Navigation – Plan du site

Réguler le dopage ? Les failles de la gouvernance sportive

« L’affaire Puerto » comme illustration
Bastien Soulé et Ludovic Lestrelin
p. 127-159

Résumés

En 2006, une enquête de la Garde Civile espagnole, baptisée « opération Puerto », a conduit à l’identification d’un vaste réseau de dopage sanguin. Plus de cinq ans après, les sanctions prononcées à l’égard des protagonistes de cette affaire sont rares, et pour la plupart ténues, questionnant ainsi le processus de régulation propre à l’univers sportif. Nous postulons que c’est dans la nature particulière de l’organisation du sport, régi par une pluralité de pouvoirs de contrôle et de règles, que réside une clef de compréhension des difficultés qui marquent la lutte contre les infractions sportives. Le système régulateur est ainsi confronté à des difficultés de caractérisation des agissements qu’il est censé sanctionner et à la pluralité des sources juridiques et réglementaires. Dans le cas Puerto les rares condamnations ont été obtenues au prix de procédures lourdes, complexes, et devant faire preuve d’une ruse qui était jusqu’alors surtout l’apanage des dopeurs et des dopés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient Frédérique Roux, juriste, Maître de Conférences à l’Université Lyon 1, pour ses conseils avisés lors de la phase de rédaction de cet article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Chronologie et protagonistes de l’affaire
2. Une analyse systémique sous l’angle de la gouvernance du dopage
3. Méthode
4. Résultats
4.1. Les limites de l’autorégulation au sein du monde du cyclisme professionnel
4.2. Le « laisser-faire » et la mise sur agenda tardive du dopage en Espagne : Une absence de prise pour la justice de droit commun
4.3. Les entraves judiciaires à la production et à la transmission de preuves
4.4. La protection offerte aux « puertistes » espagnols
4.5. Des ordres juridiques contradictoires, propices à un jeu sur les règles
4.6. Le nécessaire recours à des registres alternatif de mise en évidence des délits
Conclusion

Aperçu du texte

Mis au point dans les années 1970, le dopage par autotransfusion sanguine a été peu ou prou abandonné au début des années 1990, au profit de l’érythropoïétine (EPO) qui permet des effets similaires sur les performances sans nécessiter une logistique médicale aussi poussée. Depuis le début des années 2000, ce procédé ergogénique, proscrit par l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) pendant et en dehors des compétitions, connaît toutefois un retour en grâce s’expliquant, d’une part, par les progrès réalisés en matière de détection de l’EPO et, d’autre part, par son caractère indécelable. À tel point qu’au printemps 2006, près de huit ans après les événements ayant marqué le Tour de France cycliste de 1998, un nouveau scandale sportif lié au dopage dans le cyclisme professionnel a éclaté en Espagne. Une enquête de la garde civile espagnole, baptisée « opération Puerto », a permis l’identification d’un réseau organisé se livrant à des prélèvements sanguins auprès de coureurs. Traité de maniè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Soulé et Ludovic Lestrelin, « Réguler le dopage ? Les failles de la gouvernance sportive », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://ress.revues.org/1161 ; DOI : 10.4000/ress.1161

Haut de page

Auteurs

Bastien Soulé

Université de Claude Bernard Lyon-1 – Centre de recherche et d’innovation sur le sport
bastien.soule"at"univ-lyon1.fr

Ludovic Lestrelin

Université de Caen Basse-Normandie – Centre d’étude sport et actions motrices
ludovic.lestrelin"at"unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page