Navigation – Plan du site

Productivité marginale et concurrence dans les travaux d’Enrico Barone

Critiques et apports au modèle de Walras
Claire Baldin, André Legris et Ludovic Ragni
p. 63-99

Résumés

L’article réévalue les apports de Barone à la théorie de la productivité marginale. Alors que Walras choisit de minimiser les coûts de production pour démontrer la validité du théorème des productivités marginales, Barone préfère maximiser les profits. Cette différence a été peu soulignée par les historiens de la pensée économique. Nous revisitons la démarche de Barone, au regard de ses publications (Studi sulla distribuzione, 1896 et Il Ministro della produzione nello Stato collectivista, 1908) pour expliquer comment il intègre différentes structures de concurrence et enrichit la théorie de la productivité marginale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs tiennent à remercier les rapporteurs d’une première version de cet article ainsi que Pascal Bridel pour l’ensemble de ses remarques constructives, les erreurs qui pourraient subsister ne sauraient, bien sûr, leur être attribuées.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Réévaluation des apports de Barone et Walras au théorème des productivités marginales
2. Équilibre général, économie planifiée et formes de concurrence chez Enrico Barone
2.1. Minimisation des coûts ou maximisation des profits comme principes de libre concurrence chez E. Barone
2.2. Concurrence anarchique et État collectiviste chez Barone
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Joseph Schumpeter, dans son Histoire de l’analyse économique, présente Enrico Barone comme l’un des principaux contributeurs à la théorie de l’équilibre général. Trois raisons justifient cette opinion. Premièrement, parce que Barone propose une reformulation de cette théorie dans Il Ministro della produzione nello Stato collectivisto (2009 [1908a]) afin d’évaluer comment elle peut être utilisée pour justifier l’intervention de l’État. Deuxièmement, parce que, dans les 19 lettres qu’il échangea avec Walras, il est souvent laudatif envers la théorie de l’équilibre général. Enfin, parce qu’en 1894 et 1895, Barone contribue à l’élaboration de cette théorie en améliorant le travail de Walras. La date de 1895 marque la traduction par Walras d’un article de Barone, « Sopra un recente libro del Wicksteed », après que Pareto lui eut communiqué l’original destiné à l’Economics Journal (voir Jaffé, 1965, vol. 2, p. 643-648, lettre de Walras à Barone, 2 oct. 1895,) et jamais publié ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Baldin, André Legris et Ludovic Ragni, « Productivité marginale et concurrence dans les travaux d’Enrico Barone », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://ress.revues.org/1103 ; DOI : 10.4000/ress.1103

Haut de page

Auteurs

Claire Baldin

Université de Nice-Sophia-Antipolis – GREDEG / CNRS
baldin"at"gredeg.cnrs.fr

André Legris

Université de Nice-Sophia-Antipolis – GREDEG / CNRS
legris"at"gredeg.cnrs.fr

Ludovic Ragni

Université de Nice-Sophia-Antipolis – GREDEG / CNRS
ragni"at"unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page