).

26 Boudon (1990), Chazel (1997) ou Morel (2002) en ont proposé plusieurs exemples. Je me suis moi-même essayé à cet exercice, Bronner (2003) et (2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Périodes entre chaque observation de vague d’OVNI
Légende 1896-97 : vague d’observation de « vaisseaux volants » aux Etats-Unis.1909 : vague d’observation de « vaisseaux volants » en Nouvelle-Zélande.1944 : vague d’observation de « boules de lumières » au dessus des Etats-Unis.1947 : Témoignage de Kenneth Arnold suivi de plusieurs observations d’OVNI aux Etats-Unis.1952 : vague d’observation aux Etats-Unis.1954 : vague d’observation en France.1965-66 : vague d’observation aux Etats-Unis.1978 : vague d’observation en Australie et en Europe.1989-1990 : vague d’apparition en Belgique.
URL http://ress.revues.org/docannexe/image/176/img-1.png
Fichier image/png, 10,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Bronner, « L’apport d’une épistémologie cognitive à la démarche sociologique », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], XLVI-140 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://ress.revues.org/176 ; DOI : 10.4000/ress.176

Haut de page

Auteur

Gérald Bronner

Laboratoire Culture et Sociétés en Europe (UMR 7043). Université Marc Bloch - Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page