Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Maguelone Nouvel, 2009, Frédéric Le Play. Une réforme sociale sous le Second Empire, préface de Geneviève Gavignaud-Fontaine, Paris, Économica, « Economies et sociétés contemporaines », 265 p.

Annie Devinant
p. 272-274

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 juin 2015.

1La place qui revient à Frédéric Le Play dans la constitution de la sociologie française, longtemps déniée – du moins en France – n’est plus guère contestée aujourd’hui, mais peu d’études approfondies et systématiques ont été entreprises sur cet auteur. La biographie intellectuelle que Maguelone Nouvel nous donne à lire s’inscrit dans une histoire des idées ; elle vise non seulement à retracer l’itinéraire intellectuel de Le Play, mais aussi à reconstituer la genèse de son projet social et à restituer l’objectif de Le Play de résoudre la question sociale en les replaçant dans leurs contextes idéologique, politique, social et économique.

2Compte tenu de l’ampleur de la tâche, l’auteur circonscrit son analyse à la période allant de la fin de la Monarchie de Juillet à la chute du Second Empire, période de publication des deux ouvrages majeurs de Le Play, Les Ouvriers européens (1855) et La Réforme sociale (1864), dont elle cherche à mesurer l’impact. Elle vise également à restituer les débats d’idées qui les ont accompagnés et les relations entretenues par Le Play avec ses contemporains. Elle le fait en historienne – l’ouvrage prolonge une thèse d’histoire soutenue par l’auteur en 2006, année du bi-centenaire de la naissance de Le Play – en s’appuyant sur des écrits souvent inédits, des discours devant les Sociétés savantes, le Parlement ou le Conseil d’État, sur des comptes rendus, sur la presse d’époque, ainsi que sur la correspondance de Le Play.

3L’ouvrage est structuré en cinq chapitres, auxquels s’adjoignent outre la bibliographie et les sources, un index de noms propres où se succèdent les noms de personnalités éminentes – Arago, Cochin, Montalembert, Sainte-Beuve ou Tocqueville – constituant l’entourage amical ou professionnel de Le Play et ayant réagi à ses propositions. On pourra cependant regretter le manque d’un index matières ; il serait bienvenu dans une édition ultérieure.

4Ces 5 chapitres sont organisés selon un ordre chronologique de 1806 à 1870 ; ils reconstituent le parcours intellectuel et restituent les objectifs de F. Le Play depuis sa jeunesse et l’émergence de sa pensée et de son réseau (chapitre 1) jusqu’à « La Réforme sociale dans l’arène politique » (chapitre 5).

5Au cœur de l’ouvrage, sont présentés avec minutie les débats scientifiques qui suivent la parution, en 1855, des Ouvriers européens, résultat des observations faites par Le Play sur les familles ouvrières lors de ses voyages en Europe (chapitre 2), la discussion publique ouverte par la publication de La Réforme sociale en 1864 (chapitre 3) et le débat de société engagé à la suite entre les milieux préoccupés par la Question sociale (chapitre 4).

6Dès le premier chapitre, M. Novel s’attache à montrer l’originalité et la complexité du projet leplaysien et les articulations entre ce programme et sa diffusion « par ondes de proximité » à travers les différentes strates du réseau leplaysien, amicale, professionnelle, politique. On suit d’abord Le Play dans son enfance et ses années de jeunesse « terreau d’une réflexion sociétale » (p. 11). Nouvel s’appuyant sur les écrits de Le Play l’accompagne ensuite dans les débuts de sa carrière d’ingénieur au service de l’État, ses voyages à travers l’Europe occidentale puis orientale et dans l’émergence d’une standardisation de sa méthode d’observation de l’organisation sociale des pays où il est en mission. On découvre comment se forgent ses premiers engagements publics sous la Révolution de 1848, moment où Le Play dévoile publiquement ses résultats d’enquête et commence à acquérir la stature d’enquêteur social qui sera la sienne.

7La publication des Ouvriers européens en 1855 entame le processus de divulgation des idées de Le Play sur la question sociale auprès des élites et de l’opinion (chapitre 2). M. Novel le met en lumière en nous invitant à suivre les débats scientifiques et méthodologiques comme celui, animé, au sein de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, et les débats d’idées qui s’ensuivent, principalement au sein des élites intellectuelles.

8Les discussions élargies aux sphères publique et politique auxquelles donne lieu, plus tard, la publication de La Réforme sociale en 1864, ouvrage qui précise et enrichit le projet social présenté dans Les Ouvriers, livre l’ensemble des conclusions leplaysiennes et propose un programme réformateur complexe – invitation tant à des réformes législatives qu’à celles des comportements et des mentalités –, sont examinées avec soin par M. Novel dans les chapitres 3 à 5.

9Cette plongée au cœur des débats et controverses concernant la question sociale est révélatrice de « la complexité des clivages qui séparent partisans et détracteurs du projet leplaysien » (p. 129). Et c’est l’un des intérêts de cet ouvrage, qui, en proposant une analyse des multiples niveaux de réception et de diffusion, conduit à moduler les analyses et visions du projet leplaysien à son époque.

10Maguelone Nouvel réussit finalement à proposer un éclairage nouveau sur la doctrine de Le Play, son originalité, sa complexité, ses aspects parfois déroutants et ses contradictions. Au lecteur est ainsi offerte une possibilité de mieux comprendre aussi bien les raisons des images de catholique social conservateur tout comme de contre-révolutionnaire qui ont été accolées à Le Play que les interprétations auxquelles a donné lieu sa pensée, non seulement en son temps mais après sa mort et ses rapports aux divers courants sociaux du xixe siècle.

11On peut penser que cet ouvrage « d’histoire » sera fort utile hors la discipline déclarée à laquelle il appartient et que sociologues, mais aussi économistes et démographes, y trouveront matière à consultation entre histoire intellectuelle et étude des réseaux qui ont relayé la pensée leplaysienne, ainsi qu’une incitation à relire l’œuvre de Le Play.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Devinant, « Maguelone Nouvel, 2009, Frédéric Le Play. Une réforme sociale sous le Second Empire, préface de Geneviève Gavignaud-Fontaine, Paris, Économica, « Economies et sociétés contemporaines », 265 p. », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://ress.revues.org/1242

Haut de page

Auteur

Annie Devinant

Université Paris-Sorbonne – ISHA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page