Navigation – Plan du site

L’Immigration dans les théories contemporaines de la démocratie

La part salutaire d’indéterminable
Martin Deleixhe
p. 123-144

Résumés

La démocratie, dans son versant institutionnel, se méfie des phénomènes migratoires. L’apparition de l’étranger au dedans des frontières d’une communauté qui se donne sa propre loi peut amener le peuple qui la constitue à redouter la perte de sa capacité d’auto-détermination. Il serait cependant réducteur de limiter l’appréciation démocratique de l’étranger à cette seule dimension. Car la démocratie n’est pas qu’une forme de gouvernement, elle est aussi un idéal. En ce sens, elle contient une promesse d’égalitarisme et d’inclusion qui ne peut rester sourde aux demandes d’hospitalité. Toute la complexité est dès lors de proposer une conception de l’accueil qui intègre ces deux composantes constitutives du régime démocratique. En nous appuyant sur les écrits de trois penseurs français – Claude Lefort, Guillaume le Blanc et Étienne Balibar – nous tenterons d’esquisser une telle réponse en arguant que l’étranger, loin de déforcer la démocratie, lui apporte une salutaire part d’indéterminable.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Le Législateur étranger de Rousseau
2. La démocratie en tant qu’institution et en tant qu’idéal
3. Re-fermeture de la démocratie sur la nation
4. L’idéal d’une démocratie hospitalière
4.1. La dissolution démocratique
4.2. La dissémination infra-politique de la différence : ou l’ornière théorique de la politique performative
4.3. La citoyenneté insurrectionnelle
Conclusion

Aperçu du texte

1. Le Législateur étranger de Rousseau

Parmi les multiples interrogations qui animent la démocratie, celle de savoir quels sont sa dimension et son lieu de prédilection a connu un regain de vigueur avec la mondialisation. La démocratie a-t-elle vocation à ne se déployer qu’au niveau national ou son horizon s’étend-il jusqu’au cosmopolitisme (Archibugi D., 2009, Held D., 2000) ? Cette interrogation est bien trop vaste pour être abordée en ces termes dans un article. Néanmoins, elle connaît une ramification singulière que l’on aimerait explorer plus avant. Si l’on considère que l’unification politique au sein d’une démocratie mondiale n’est pas désirable ou pas réalisable (la différence est de taille mais elle importe peu pour notre propos), il apparaît que la démocratie est un espace enceint dont la clôture – qui n’est autre que la frontière – est exposée à l’inconnu du dehors. Dans ce monde fragmenté entre différentes unités politiques, le phénomène de l’immigration met alors en exer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Deleixhe, « L’Immigration dans les théories contemporaines de la démocratie », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 49-2 | 2011, mis en ligne le 02 janvier 2015, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://ress.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/ress.1008

Haut de page

Auteur

Martin Deleixhe

Université Libre de Bruxelles – Centre de Théorie Politique
martin_deleixhe "at" hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page