Navigation – Plan du site

Les prêts entre proches ou l’invisibilité des transactions intimes

Gilles Lazuech
p. 41-62

Résumés

Cet article se propose de s’intéresser aux relations de prêts entre personnes de connaissance. Si la relation d’octroi de prêts dans le cadre des banques et des institutions de crédits semble maintenant avoir été assez largement investiguée, tant par les économistes que par les sociologues, ceci ne semble pas être encore le cas des relations de prêts entre proches (famille et amis). Au cours du développement, notre texte visera à objectiver cette catégorie de prêts en partant de l’analyse des « scènes sociales» dans lesquelles ils sont réalisés. Puis, en conclusion nous chercherons à donner un sens plus général à des relations d’argent qui ne sont ni marchandes ni totalement gratuites.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Des transactions invisibles ?
2. Crédits d’établissement, crédits d’interconnaissance
3. Une économie « morale »
3.1. Prêter pour contrôler
3.2. Prêter pour ne pas donner
3.3. Donner pour rester lier
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

À l’occasion d’une enquête statistique portant sur les usages quotidiens de l’argent, 41 % des personnes interrogées avaient déclaré prêter régulièrement de l’argent à un proche, 32 % l’avoir déjà fait mais de façon moins systématique et 27 % ne l’avoir jamais fait. Ces prêts très courants, banals dans certains cas, enchâssés dans les relations de proximités, sont généralement de « petits prêts » qui s’effectuent entre personnes de connaissances et dont le degré de codification et de formalisation semble assez bas.

Le tableau présenté ci-dessous permet d’affiner notre approche en prenant en compte quelques indicateurs sociaux classiques pour l’analyse sociologique. On peut constater, tout d’abord, que les prêts entre proches, ou prêts d’interconnaissance, ne concernent pas une catégorie particulière d’agents sociaux statistiquement repérée par son âge, son niveau de revenu, ses diplômes ou encore par son genre. Ainsi, les jeunes déclarent prêter de l’argent aussi fréquemm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Lazuech, « Les prêts entre proches ou l’invisibilité des transactions intimes », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 50-1 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 24 avril 2014. URL : http://ress.revues.org/1093 ; DOI : 10.4000/ress.1093

Haut de page

Auteur

Gilles Lazuech

Université de Nantes – Centre Nantais de Sociologie
gilles.lazuech"at"univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page