Navigation – Plan du site

Devenir dominant

Les grandes étapes de l’expérience de la mobilité sociale ascendante
Jules Naudet
p. 161-189

Résumés

Cet article s’appuie sur une enquête menée auprès d’une centaine de personnes originaires de milieu populaire et ayant connu une très forte ascension sociale en France et aux États-Unis. Il propose une typologie des principales étapes de l’expérience de la mobilité sociale, prenant appui sur l’analyse phénoménologique de l’étranger développée par Alfred Schütz. Cette typologie permet de saisir à quel point l’expérience de la tension entre milieu d’origine et milieu d’arrivée varie fortement en fonction des étapes de la trajectoire d’ascension. Cette absence d’un effet unique de la mobilité doit ainsi amener à un renouvellement partiel des paradigmes structurant la recherche sur l’expérience de la mobilité sociale : en fonction de l’âge des personnes étudiées, les effets que font ressortir les travaux peuvent varier considérablement. La période autour des études supérieures condense notamment toutes les contradictions auxquelles doivent faire face les personnes en ascension sociale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. L’enquête
2. Le cadre théorique : Alfred Schütz et l’étranger
3. Les grandes étapes de l’expérience de la tension entre milieu d’origine et milieu d’arrivée
3.1. Première étape : l’identification aux normes de la réussite
3.2. Deuxième étape : découverte de l’altérité sociale et prise de conscience de l’éloignement progressif du milieu d’origine
3.3. Troisième étape : questions d’appartenance
3.4. Quatrième étape : l’ajustement au nouveau milieu
3.5. Cinquième étape : la disparition de la tension
Remarques conclusives

Aperçu du texte

Les débats sur les « conséquences de la mobilité sociale » sont généralement structurés autour de deux pôles théoriques : l’hypothèse de « dissociation » et l’hypothèse d’« acculturation » (Naudet, 2011). La première, qui trouve ses racines dans l’idée durkheimienne de l’anomie comme conséquence d’un changement social rapide ainsi que dans les réflexions de Pitirim Sorokin, pose que la forte mobilité sociale entraîne des troubles identitaires et mentaux. La seconde, dont le représentant principal est Peter Blau, insiste davantage sur les changements d’attitudes et de comportement associés à l’expérience de la mobilité, à travers une identification au groupe d’arrivée, que sur les coûts subjectifs qui lui sont associés. L’hypothèse d’acculturation, soit l’idée que le succès est tellement valorisé dans la société que les personnes en mobilité cherchent davantage à se conformer à leur groupe d’arrivée qu’à rester fidèles à leur groupe d’origine, domine largement les études quantitative...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Naudet, « Devenir dominant », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://ress.revues.org/1182 ; DOI : 10.4000/ress.1182

Haut de page

Auteur

Jules Naudet

ERIS, CMH (CNRS-EHESS-ENS)
julesnaudet"at"hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page