Navigation – Plan du site

Les usages de la biologie en sciences sociales

Comparaison entre le naturalisme socio-anthropologique du dix-neuvième siècle et celui d’aujourd’hui
Dominique Guillo
p. 191-226

Résumés

Les théories socio-anthropologiques qui s’inspirent aujourd’hui des sciences de la vie sont volontiers regardées en sciences sociales comme des discours qui présentent de profondes affinités avec leurs homologues du dix-neuvième siècle. Dans de nombreuses études consacrées à ces doctrines, la référence à la biologie est considérée comme une trame discursive qui conduit nécessairement ceux qui la mobilisent à déployer des schèmes théoriques et idéologiques globalement semblables. Pourtant, lorsque l’on s’attache aux concepts biologiques mobilisés par ces théories, on se rend compte qu’ils sont fort différents, à un siècle de distance, la biologie ayant profondément modifié le regard qu’elle porte sur le vivant et sa diversité. Les sciences de la vie du dix-neuvième siècle condamnaient ceux qui s’en inspiraient pour expliquer l’homme, ses sociétés et ses cultures, à développer des discours historicistes et discriminatoires. Aujourd’hui, le naturalisme peut échapper à de tels discours, compte tenu du modèle biologique sur lequel il s’appuie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Les usages de la biologie en sciences sociales au dix-neuvième siècle : la logique de l’organisation
1.1. L’anatomie comparée : Une science des principes et des variétés de l’organisation
1.2. Le naturalisme direct au dix-neuvième siècle : l’« anthropologie » issue de l’anatomie comparée
1.3. Les usages analogiques des concepts de l’anatomie comparée : la sociologie comme science de l’« organisation sociale »
1.4. La cosmologie propre aux usages socio-anthropologiques des sciences de la vie au dix-neuvième siècle : la logique généralisée de l’organisation
1.5. Un champ d’actualisation commun pour des théories parfois antagonistes
2. Les usages contemporains de la biologie en sciences sociales : la logique des réplicateurs
2.1. La synthèse néo-darwinienne
2.2. L’explication néo-darwinienne des conduites sociales et des cultures animales
2.3. Le naturalisme direct néo-darwinien
2.4. Les usages analogiques de la « synthèse néo-darwinienne » : les analogies gène / culture
2.5. La cosmologie propre aux usages actuels de la biologie – la logique généralisée du réplicateur : comparaison avec le dix-neuvième siècle
2.6. Le naturalisme actuel peut échapper au réductionnisme et au principe de hiérarchie

Aperçu du texte

Les discours qui mobilisent la biologie pour expliquer les faits sociaux et culturels sont aujourd’hui vivement critiqués par les sciences sociales, dans le sillage de la polémique suscitée par la sociobiologie à partir du milieu des années 1970 (Wilson, 1975). Dans le concert de ces critiques, un mode d’argumentation est largement privilégié depuis une trentaine d’années. Il consiste à porter le regard sur le dix-neuvième siècle, période durant laquelle se réalisent les premiers mariages entre les sciences de la vie, la sociologie et l’anthropologie. L’objectif généralement affiché dans ces travaux critiques est de mettre au jour, à travers ce retour sur le passé, la persistance de schèmes idéologiques stables et identiques d’un siècle à l’autre – souvent, l’on évoque l’ultralibéralisme, le racisme, le sexisme, la justification des discriminations sociales – derrière un maquillage lexical d’allure scientifique. Les versions les plus ouvertement critiques reprennent ou retrouvent un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Guillo, « Les usages de la biologie en sciences sociales », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://ress.revues.org/1194 ; DOI : 10.4000/ress.1194

Haut de page

Auteur

Dominique Guillo

Centre Jacques Berque / CNRS
dominiqueguillo"at"yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page