Navigation – Plan du site

Regards sur la société musulmane du ixe siècle

Du triomphe du conformisme juridique au déclin de la pensée philosophique arabe
Issam Toualbi-Thaâlibî
p. 227-252

Résumés

La question relative aux raisons du déclin culturel de la civilisation musulmane fait depuis plus de trois siècles l’objet d’une vaste littérature. Tandis que certains auteurs tentent d’expliquer ce déclin par des facteurs politiques dont particulièrement celui de la mauvaise gouvernance de la cité arabo-musulmane, d’autres mettent davantage l’accent sur des facteurs d’ordre social et culturel. Bien que ces thèses soient intéressantes à considérer, ne peut-on pas y ajouter le facteur juridique ? Le fait est que l’interdiction juridico-religieuse imposée par les légalistes musulmans à l’activité rationnelle à partir des ix-xe siècles et la croisade antiphilosophique qui s’en est suivie, auront fonctionné tel un puissant facteur d’inhibition de l’institution culturelle arabo-musulmane. La sacralisation, sinon la divination, d’une norme jurisprudentielle hostile à toute innovation rationnelle ne pouvait, au fil des siècles, que précipiter la ruine de la pensée philosophique arabe qui faisait par le passé la gloire de cette civilisation.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Éléments d’histoire de la renaissance du persan
2. De la renaissance du persan à l’appauvrissement de la pensée arabe

Aperçu du texte

Il n’existe aucune contradiction entre vérité religieuse et vérité rationnelle car toutes deux viennent de Dieu : quiconque interdit aux fidèles doués de raison de s’initier aux écrits philosophiques de l’Antiquité, les aura éloigné d’une porte à laquelle l’Islam appelle et d’un moyen permettant de mieux connaitre Dieu
Averroès (1126-1198)

Parmi les questions qui suscitèrent le plus de controverses parmi les islamologues, il y a celle de savoir si l’Islam était une religion exclusivement destinée aux peuples arabes ou, si au contraire, il avait vocation à être universel. Pour beaucoup de penseurs orientalistes à l’image d’Arthur Arberry (1970) et de Har Gibb (1969), l’Islam serait fondamentalement arabe et cela pour deux raisons : la première étant le fait que la majorité des prescriptions édictées par le prophète Mohammed reflètent les us et coutumes de la société arabe antéislamique. Dès lors, il serait impensable que les injonctions de l’Islam puissent être imposées à l’ensemble de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Issam Toualbi-Thaâlibî, « Regards sur la société musulmane du ixe siècle », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 avril 2014. URL : http://ress.revues.org/1208 ; DOI : 10.4000/ress.1208

Haut de page

Auteur

Issam Toualbi-Thaâlibî

Université d’Alger-I
t.issam"at"live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page